Le cuiseur de cadavres - 1896

Un travailleur de la mort

Le cuiseur de cadavres

La Presse – 15 juin 1896

Si, par hasard, vous vous aventurez tout là-bas, là-bas, près des fortifications, dans le quartier de la Gare, vous pourrez, si vous passez rue des Chamaillards (aujourd'hui rue Albert NdE), voir, paisible, fumant sa pipe au seuil d'une grande porte peinte en marron, un homme frisant la soixantaine ; il est doué, ma foi, d'une physionomie asses avenante ; il porte toute sa barbe poivre et sel, assez bien soignée; le chef est couvert d'une casquette en soie ; il a devant lui, en guise de tablier, une épaisse serpillière, et ses pieds sont chaussés d'énormes sabots appelés des bois.

Par son ensemble, le bonhomme a l'air d'un brave pipelet en train d'humer l'air qui vient de la banlieue — il parle aux enfants, plaisante avec les commères du voisinage, bref il paraît être ce qu'on est convenu d'appeler un bon type.

Surtout, ne demandez pas aux voisins quel métier exerce le personnage en question, car, si vous êtes impressionnable, le moins qu'il puisse vous arriver est d'être pris d'un frisson — c'est le cuiseur de cadavres.

*
*    *

Chaque matin, le père Bonnetot, un natif du département du Cher, tire du hangar, où elle se trouve remisée, une petite voiture à bras assez semblable à celle des boulangers.il fait sa tournée et revient chargé des funèbres débris qu'il a re cueillis dans les hôpitaux et les amphithéâtres.

Quant à visiter l'antre du père Bonnetot, il n'y faut pas songer, car seriez-vous le Président de la République, vous ne franchirez pas la porte. Brave homme, certes, volontiers il vous fera l'honneur d'accepter un petit verre sur le zinc, mais la consigne, avec lui, c'est la consigne.

Une personne qui, par le plus grand des hasards, put, un jour, pénétrer jusqu'à la sinistre officine, a bien voulu nous dépeindre les opérations du père Bonnetot :

— Figurez-vous, nous dit-elle, de grandes chaudières, comme qui dirait les anciennes marmites des Invalides, c'est là-dedans que tout cuit, têtes, bras, jambes, pieds, mains, dans un pêle-mêle : épouvantable; au jugement dernier, Dieu lui-même ne s'y reconnaîtrait pas : les crânes d'enfants se heurtent à des fémurs de macrobites, et, de ces chaudières infernales, le père Bonnetot extrait une à une les pièces cuites à point, puis, avec un très grand soin, il les décharne, tout, cela sans paraître le moins du monde dégoûté par cette atroce besogne. Eh bien ! franchement, le père Bonnetot a le cœur bien placé.

*
*     *

Le nombre de squelettes qui passent chaque année par les mains de cet artisan de la mort est, paraît-il, considérable, si on s'en rapporte aux allées et venues du lugubre petit fourgon qui lui sert de véhicule.

On prétend même que le père Bonnetot travaille pour l'exportation, et nous avons ouï dire que sa façon de cuire était très prisée dans tous les musées d'anatomie du monde.

C'est donc encore un fleuron à ajouter à la gloire et à la suprématie de l'industrie française.

Que le père Bonnetot en soit loué !



Vu dans la presse...

1868

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique. (1868)

Lire

1868

Nouvelles dénominations de voies

On donne à la rue de la Croix-Rouge la dénomination de Domrémy. village du département des Vosges, où naquit Jeanne d'Arc; la route de Fontainebleau devient route d'Italie, la place de la barrière d'Ivry devient la place Pinel... (1868)

Lire

1878

Les palais des Reines Blanche aux Gobelins

Si le vieil hôtel de Sens est, sur la rive droite de la Seine, un édifice curieux à voir, deux hôtels non moins anciens et tout aussi intéressants s'offrent sur la rive gauche, dans le quartier des Gobelins, aux yeux des amateurs du gothique. (1878)

Lire

1882

Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point. (1882)

Lire

1932

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire

1933

Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire

1927

Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire

1913

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire

1913

La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire

1907

La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire

1910

Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire

1869

Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme