Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires (1926)

Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Et ceux-ci ne peuvent arriver à s'entendre

Le Petit-Parisien — 4 février 1926

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires.

Le passage Moret - Eugène Atget 1925

L’histoire remonte au mois d'octobre 1922. À cette époque, le propriétaire, inquiet à juste titre de la solidité de son immeuble et ne pouvant songer à le faire réparer, préféra le céder à ses locataires pour cent francs !

Il est nécessaire d'ajouter que ce philanthrope n'était propriétaire que de la maison, et non pas du terrain, lequel appartient à la Ville de Paris. Celle-ci réclama seulement 1,200 francs par an pour la location du terrain. Et il fallut bien créer une association entre les copropriétaires, d'abord pour répartir les loyers, ensuite pour s'entendre sur les réparations urgentes et les engagements à prendre vis-à-vis des entrepreneurs.

Au début, l'association comprenait vingt-six membres et tout marcha à peu près bien. Puis, quelques familles furent obligées d'aller vivre ailleurs quelques habitants moururent. Bref, à l'heure actuelle, les copropriétaires ne sont plus que dix-neuf. Sur ce nombre, cinq ne veulent plus faire partie de l'association et le juge des référés a dû désigner un administrateur judiciaire. Mais le clan majoritaire n'entend point se soumettre à la décision du juge et se propose d'en appeler.

Entre temps, un orage s'accumule. L'administration préfectorale parle de faire évacuer la maison qui, n'étant plus entretenue, menace ruine les contributions directes réclament 1.957 francs et six centimes pour les impôts impayés depuis trois ans…

Et les copropriétaires, de l'immeuble du passage Moret rêvent l'heureux temps où ils n'étaient que de simples locataires.


Menu des articles

Lu dans la presse...

L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire

Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Les deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire

Les nouvelles places de Paris

On s'occupe en ce moment de la régularisation et de la décoration de douze places principales, établies sur remplacement d'anciennes barrières supprimées. (1866)

Lire

Travaux parisiens

Les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche sont, depuis plusieurs mois, l'objet de travaux analogues à ceux qui ont été entrepris sur les boulevards de la rive droite. Ces travaux ont trait à la zone comprise entre le pont de Bercy et la place de l'ex-barrière d'Enfer. (1863)

Lire

Le point sur les travaux de la place d'Italie

On entreprend en ce moment à la place d'Italie des travaux de voirie analogues à ceux de la place de l'Arc-de-l'Etoile et de la place du Trône. On établit un plateau circulaire avec huit boulevards, squares, maisons monumentales, si l'industrie toutefois veut se risquer à les édifier. (1869)

Lire

Mille ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel. (1871)

Lire

Les chasseurs de cabots

Un jour, j'entre au marché... aux chiens, situé sur le boulevard de l'Hôpital. Il y avait environ cent-cinquante ou deux cents de ces intéressants animaux les uns aboyaient, les autres jappaient, quelques-uns mêmes gémissaient. (1868)

Lire

L’ouverture du chemin de fer de ceinture

Le terrain s'abaisse et la vue s'élargit ; voici le chemin de fer de Sceaux, puis la Glacière, Gentilly et en face une échappée de Paris, puis un coin tranquille, tout champêtre, presque silencieux, où coule la Bièvre, cette rivière parisienne ignorée. (1867)

Lire

Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants... (1903)

Lire

Le dispensaire Emile-Loubet

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom. (1905)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme