Les mensonges des patrons mégissiers - 1911

La Bièvre et ses riverains

Les mensonges des patrons mégissiers

Les vérités qu’il faut dire

L’Humanité — 12 juin 1911

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal socialiste de Paris, aura rendu un service signalé au quartier de Croulebarbe, en obtenant de la Ville qu'elle recouvre et transforme en égout les deux bras de la Bièvre qui traverse le passage Moret à ciel ouvert.

Ai-je bien rendu dans mon deuxième article d'informations sur les quartiers insalubres, l'impression de dégoût que l'on éprouve à la vue de cette eau noire et stagnante qui exhale au soleil d'inqualifiables odeurs. Les usines des hauteurs de Versailles d'où elle descend l'ont chargée en route de tous leurs déchets, de toutes leurs immondices industrielles. La petite rivière est saturée en arrivant à Paris. Les mégissiers qui y trempent leurs peaux n'ajoutent au relent de ses eaux immondes qu'une odeur spéciale qui pique un peu les narines, mais qui, toute seule, serait peut-être inoffensive pour les poumons. Les habitants du passage Moret, qui n'ont pas de tout-à-l'égout, peuvent impunément polluer cette horreur. La Bièvre puante possède en atteignant le passage Moret, son maximum de puanteur. Elle est à point pour être respirée par les habitants du quartier.

La Bièvre à proximité de l'île aux singes (passage Moret) et du boulevard Arago

Les caprices de la Bièvre

Cette eau de marécage a d'extraordinaires caprices. Elle s'enfle terriblement, au long des coteaux qu'elle arrose, sous la ruée des orages, et déborde dans tout le passage où elle dépose les ordures denses qu'elle tient en suspens.

Les patrons mégissiers se désolent-ils de ces inondations qui ne vont pas au delà du passage Moret ? Non pas. Ils s'en félicitent. Ils connaissent depuis longtemps et pratiquent l'art de multiplier les chiffres des dégâts qui se traduisent par des indemnités. M. de Selves pourrait nous dire ce que ses prédécesseurs et lui ont payé pour n'avoir pas voulu faire de la Bièvre un égout. La note doit être lourde.

La Ville a pris depuis quelque temps des précautions contre les orages qui gonflent la Bièvre et la font déborder. Elle est vidée tous les soirs par un système de vannes qui lui livrent passage dans le grand égout collecteur. Les égoutiers descendent tous les samedis dans le dit à sec et poussent vers l'égout, sous leurs raclettes, la bourbe du fond.

Ces précautions tardives, assez mal vues des patrons mégissiers, n'empêchèrent pas tout récemment la petite rivière, qu'un orage avait démesurément grossie pendant la nuit sur les hauteurs, de remplir son lit rapidement et de déborder cette inondation fut une, bonne aubaine, comme les autres.

La mise en pratiqua de la proposition de notre ami Deslandres n'est donc pas seulement une mesure d'hygiène publique. Elle délivre la Ville d'une, véritable obsession. Elle allège le budget, pour l'avenir, dans des proportions considérables qu’il est impossible d’évaluer.

Les ruses capitalistes

Les patrons mégissiers de ce quartier sont de madrés compères qui ne perdent pas le Nord. Toucheront-ils une indemnité à titre de riverains de la Bièvre que l'on va couvrir l’an prochain ? Sans doute ; bien qu'ils ne la méritent guère Mais ils auraient voulu faire croire que cette ordure liquide avait des qualités spécifiques pour la préparation de leur matière industrielle. Ils avaient émis la prétention d’être indemnisés également pour la suppression de leur industrie, royalement indemnisés ;

Louis Vert - Séchoir de Peaux Lapins passage Moret (février 1904)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Cette prétention était vraiment exorbitante. Les travaux de couverture de la Bièvre ne peuvent atteinte à leur industrie. Comme d'autres mégissiers de la rue Croulebarbe qui se trouvèrent autrefois dans leur cas, ils auront l'eau de la Seine dont ils pourront remplir leurs cuves, leurs bassins, et qui sera tout aussi bonne sinon meilleure pour la préparation de leurs peaux, que l'ordure liquide où ils les trempent aujourd'hui.

Lorsque les patrons mégissiers qui bordent la Bièvre disent à leurs ouvriers que leur industrie est menacée par les travaux prochains, ils mentant avec impudence. Au lieu de souffler leurs mensonges aux pauvres gens dont le labeur les enrichit, ils feraient mieux d’améliorer leur outillage suranné et de dépenser le nécessaire pour lutter contre les mégissiers américains et allemands dont la concurrence les écrase.

La crise intense qui sévit dans la corporation des « cuirs et peaux » est due en majeure partie à l'esprit routinier et rétrograde du patronat avare qui n'a pas su ou voulu transformer à fond les vieux modes de fabrication. Le mal de la surproduction aggrave encore cette crise et la complique Oui, mais il est l'œuvre des concurrents étrangers qui fabriquent mieux, bien mieux, plus vite et surchargent le marché français. Encore quelques années et tout ce quartier de Croulebarbe, qui était autrefois plein de vie et de mouvement, sera devenu un coin de nécropole par la faute des patrons français qui laissent agoniser cette industrie.

