Faits divers

 Les incendies se multiplient sur la zone - 1930

Les incendies se multiplient sur la zone

Une baraque brûlait, l'autre jour, à la porte d'Italie et l'on dut pour éteindre le feu aller chercher de l’eau jusque dans la Bièvre

Paris-Soir — 10 novembre 1930

On ne compte plus les incendies de la zone. Voici moins d'une quinzaine, une baraque flambait au Pré-Saint-Gervais et un enfant de quatre mois périssait dans les flammes. L'autre jour, c'est une maisonnette proche de la porte d'Italie qui, brusquement, dans l'après-midi, prend s feu pendant l'absence de ses propriétaires, menaçant pendant plus d'une heure malgré les efforts des pompiers, la cité de bois tassée autour d'elle.

La zone, vers la porte d'Italie (circa 1920)

C'est vers 14 h. 30, que, passant rue Jean-Dauphin sur la zone annexée de Bicêtre, des promeneurs aperçurent des flots de fumée qui s'échappaient des fenêtres d'un pavillon situé le long d'une petite rue intérieure, au numéro 8 de cette voie. Alertés, les pompiers de la caserne Nationale accoururent ; déjà, les flammes avaient à demi dévoré la construction fragile et léchaient les maisons avoisinantes. Heureusement, la zone, si tassée contre la porte d'Italie, commence là à s'éclaircir, des hôtels sont disséminés au milieu de petits jardins et, avant que le feu eut réussi à se communiquer aux deux baraques qui flanquent la maison sinistrée, les pompiers avaient réussi à maîtriser le foyer.

Du coquet petit pavillon, qu'avaient quitté pour se rendre au travail, les membres de la famille Ducosse, le père, la mère, le fils de 19 ans et la fille de 18 ans, il ne reste plus maintenant que quelques planches noircies, entourant un énorme tas de cendres et, dans le fonds au milieu d'une chambrette presque épargnée, la carcasse d'un lit de fer.

— Heureusement, nous dit-on dans le voisinage, que les Ducosse étaient assurés.

 — On peut assurer des maisons en bois ?

— Oui, mais seulement lorsqu'elles sont couvertes en tuiles, ce qui était le cas ici. Mais il faut dire que ce luxe est fort rare ; parcourez le quartier, vous verrez que la plupart des baraques sont recouvertes seulement de papier goudronné. Elles peuvent brûler celles-là, d'une minute à l'autre, leurs habitants seront sans un sou dans la rue… Et les voisins de même, car dans un entassement pareil, l'incendie trouve un aliment si facile qu'il ne se contenterait pas d'une seule maison à la fois.

"Parcourez le quartier, vous verrez que la plupart des baraques sont recouvertes seulement de papier goudronné"

L'exemple d'Aubervilliers où, comme l'on s'en souvient, flamba d'un seul coup tout un lot de maisonnettes est là peur rappeler que la zone est à la merci d'une étincelle.

Encore si les secours étaient faciles ! Mais dans cette énorme agglomération de pauvres gens, l'eau manque. Il faut voir, plusieurs fois par jour, la procession des femmes, des enfants, des vieillards qui, chargés de seaux et de brocs trop lourds souvent pour leur faiblesse, s'en vont vers les fontaines publiques, disséminées chichement à travers la cité de bois. Si les fontaines sont rares, vous pensez bien que les bouches d'incendie sont absentes ! Et c'est là qu'est le plus grand danger :

— Pour éteindre le feu, il a fallu, nous dit-on, déplier quelques centaines de mètres de tuyaux afin d'aller chercher l'eau, d'une part, au marché de Bicêtre, de l'autre, dans la Bièvre, qui coule en contre-bas de la grande côte, au sommet de laquelle se trouve lame Jean-Dauphin.

