Sur la Bièvre...

 Pauvres Ruisseaux - 1912

Pauvres Ruisseaux

L’Aurore — 20 janvier 1912

Elle est instructive, l'histoire que l'un de nos confrères raconte sur un ruisseau francobelge, sur l'Espierre.

L'Espierre est un tout petit filet d'eau. Les dictionnaires l'ignorent Mais ses riverains le connaissent trop. II infecte l'atmosphère, et déshonore la campagne. Le liquide visqueux qui, lentement, tel un jus gras, fétide, glisse à travers un sombre coin de notre Flandre, franchit la frontière, et va gâter l'air de Belgique, est un terrible bouillon de culture. Les résidus des usines du Nord, pays houiller, pays textile, pays de travail interne, se dissolvent ou se déposent dans ces quelques gouttes, sorties claires de leur source, et bientôt lourdes de cellules corrompues et de germes dangereux... Bref, un fléau.

Depuis cinquante années, parait-il, on cherchait à guérir le mal. Le remède en fut trouvé en 1888. Mais inventer n'est rien. Réaliser pratiquement est tout. Le procédé ne sera appliqué, dit-on, que dans quelque temps. Alors l’Espierre redeviendra quasi pure, et au moins inoffensive. Décanter l'eau dans des bassins, et une fois le dépôt formé, — dépôt dont on tirera peut-être parti, soit en le brûlant, soit en répandant sur les terres maigres, — traiter l'eau allégée par des réactifs, et la filtrer ensuite sur tourbe et rognures de fer.

Cette histoire ne nous fait-elle pas faire un retour sur notre Espierre à nous, Parisiens, sur cette Bièvre infortunée, plongée dans un in-pace vivante et pourrie, qui circule sous les pavés de deux arrondissements ? Les enfants d'aujourd'hui ne savent même pas que la Seine reçoit, à Paris, un affluent. Ils n'ont jamais vu les eaux de la Bièvre.

J'en ai connu les derniers vestiges. C'étaient, au pied de maisons lépreuses, encastrées entre des quais moisis, un purin jaune, épais, nauséabond. Quand le soleil brillait, ce purin devenait parfois une merveille de coloris. Les taches d'huile qui s'étalaient à sa surface devenaient des plaques de nacre irisée, Les reflets du ciel bleu éclairaient ce miroir infime, le rendaient transparent et fin. Cette décoction animale, cette eau sale des blanchisseries, des tanneries et des teintureries du quartier des Gobelins se parait de nuances inconnues, harmonieuses ci superbes... Mais le parfum persistait. Il était épouvantable. Le cuir, ou plutôt les dermes sanglants et verdis de bœufs écorchés depuis longtemps lui donnaient du montant, une âcreté vigoureuse.

Depuis la poterne des Peupliers, où la Bièvre entre à Paris, à travers les rues Kuss, Henri Pape, de la Colonie, sous la rue Brillat-Savarin, — coïncidence qui fait frémir ! — sous la rue Vergniaud, la ruelle des Gobelins, derrière les murs de la rue Censier et de la rue Buffon, la Bièvre circulait, on la sentait... Des gaz infects, s'échappaient de cet égout. Ils formaient des bulles à la surface. Parfois des bouillonnements, des glouglous agitaient sa surface.

L'édilité parisienne, émue, chercha à sauvegarder la santé des travailleurs. On ne trouva rien de mieux que de murer le monstre. Peu à peu, pavés et ciment emprisonnèrent la pauvre Bièvre, cette vieille servante, si utile ; elle est invisible à présent.

L'Empierre a plus de chance. Si le traitement qu'on va lui faire subir eût été appliqué à la Bièvre, elle eût encore reflété le ciel et charmé les artistes. Ne l'oublions pas trop vite.

F. Robert Kemp.

A lire également du même auteur

Le dernier soupir de la Bièvre (1909)

Sur la Bièvre ...

La Bièvre à Paris

Gazette nationale ou le Moniteur universel (8 avril 1855)

Ce qu'il faut savoir sur la Bièvre

Dictionnaire de la conversation et de la lecture : inventaire raisonné des notions générales les plus indispensables à tous (1859)

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

Les égouts et la Bièvre !

Le Siècle (14 janvier 1867)

La canalisation de la Bièvre !

Le Siècle (30 mars 1867)

La Bièvre — Un enfant asphyxié !

Le Droit (6 avril 1871)

Les eaux de la Bièvre !

Le Temps (7 décembre 1875)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre

Gazette Nationale ou le Moniteur universel (1877)

Le canal latéral de la Bièvre

Le Petit-Journal (1878)

Les berges de la Bièvre

Le Siècle (1878)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

L'empoisonnement de Paris

Le Petit-Parisien (1884)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La Bièvre

Lucien Victior-Meunier (Le Rappel - 1887)

La Bièvre

Le Petit-Journal 22 septembre 1887)

La Bièvre

L'Intrangisant (1890)

La Bièvre

Alfred Ernst (1890)

Aux bords de la Bièvre

Rodolphe Darzens (1892)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

Le curage de la Bièvre

Le Soleil (1894)

La disparition de la Bièvre

Le Petit-Journal (1894)

La Bièvre

L'Intransigeant (1895)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

Au bord du passé

Henri Céard (1898)

La Bièvre et ses bords

Le Figaro (1899)

Paris sur la Bièvre

Henri Céard (1900)

La Bièvre

Gustave Coquiot (1900)

Les colères de la Bièvre

La République française (1er juin 1901)

Le ruisseau malin

La République française (2 juin 1901)

A propos de la Bièvre

Le Temps (9 juin 1901)

La Bièvre (Le vieux Paris)

Paris (1902)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

La Bièvre

La Petite République (1904)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

Autour de la Bièvre

Georges Cain (1907)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

Le danger de la Bièvre

Le Petit-Journal (1908)

Un voyage à l'île des singes

Raymond Lecuyer (1908)

Le dernier soupir de la Bièvre

F. Robert-Kemp (1909)

La Bièvre

Albert Flament (1911)

Pauvres ruisseaux

F. Robert-Kemp (1912)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

La Bièvre et la fête des fraises (Gustave Dallier)

Le Petit-Journal (1926)

Les fantaisies de la Bièvre

Léon Maillard (1928)

Saviez-vous que... ?

Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.

*
*     *

La couverture de la Bièvre, à l'angle de l'avenue des Gobelins, fut décidée lors de la séance du conseil municipal du 12 juillet 1893.

*
*     *

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

Jusqu'en 1865, la rue de Patay (bourg du Loiret où Jeanne d'Arc défit les Anglais en 1429) portait le nom de boulevard de Vitry.

L'image du jour

PLace d'Italie