Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Les concierges des chiffonniers

Les concierges des chiffonniers

Le Petit Journal — 5 août 1898

À l’extrémité Sud de Paris, derrière la Butte-aux-Cailles, là où les rues, qui portent des noms inconnus du public boulevardier, aboutissent en pleine campagne au pied des coteaux de Gentilly, s'étend un immense terrain vague où depuis longtemps sont venus s'installer les chiffonniers de la rive gauche.

Cette agglomération, qui comporte quatre-vingt-seize ménages, — dont le moindre a cinq enfants et le plus chargé onze, — forme une population de sept cents personnes, environ, venus là planter leur tente, chassées des maisons du quartier à cause même de leur genre de commerce.

Les unes logent dans des cabanes faites de planches jointes avec de la terre et couvertes de papier goudronné ou de débris de boîtes de sardines ; d'autres dans de vieilles roulottes sans roues ; d'autres enfin, plus ingénieuses ou plus riches, ont réussi à élever des semblants de maisons en pierres, qui sont de vrais palais à côté des masures et des huttes d'alentour.

*
*     *

Les époux Daynac, qui occupent une loge en rapport avec les …appartements des habitants, sont les concierges de cette cité qui s'étend, le long des rues Barrault, Auguste-Lançon et de Tolbiac.

Pour s'y reconnaître, au milieu des quatre-vingt-seize ménages, les concierges ont été obligés, de concert avec leurs locataires, da diviser l'agglomération en quartiers.

Les- époux Daynac, nés à Paris tous deux, ont manifesté, dans le baptême de ces divers quartiers, une tournure d'esprit, qui dénote, bien leur origine.

Le quartier principal, « l'Île-des-Singes », est exclusivement habité par les ramasseurs de chiffons, leur tenue quelque peu négligée, jointe à leur figure généralement noircie par la poussière, explique le-nom par lequel on les désigne.

Dans le quartier de Madagascar, les querelles sont fréquentes, les luttes journalières.

Au Tonkin logent les roulottiers et les vanniers qui se déplacent souvent et font quelque fois des voyages de longue durée. Enfin, le quartier de l’Agriculture et du Commerce est réservé aux chiffonniers qui ont pour spécialité la récolte des légumes et dés épluchures, dédaignant les hardes et les chiffons.

Cette colonie chiffonnière de la Butte-aux-Cailles était hier en fête. Sur l'initiative de Mme P. Weiss, propriétaire du terrain où s'est établie la cité, on célébrait, en effet, les noces d'argent, de M. et Mme Daynac, les concierges.

La fate était préparée depuis longtemps ; une collecte faite de Madagascar au Tonkin, de l'Ile-des-Singes au quartier de l'Agriculture et  du Commerce, avait réuni une quantité de gros sous qui, portés à la sacristie de l'église Sainte-Anne de la Maison-Blanche, ont permis de faire dire une messe, de troisième classe, en l'honneur des vieux époux.

Mme P. Weiss, qui n'a, paraît-il, jamais eu recours à l’huissier pour toucher ses termes, donnait de son côté un banquet à ses locataires dans un grand restaurant des environs ; M. Paulin Méry, député, présidait et offrait le Champagne.

Si les tas d'ordures ont été moins consciencieusement scrutés que d'habitude hier matin, c'est que tous les chiffonniers avaient tenu à assister, en costume de travail, à cette fête si rare pour eux.

Le cortège était précédé de musiciens, coiffés de chapeaux haut de forme, découverts au fond de la hotte. L'orchestre se composait d'un piston, d'une guitare et d'une basse, dont l’instrumentiste aveugle, était conduit par un des enfants de la colonie.

M. et Mme Daynac, le mari cinquante-huit ans, la femme cinquante, tous deux en habits de fête, très simples mais très propres, suivaient appuyés sur des bâtons en forme de crosse, cannes offertes par la colonie chiffonnière et faites de carton recouvert de papier d'argent. Tous les chiffonniers, bras dessus, bras dessous, suivaient par groupes, précédés, par Mme P. Weiss dont la toilette de soie noire et le chapeau à fleurs contrastaient quelques peu avec les nippes et les pieds nus des chiffonniers.

La fête s'est terminée le soir par un bal donné sans, l’ « Île des Singes », décorée pour la circonstance, de lanternes vénitiennes, et de mâts: surmontés de drapeaux, tricolores formés par l'assemblage de chiffons trouvé au hasard du crochet.

Début aout 1898, un journaliste écrivit sur cet évènement qu'étaient les noces d'argent des concierges de la colonie de chiffonniers . Son article fut repris, paraphrasé, parfois allongé par  tous les quotidiens parisiens. Avant, il n'y avait eu quasiment aucune trace de cette colonie dans la presse. Trois semaines plus tard, apparaissaient des articles relatifs à la future disparition de la "Cité Tolbiac" telle que désormais on appelait cette colonie. On ne retrouva plus jamais mention de cette "cité Tolbiac"
Les éléments de cet article sont donc à prendre avec suspicion.
La localisation du terrain  :si la rue de la Colonie porte ce nom, c'est bien qu'une colonie de chiffonniers existait depuis fort longtemps au nord des prés submersibles de la Glacière. La limite nord de ce  terrain était constituée par le premier tronçon de la rue dela Colonie entre la rue Barrault et la rue future rue Verniaud qui occupera le lit d'un des bras de la Bièvre. En aucun cas, ce terrain ne pouvait aller jusqu'à la rue de Tolbiac dont la construction entraina une modification du relief du secteur.

La rue de la Colonie en 1912 vue de la rue Vergniaud. On se repère avec les tours de l'Eglise Saint-Anne. A leur droite, un immeuble neuf, toujours existant faisant angle entre la rue Barrault et la rue de Tolbiac, coté sud.
Sur la gauche de l'image, on remarquera des palissades dépassant du toit de la dernière maison à gauche marquant la bordure de la rue de Tolbiac. On visualise ainsi la différence de niveau entre les deux rues, la rue de la Colonie, alors en pente vers la Bièvre, ayant par la suite, été exhaussée pour atteindre son profil actuel.


Dans la presse...


Le monument aux mères françaises est présenté la presse

Aujourd'hui, à 10 heures, sera présenté à la presse, boulevard Kellermann, le monument élevé à la gloire des mères françaises, sous le patronage du Matin, qui sera inauguré le 23 octobre, à 14 h 30 en présence du président de la République et des plus hautes personnalités. (1938)

Lire la suite


Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

...


L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

...


Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

...


L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

...

Saviez-vous que... ?

Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.

*
*     *

En 1863, le marché aux chevaux du boulebard de l'Hôpital se tenait le mercredi et le samedi de chaque semaine et le premier lundi de chaque mois.

*
*     *

Ernest Rousselle (1836-1896) -C'est lui ! - et son fils Henri (1866-1925) étaient négociants en vins.

*
*     *

Une des victimes de Landru, Mme Laborde-Line, habitait 95 rue de Patay.

L'image du jour

Bastion 91 boulevard Masséna

Situé entre les portes d'Ivry et de Vitry, le site du bastion 91 est aujourd'hui occupé par la caserne de pompiers Masséna.