Il n'y a pas si longtemps que, pour éteindre, aux Lilas, un incendie sur la zone, il fallait tendre des tuyaux pardessus les fortifications et puiser l'eau sur le boulevard Mortier. Lorsqu'on songe aux périls quotidiens que courent une centaine de milliers d'hommes amassés aux portes mêmes de la capitale, délaissés de tous les pouvoirs publics, privés de tous les recours et de toutes les sécurités dont jouissent les autres citoyens, on ne saurait trop se louer de la décision enfin prise de porter avant peu le coup mortel à la zone et de faire rentrer, pour leur plus grand bien, les « hors la loi » qui l'habitent, dans les cadres normaux de la vie sociale.



Sur la Zone...

Le commencement de la fin de la Zone

Les articles d'Émile Condroyer

La capitale démantelée (1930)

Autres textes d'Émile Condroyer

Dans l’étau des grands buildings (Série d'articles de Pierre Humbourg - 1931)

Divers aspects de la zone dans les années 30

Les Zoniers

Faits divers

À lire également...

Treize émeutiers de la Cité Jeanne-d’Arc ont été arrêtés hier matin

1934

Les bagarres de la cité Jeanne-d’Arc et celles d’AlfortviIle, après celles de Mantes démontrent péremptoirement l’existence par noyautages, d’une organisation frénétique dans la région parisienne.

...


Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche

1923

Mardi, vers trois heures du soir, au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon, le terrassier Fleurât qui, avec ses camarades, creusait la terre, pour l'aménagement d'un fournil, découvrait à moins d'un mètre du sol et quinze métrés environ de la rue, une caisse en bois tout à fait vermoulu, de 1 mètre 50 de large et 2 mètres de long.

...


À propos d'anarchie

1896

La théorie anarchiste ne semble pas avoir de bien fervents adeptes en les habitants des rues Gérard et du Moulin-des-Prés, dans le treizième arrondissement. La preuve en est que quelques-uns d'entre eux, qui réunis discouraient sur l'explosion du boulevard Haussmann, ont fait passer un fort mauvais quart d'heure à un énergumène qui par conviction ou en manière de paradoxe, faisait une apologie ampoulée de la propagande par le fait.

...


avenue des Gobelins

En plein jour des gangsters en auto dévalisent une bijouterie parisienne

1938

Hier après-midi, à 15 heures, une automobile — immatriculée 5723 - RL — occupée par plusieurs individus, s'arrêta brusquement devant le numéro 35 de l'avenue des Gobelins, à l'angle de la rue de la Reine-Blanche. Tout le rez-de-chaussée de l'immeuble situé à cette adresse est occupé par les vitrines de la bijouterie « À la Reine Blanche »...

...

Saviez-vous que... ?

L'avenue de la Sœur Rosalie constitue l'embryon d'un boulevard qui devait faire pendant au boulevard de l'Hôpital et relier la Place d'Italie au boulevard de Port-Royal aux abords de la rue Saint-Jacques et du Val-de-Grace.

*
*     *

Le 26 octobre 1923, l'automobile de M. Naudin, conseiller d'Etat, ancien préfet de police, entrait en collision avec un taxi à l'angle de l'avenue des Gobelins et du boulevard Saint-Marcel. Dégats matériels uniquement.

*
*     *

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues", un film avec la charmante Jeanne Helbling que celle-ci avait tourné avec l'excellent Nicolas Rimsky. Jeanne Helbling partageait la vedette avec Mmes Jenny Luxeuil Jeanne Brindean et Annabella.

*
*     *

Le 24 décembre 1883, la presse quotidienne faisait part du décès du « père Moreau » âgé de 100 ans et 3 mois, présenté comme le doyen des chiffonniers, en son domicile du 22 de la rue du Moulinet qu’il occupait depuis plus de 40 ans.
Il était mort d’inanition depuis 5 à 6 jourset son corops était d’une maigreur telle que la peau ressemblait à un vieux parchemin.
Des journaux rapportèrent que l’on trouva dans ses affaires un sac de toile rempli de pièces d’or.

L'image du jour

rue Nationale - Quartier de la Gare