Parlons franc

Le Conseil municipal ne sera pas la dupe de gens qui veulent se graisser les pattes dans les travaux d'assainissement du quartier. Leur industrie n'est pas menacée par la couverture de la Bièvre aux eaux putrides.

La Bièvre a été couverte en d'autres endroits. Les mégissiers qui la bordaient ne sont pas partis. On leur a fourni l'eau, de Seine qui est plus claire, plus vive, moins puante. Ils y trempent leurs peaux et s'en trouvent bien.

Voilà ce qu'il est nécessaire de dire aux ouvriers, s'ils craignent d’être jetés aux durs hasards du chômage qui sévit déjà dans leur corporation. Si tels ou tels patrons fermaient leur usine au moment où la Bièvre rentrera dans le régime des égouts, c’est qu’ils n'auront pas voulu accomplir le moindre effort pour s'approvisionner de l'eau de Seine qui leur est offerte, c’est que leur avarice rechignera.

Les riches Harpagons des « cuirs et peaux » ont cependant gagné assez d'argent avec la population ouvrière qui remplissait autrefois ce quartier. Ils veulent en gagner encore. Ils ne s'en iront pas. Et s’ils veulent s’en aller ? Eh bien qu’ils s’en aillent sous les malédictions des travailleurs qui les ont engraissés. Peut-être laisseront-ils la place à d'autres qui seront moins âpres au gain, plus probes à la fois et plus hardis.

Les travaux de couverture de la Bièvre auront nécessairement pour conséquence la disparition rapide des masures et des taudis du passage Moret où s'étale la rivière empuantie. Le propriétaire actuel des 5.000 mètres carrés du passage, en prévision de la percée qui doit joindre la rue des Cordelières au boulevard Arago par la ruelle des Gobelins, a lancé déjà son appel. Les acheteurs viendront pour spéculer à leur tour et construire sur ce terrain assaini. Ils se hâteront de jeter bas l’usine noire et délabrée où l'on prépare des peaux de lapins, la bicoque pleine de vermine où un hôtelier loge des « marmiteux » a cinq sous la nuit, le refuge des chiffonniers .et les autres masures ténébreuses et branlantes.

Que fera la Ville sur les terrains qu'elle aura expropriés ? Les livrera-t-elle aux spéculateurs ? Le moment sera venu d’y commencer l'application de son programme dont M. Félix Roussel a parlé en excellents termes dans son discours d'ouverture de la session. Elle aura l’occasion de donner le ban exemple en construisant elle-même ces premières maisons de progrès où les travailleurs pourront se loger à l'aise et à bon compte, d'entamer, par surcroît, la lutte du bien public contre la horde rapace des propriétaires qui pressurent scandaleusement la population, de dresser une première digue contre la hausse continue des loyers. C'est alors que la bienfaisante proposition de notre ami Brunet et de ses collègues socialistes du Conseil municipal prendra toute sa force. C'est alors-que nous saurons si la Ville de Paris est vraiment résolue à entrer dans la voie hardie où d'autres grandes cités l’ont précédée. Ce temps est proche.

A.-M. Maurel

A lire également

Des masures à l’impasse Moret (1911)


Menu des articles

Vu dans la presse...

1864

L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

Lire

1868

Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

Lire

1884

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

1867

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

1885

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

1873

La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

Lire

1865

Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

Lire

1889

La cité Doré

La cité Doré est située au cœur même du treizième arrondissement, que les statisticiens nous donnent comme le plus misérable de Paris, entre la rue Jenner et la place Pinel. Figurez-vous, entre deux murailles nues, un long boyau s’ouvrant ... (1889)

Lire

1896

Le cuiseur de cadavres

Si, par hasard, vous vous aventurez tout là-bas, là-bas, près des fortifications, dans le quartier de la Gare, vous pourrez, si vous passez rue des Chamaillards, voir, paisible, fumant sa pipe au seuil d'une grande porte peinte en marron, un homme frisant la soixantaine... (1896)

Lire

1905

Un matin à la poterne des Peupliers

Six heures et demie du matin. Le gardien de la paix Louis Roupillon, du treizième arrondissement, vient de prendre son service à la poterne des Peupliers, tout là-bas, là-bas, derrière la Butte-aux-Cailles, sous le boulevard Kellermann. (1905)

Lire

1932

Rue Cantagrel, des ateliers de nickelage gênent considérablement les voisins

Il existe rue Cantagrel, au 86, presque à l'angle de la rue de Tolbiac, des ateliers de chromage et nickelage. Le bruit et les odeurs qui en émanent sont tels qu'il est pénible d'habiter dans les parages. (1932)

Lire

1901

Une Descente imprévue

Le ballon « Le Rêve » partait dans l'après-midi d'hier de l'usine à gaz de la Plaine-Saint-Denis, pour exécuter une ascension libre. Pris dans un courant circulaire, l'aérostat, plana longtemps sur Paris, sans pouvoir s'élever. Vers huit heures du soir il se trouvait à une faible hauteur au-dessus du quartier de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement... (1901)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme