Dans la presse...

 Des Maisons qu’il faut détruire - Passage Moret -1911

Des Maisons qu’il faut détruire

Ce sont celles de l'Impasse Moret - Treizième arrondissement.

La France — 14 juin 1911

Impasse Moret. Avez-vous parcouru ce triste coin du vieux Paris ? Avez-vous erré un après-midi d’été sur les bords de la Bièvre aux eaux noires et fétides ? Je suis sûr que non. Je suis même certain que vous ne vous doutez pas qu'il existe dans la Ville-Lumière un quartier aussi misérable, aussi insalubre. Il y a là, entre la rue des Cordelières et la rue des Gobelins, près de la rue de Croulebarbe, un ramassis de bicoques aux toits chancelants, aux murs lézardés ou pourris. La Bièvre s’étale au milieu, empuantie par les déchets des tanneries dont elle est bordée. Quand se décidera-t-on à faire disparaître à jamais ce foyer d’infection ? Quand donc aurons-nous la joie de voir crouler les maisons de l’impasse Moret sous la pioche des démolisseurs ?

Le passage Moret en 1925 par Eugène Atget

Une vue de l’impasse Moret

Elle est formée de trois ruelles tortueuses. La première s’ouvre sur la rue des Cordelières, une rue silencieuse où l’on trouve des poules picorant entre les pavés, une rue dont les maisons ressemblent à des casernes, une vieille rue d’aspect tout provincial. A droite, une tannerie depuis longtemps abandonnée. A gauche, une usine où grouille une population d’ouvriers.

Je fais quelques pas et je me heurte à un petit pont jeté sur un bras de la Bièvre. Je me penche... Je me recule aussitôt, presque suffoqué. Ça sent mauvais là-dessous, une affreuse odeur de pourriture... Et à droite et à gauche, du haut en bas de ces maisons sordides, des êtres humains naissent, vivent, s’étiolent...

Pont de bois sur la Bièvre dans le passage Moret - Eugène Gossin, Photographe (1910)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

J’interroge le concierge de l’impasse, car l’impasse Moret a son concierge. Ce brave homme est chargé d’allumer à la nuit tombante une lampe à huile qui est placée dans une lanterne accrochée au mur de droite. Une lampe à huile ! Où sommes-nous ? A Paris ou dans quelque village de la Corrèze ou des Basses-Alpes ? En quel siècle vivons-nous ?... Le concierge pourtant a l’air heureux de son sort. « Il paraît, me dit-il, qu’on va couvrir la Bièvre, sur la proposition de M. Deslandre s, notre conseiller municipal. Mon neveu, qui est artiste peintre, prétend que c’est dommage... J'ai un fils à la tannerie. Il « turbine » dur tout le long de la journée, mais il gagne largement sa vie : quatorze sous de l'heure. Si l’on donne une indemnité à son patron, est-ce qu’il touchera quelque chose, lui ? »

Je lui réponds que je n'en sais rien, mais que j’espère que son fils ne sera pas oublié dans la répartition des indemnités d’expropriation. Puis je dis, au hasard :

— On parle de démolir l’impasse Moret.

Son visage devient grave.

— Et pourquoi, monsieur ? Je lui explique que la démolition de ces maisons insalubres s’impose pour des raisons d'hygiène publique. Mais il n’a pas l’air convaincu ; il hoche la tête en soupirant :

— Je suis né dans l’impasse, Monsieur... J’aurais bien voulu y mourir.

Un village de chiffonniers

Il est situé dans la seconde ruelle, celle du milieu. Des masures à deux étages. Sur le pavé, des sacs pleins de papiers sales et de chiffons souillés. Une horde d’enfants, vêtus de loques, chétifs pour la plupart. Le contraire serait étonnant.

J’aperçois, accroupi sur le seuil d’une masure qui semble près de tomber en ruines, un chiffonnier à longue barbe blanche. C’est une des célébrités du quartier. On l’appelle le père « Vingt-Gosses » parce qu’il a eu de trois mariages différents, douze fils et huit filles. Il ne sait plus ce que ses enfants sont devenus. Ils ont fui, l’un après l’autre, l’impasse Moret pour aller tenter la fortune.

Un marchand de vins établi dans la ruelle me conte une touchante anecdote sur le père « Vingt-Gosses ». Les voisins de palier du vieux chiffonnier, un ménage de marchands de bric-à-brac, sont morts l’an dernier, emportés par la fièvre typhoïde à quelques jours d’intervalle. Ils laissaient un fils, un bambin de trois ans. On allait expédier ce petit malheureux aux Enfants-Assistés... Il fut recueilli par le père « Vingt-Gosses ».

Ce marchand de vins loge à la nuit pour cinq sous les sans-asile. Si vous voyiez le dortoir commun, les paillasses alignées contre les murs humides ! Et dans l’impasse, les loyers sont chers ?

Les maisons de la troisième ruelle sont assez logeables, bien que leurs façades soient noires, leurs escaliers étroits et tortueux. Je note au passage une immense baraque en planches, toute délabrée. Je demande au bouquiniste qui occupe une des chambres du rez-de-chaussée :

— Combien payez-vous de loyer ?

— Deux cents francs ! Mais pour deux cents francs par an, dans certains quartiers de Paris, au quartier Latin par exemple, on peut louer une chambre propre dans une maison d’honnête apparence, une chambre qui ne soit pas pleine de vermine et infestée de punaises comme toutes les chambres de l’impasse Moret.

Que faire ?

Démolir cette enclave insalubre, de fond en comble. La mortalité est grande dans l’impasse. Il ne se passe pas de semaine sans qu’il y ait un mort, sans compter les malades qui s’en vont mourir à l’hôpital. Au vingtième siècle, des citoyens français ont le droit de s’éclairer autrement qu’avec une lampe à huile, d’exiger de l’eau potable et de se loger ailleurs qu’en des bâtisses qu'un souffle de vent fait chanceler.

M. L.

A lire également

Des masures à l’impasse Moret (1911)

Les mensonges des patrons mégissiers (1911)



Vu dans la presse...

99, boulevard Masséna où les zoniers apprennent la vie bourgeoise

Ce sont, à deux pas de la porte de Choisy, trois étages de pierres que le plan de Paris et les gens du quartier appellent le bastion 89. (1942)

Lire

Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

Lire

L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

Lire

Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

Le dernier étang du quartier de la Glacière fut comblé en août 1881 et sur son emplacement, on construisit une gare de marchandises connue sous le nom de gare de Rungis.

*
*     *

La rue Küss honore le dernier maire français de la capitale alsacienne en 1871, année de sa mort, le jour même où les députés de l'Assemblée nationale décidèrent de céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne. Émile Küss était un savant physiologiste de la faculté de Strasbourg.

*
*     *

Dans le projet initial élaboré en 1860-1861, le chemin de fer de ceinture rive gauche devait franchir la vallée de la Bièvre grâce à un viaduc de 800 mètres de longueur reposant sur des arches de 10 mètres d'ouverture et d'une hauteur maximale de 15 mètres.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30