Un jour dans le 13e

Les fortifications s'effondrent sur plus de cent mètres - Le Journal 28 janvier 1912

Deux Conduites d'Eau éclatent

Les fortifications s'effondrent sur plus de cent mètres

Le Journal — 28 janvier 1912
Les travaux de reconstruction du boulevard Kellermann - 1912

La poterne des Peupliers, située à l'extrémité de la rue des Peupliers, entre les portes de Gentilly et de Bicêtre, fait partie d'un groupe d'ouvrages militaires se rattachant au système des fortifications de Paris reconstruit en 1889 pour assurer la défense de la vallée de la Bièvre. Elle est chevauchée maintenant par le boulevard Kellermann dont la chaussée et les larges trottoirs renferment quatre grosses conduites d'eau de 90 centimètres de diamètre qui alimentent les deux réservoirs assurant la distribution de l'eau à Paris. Deux de ces artères, placées en bordure des fortifications, se sont rompues, hier soir, et le torrent qui s'est formé a entraîné tout le flanc droit de l'ouvrage militaire : cent mètres environ du mur des fortifications. Les conséquences de l'accident, qui s'est déjà produit plusieurs fois mais sans avoir la même gravité, sont nombreuses Il est à craindre qu'il ne provoque, en particulier une certaine perturbation dans la distribution de l’eau de Paris.

Nous avons pu rencontrer un témoin de ce grave accident, Mme Leroy, qui tient un commerce de vins à proximité, avenue de la Poterne, extra-muros. Elle nous en a fait le récit suivant :

— Ce soir, vers cinq heures et quart, nous dit-elle, je me trouvais à quelques pas de chez moi, en compagnie de deux voisins, lorsqu'un bruit terrible attira brusquement notre attention du côté de la Poterne. Nous voulions nous avancer pour nous renseigner, mais des employés de l'octroi dont le bureau est installé sous la voûte accoururent au-devant de nous pour nous conseiller de ne pas approcher. Ils nous apprirent alors qu'une conduite venait encore de se rompre dans la chaussée du boulevard Kellermann ; c'était la quatrième fois en dix mois. Il y avait danger. L'eau jaillissait du sol avec une force extraordinaire, et ses flots descendaient les rampes du boulevard en brisant tout sur leur passage. Les agents, les pompiers prévenus, accoururent bientôt pour prendre les dispositions nécessaires et arrêter la circulation. L'eau formait maintenant un véritable lac sous la poterne. L'on avait informé également les divers services compétents ; nous pensions tous que l'affaire allait en rester là. Et, comme tous nous étions habitués à ce genre de surprises, nous n'étions pas émus outre mesure. Mais voilà qu'à six heures et demie environ un fracas épouvantable se produisit. Nous vîmes les arbres du boulevard Kellermann osciller, les moellons des fortifications sauter comme des bouchons de Champagne. Tout le flanc droit de la Poterne — cent mètres de murs — s'écroulait. Et dans l'excavation apparurent, béantes, et projetant avec une force extraordinaire d'énormes colonnes d'eau, deux des conduites du boulevard. Nous étions là une dizaine de témoins de cet événement imprévu. Et, tous alors, malgré l'émotion qui nous étreignait, poussâmes le même cri d’angoisse et de terreur. Un homme qui conduisait un cabriolet s'engageait sous la poterne au moment même où les blocs de pierre se détachaient du mur des fortifications et s'abattaient sur la route. Le malheureux allait être effroyablement broyé !...  Ce fut un soulagement général lorsque nous le vîmes se dégager vivement, sauter de son siège et échapper à l'écroulement. Le service des eaux réussissait enfin, à sept heures moins le quart, à fermer les vannes des conduites rompues.

Les dégâts causés sont considérables. Ce coin des fortifications offre maintenant un aspect lamentable. Les rampes du boulevard Kellermann sont ravinées et la chaussée disparaît sous une couche de limon qui a près de 40 centimètres hauteur. Le trottoir qui longe le côté extra-muros des fortifications a été emporté à peu près sur la même longueur que le mur. Près de deux mètres de la paroi de pierre sont lézardés; aux alentours, le sol s'est affaissé ou crevassé. On craint que tout ce bloc de terre et de moellons de deux cents mètres de longueur et de près de dix mètres de largeur ne s'effondre encore.

