Dans la presse...

 Condoyer - La capitale démanteliée - 2/4

La capitale démantelée

De porte en porte

Le Journal — 22 octobre 1930

Article précédent

 

Dessin de Bognard.

Par un de ces beaux matins d'automne dont la lumière blonde s'ajoute à la rousseur des feuilles, je suis parti à la découverte de ce qui fut « les fortifs ». Dans ma candeur j'avais emporté deux plans. Mais l'un était trop vieux et l'autre trop neuf. L'un figurait le passé et l'autre l'avenir. Entre ces deux stades, il n'y a qu'un homme qui puisse percevoir le présent dans ses moindres transformations : c'est M. Doumerc, directeur du Plan de Paris. Car, en vérité, il ne pousse ou ne croule pas une maison dans Paris sans qu'elle ait sa répercussion en carré rouge ou bleu sur son plan. C'est donc à son obligeance que je dois de m'être orienté.

Ce fut un voyage kaléidoscopique. Dès la porte de Versailles, face à l'immense parc des Expositions qui a depuis longtemps fait oublier ici la vision des fortifs, les terrains plats s'étalaient jusqu'aux bâtiments de l'aéronautique. Au fond la banlieue de Vanves et d'Issy-les-Moulineaux se découpait en silhouette mauve. Mais bientôt tout s'effaça derrière une forêt d'échafaudages d'où commencent de sortir l'École supérieure d'aéronautique, des pâtés d'immeubles, et l'annexe de ce mystérieux bassin de la Marine où des maquettes de navires évoluent dans des tempêtes artificielles.

Passé le boulevard Victor, séparé du champ de manœuvres par une simple palissade, passée la Seine, un vestige de bastion longeant le boulevard Murât imposa l'arête rigoureuse de son redan sur une perspective enfumée de machines fouisseuses dominées par un héron d'acier qui pêchait du bout de son bec effilé des pierres d'une demi-tonne.

Façades nouvelles, palissades encore, échappées sur des rues dont l'alignement est gêné par quelque museau de maison condamnée à mort, premiers squares de la porte de Saint-Cloud et, soudain, tout s'éclaircit en une longue, simple et fraîche suite de tennis, de pelouses, de champs de sports qui faisaient alterner jusqu'à la moderne piscine de la porte Molitor leurs tapis vert tendre et leurs rectangles de terre teintée, semble-t-il, de cinabre. Tout ici respirait la joie de vivre et les libres jeux.

Dès lors, jusqu'à la Muette, au long du boulevard élargi, s'égrenèrent les hôtels blancs ou ocrés qu'on démaillote peu à peu de leurs échafaudages et que séparent des squares dont la verdure neuve tranche comme une couleur fraîchement peinte sur les frondaisons plus sombres du Bois.

Le Bois lui-même, derrière leur alignement, apparaissait débarrassé de ses futaies d'acacias embroussaillées : élaguée, ratissée avec des sentiers sinuant dans l'herbe comme des couleuvres, cette bande nettoyée formait une douce transition entre la ville et lui.

Les chantiers de la porte Dauphine remirent tout en confusion jusqu'à une alignée d'immeubles, nouveaux, bordés de jardinets qui tempéreront avec le temps ce que ces façades se haussant par décrochements peuvent avoir d'un peu frigide. Sans magasins sur une certaine étendue pour ne pas gêner le commerce déjà existant, puis, au contraire, truffés de boutiques là où le développement de ces voies nouvelles en imposera plus tard la nécessité, les immeubles cessèrent d'un coup. Aussitôt les échafaudages reprirent avec des intervalles où des miettes de fortifs évoquaient quelque tranchée éboulée.

Jusqu'à la porte de Saint-Ouen, l'Etat s'étant réservé le terrain pour ses aménagements militaires et ferroviaires, rien n'avait été touché. Mais de là jusqu'à la porte Clignancourt s'allongeait une cité énorme peuplée de 25.000 personnes et qui en recevra une dizaine de mille encore. Puis ce fut l'aspect classique des fortifs et le sinistre boulevard Macdonald car, comme l'Etat, les chemins de fer du Nord et de l'Est se sont réservé, pour leur extension et les travaux d'agrandissement de la gare de la Villette, toute une bande de remparts qui n'échapperont pas pour cela à leur destin.