Avant l'éboulement, les eaux s'étaient répandues, comme nous l'avons dit, sous la poterne. Elles filtrèrent à travers le sol et engorgèrent les égouts et la Bièvre, provoquant ainsi, par infiltration, l'inondation de presque toutes les caves du voisinage.

Quand l'excavation extra muros se fut produite, les flots se déversèrent dans le fossé des fortifications, qui s'emplit sur une étendue de 150 mètres.

Le mur des fortifications qui s'est effondrée, a 10 mètres de hauteur. La base en est fermée par des fondations de 8 mètres d'épaisseur.

D'après les premières constatations faites par les ingénieurs de la Ville et du service des eaux, la cause initiale de l'accident a été la rupture d'une conduite du réservoir de Villejuif.

L'eau, en se répandant sous terre, aurait miné le mur des fortifications qui s’est alors écroulé. Ce serait, dans ce cas l'éboulement qui aurait provoqué l'éclatement de la seconde conduite.

Comme nous l'indiquions, il faut s'attendre à ce qu'une perturbation se produise dans la distribution de l'eau à Paris par suite de la mise hors service de deux artères brisées, mais l'on nous a assuré qu'elle ne toucherait que certains quartiers et qu'elle ne durerait pas plus de quarante-huit heures.

Le « rescapé » dont nous parlait Mme Leroy est un représentant de commerce. M. François Cocard, demeurant 63, rue de Montcalm. Il en a été quitte pour une forte émotion. La voiture où il se tenait, a eu les roues brisées.

Dès la première minute, la circulation avait été interdite, boulevard Kellermann, rue des Peupliers et sur un rayon de trois cents mètres. Cette mesure, prise par M. Ringel, officier de paix du treizième arrondissement, sera maintenue pendant un certain temps, en prévision de nouveaux éboulements.



Les grandes eaux du boulevard Kellermann

Les premières conduites maitresses de distribution d'eau dans Paris furent posées boulevard Kellermann à partir de 1882. Jusqu'à la construction du tramway T3 qui impliquait d'écarter tout risque à leur égard, ces conduites firent régulièrement parler d'elles dans la presse. Les accidents furent innombrables. Le premier accident d'importance repéré eut lieu le 12 octobre 1886 à proximité de la rue du Moulin-de-la-Pointe. Il fut suivi d'un autre fin mai de l'année suivante à la porte de Gentilly.
Des exemples significatifs de ces accidents sont réunis ici.

1901

1903

1905

1911

1912

1925

1926

Saviez-vous que... ?

Edmond Gondinet (7 mars 1828, Laurière – 19 novembre 1888, Neuilly-sur-Seine) dont une rue du 13ème arrondissement porte le nom était un auteur de théâtre qui fit jouer sur les scènes parisiennes une quarantaine de pièces.
On lui doit notamment "Le Plus Heureux des trois" en collaboration avec Eugène Labiche.

*
*     *

A la création de l'arrondissement, la mairie était installée dans un des anciens pavillons de l'octroi à la barrière de Fontainebleau qui deviendra la place d'Italie.

*
*     *

La voie qui allait devenir la rue de Tolbiac, pour la partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers, était désignée initialement sous l'appellation boulevard du Transit lors que le projet de relier la Seine à la Seine par le sud entre les anciennes limites de Paris et les fortifications fut conçu.

*
*     *

Selon Henri Sauval, avocat au Parlement (1623-1676), auteur de « Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris » dont une édition parue en 1724 est facilement accessible, le faubourg Saint-Marceau de composait de quatre quartiers : Mallemaison, Copeaux, Reculettes et Fosse-aux-larrons, autrement dit la potence, aboutissant par en haut à la chaussée de Vitry et par le bas au sentiers des Tripes. Sauval précise que dans la fosse-aux-larrons, il y avait un lieu-dit « Les Tripes ».
Il y eut un chemin puis une rue de la Tripière dans le 13e jusqu’en 1872 au moins, voie qui fut ensuite confondue avec la rue du Gaz.

L'image du jour

Le puits artésien de la Butte-aux-Cailles.

Il aura fallu 41 ans de travaux pour que l'eau du puits artésien de la Butte-aux-Cailles coule de façon utile. Débutés en 1863, suspendus pendant 20 ans à partir de 1872, repris et encore interrompus, les travaux se terminent en novembre 1903. Mais il faudra encore 20 ans pour que la piscine promise pour utiliser une eau devenue au fil du temps sans destination, soit inaugurée.