Ensuite, plus de fortifs : un mur de soutènement pour la déviation du boulevard Sérurier, la palissade noire qui subsiste du temps du dérasement et que le voisinage exploite, l'hiver, comme bois de chauffage, la haute butte du Chapeau-Rouge qui deviendra l'un des plus beaux parcs de Paris, les terrains réservés par l'Etat. Les chantiers reparurent zébrés par tous les câbles électriques que nécessitent aujourd'hui les machines à perforer, défoncer, fouir et cimenter.

Une guirlande de curieux se déployait au long des boulevards ; devant le spectacle de ce travail, de ces bâtisses qui poussent par colonies, ils ouvraient des yeux comme les fenêtres sans volets des maisons expropriées sur la droite pour cause de non-alignement.

Plus loin monta le tumulte des chantiers de l'Exposition coloniale dont les silhouettes exotiques seront en leur temps remplacées par des immeubles à loyer modéré. Enfin, alternant avec des bastions à déraper, cernés par la fatale palissade, mais surtout avec des terrains nivelés où s'élèvent seuls des postes casernes condamnés, noirs et grilles closes, les chantiers me ramenèrent vers la Cité universitaire et, de là, vers mon point de départ.

Des manèges de chevaux de bois écrasaient leurs mélodies, des roulettes de loterie grinçaient tout au long du chemin. La fête s'allongeait sans vergogne et débordait dans les terrains libres. Car, s'il libère 376 hectares sur lesquels ont ainsi commencé de pousser les maisons qui abriteront 250.000 habitants, le dérasement des « fortifs » a, dès à présent, comblé d'aise les roulants. Cela, pour quelques années, va leur servir de fameux champ de foire.

Émile Condroyer.

Article suivant



Sur la Zone...

Le commencement de la fin de la Zone

Les articles d'Émile Condroyer

La capitale démantelée (1930)

Autres textes d'Émile Condroyer

Dans l’étau des grands buildings (Série d'articles de Pierre Humbourg - 1931)

Divers aspects de la zone dans les années 30

Les Zoniers

Faits divers

Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


Les nouvelles voies de la rive gauche

On sait que toute la zone annexée de la rive gauche doit être traversée par une grande voie parallèle aux anciens boulevards extérieurs. Cette artère, déjà ouverte, depuis deux ans, entre la place de l'Église de Montrouge et la rue de la Glacière... (1878)

...


La première boucherie de cheval à Paris

Notre gravure représente la devanture de la boutique qu'un boucher, — pourquoi pas un chevalier ? — vient d'ouvrir près du boulevard d'Italie...... (1866)

...


Travaux publics.

On va bientôt procéder dans le 13e arrondissement (des Gobelins) aux travaux d’agrandissement et de régularisation de la place d’Italie et de ses abords.... (1866)

...


Métro, ligne 12, le projet abandonné

De la porte d'Orléans à la porte de Gentilly et à la porte d'Italie... (1924)

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Le Théâtre Saint-Marcel situé 31 rue Pascal, bâti en 1830, donnait essentiellement des drâmes, des comédies et des vaudevilles de l'ancien répertoire.

*
*     *

Edmond Gondinet (7 mars 1828, Laurière – 19 novembre 1888, Neuilly-sur-Seine) dont une rue du 13ème arrondissement porte le nom était un auteur de théâtre qui fit jouer sur les scènes parisiennes une quarantaine de pièces.
On lui doit notamment "Le Plus Heureux des trois" en collaboration avec Eugène Labiche.

*
*     *

La place des Alpes (boulevard de la Gare, 164, et rue Godefroy, 2) fut ainsi dénommée par arrêté préfectoral du 1er février 1877, à cause du voisinage de la place d'Italie, à laquelle elle est reliée par la rue Godefroy.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912