Promenades

La Glacière et les Gobelins

Paris !... Mon Paris !...

La Glacière et les Gobelins (suite et fin)

par Claude BLANCHARD

Le Petit Parisien — 19 novembre 1931

À peine a-t-on perdu de vue le millepatte gigantesque sur le dos duquel rampent sans cesse les chenilles du métro, qu'on rejoint l'ancienne vallée de la Bièvre. Pris entre deux des larges tentacules que la place d'Italie projette en tous sens dans le XIIIè arrondissement, un quartier tout différent de ses voisins, fermé, oublié tout près de l'élan rectiligne des avenues, fait monter aux narines l'odeur des tanneries, le relent des peaux de Suède, tandis que la promenade épouse les sinuosités des rues tranquilles, dans une atmosphère de noblesse détrônée.

La rue Croulebarbe porte le nom d'un ancien moulin à eau. Les berges de la rivière, que fréquentaient beaucoup les endimanchés du XVIIè siècle, y étaient encore visibles en 1912. Les tomates, les artichauts, les fleurs et les vignes poussaient sous le pavot des peaux qui séchaient contre le ciel. Hélas elle n'a plus rien de tout cela. Seuls les séchoirs ajourés comme les abat-son d'un clocher roman, les bâtiments de bois où ronfle le travail des tanneries, les artisans qu'on aperçoit dans les rez-de-chaussée envahis de débris de peaux pointus et frisés attestent la réalité de ces souvenirs. Partant de cette rue, le rameau sinueux de la ruelle des Gobelins va s'accrocher à la façade postérieure de la manufacture. Brûlée par l'incendie des siècles, encroûtée de scories, rapiécée de mille emplâtres, grillée sur l'eau dormante et noire de ses hautes fenêtres aux reflets bleus, décrivant sur la rue la courbe de sa chapelle incrustée de vitraux, cette bâtisse, où l'on aime à se représenter la perruque tire-bouchonnante et le sourire du peintre Mignard, qui en fut le directeur sous Louis XIV, dresse son imposante silhouette parmi cette paix laborieuse. Elle est imprégnée, dirait-on, de l'odeur du tan rouge qui monte des soupiraux, descend des resserres à cuir et que le vent mélange, sui ses toits couleur d'armure, à. des fumées grasses, à des bouffées de potasse. Son antique et immuable labeur lui donne la dignité des anciens artisans. Malheureusement, sur l'avenue des Gobelins, les temps modernes l'ont gratifiée d'une façade emphatique, sans intérêt

Au-delà de ces immenses jardins, que se partage le personnel de la teinture et de la tapisserie, au fond d'un terrain vague où sont installés des cardeurs de matelas, deux maisons bâillent en montrant l'étroit gosier d'une ruelle. Dans l'encoignure, on lit un nom usé passage Moret.

Cette venelle s'étire entre les ateliers des tanneurs. Par des portes basses d'étable, on discerne, dans l'ombre, des tambours de bois qui tournent en malaxant les cuirs; des hommes étirent, sur la terre battue dans une puanteur de charnier des toques animales détrempées qu'ils jettent en paquets ruisselants sur des voitures.

— C'est pour faire des tambours, me dit un ouvrier.

— Tiens ? Des tambours Je n'y aurais pas songé.

Et comme je cherche toujours un morceau égaré de l'introuvable Bièvre, je lui demande :

— Alors, la rivière passe sous l'usine ?

— Non, dit-il, on travaille maintenant à l'eau de Seine.

Je voulais voir la rue du Champ-de-l'Alouette. Ce nom-là me tentait. La rue des Cordelières y conduit. Cette dernière fut ouverte sur les domaines d'un de ces anciens couvents dont les tribulations innombrables suivirent les aléas de l'Histoire, qui furent vendus, rachetés, morcelés et formèrent l'origine territoriale du développement de Paris. Il existe encore quelques exemples de ces communautés religieuses ayant conservé jusqu'à présent des territoires dont l'étendue surprend en plein Paris.

Des plus hauts étages de la rue Vaneau, par exemple, on aperçoit, enclavé dans la rue de Babylone, un immense potager rempli de salades et de carottes que cultivent les religieuses des Missions, à deux pas du Bon Marché.

Quelle ne fut pas ma déception ! La rue du Champ-de-l'Alouette n'a rien qui puisse être pris pour un champ et les moineaux qui sautillent sur les toits ne sont pas parvenus à me faire croire, nonobstant leur agitation perpétuelle, qu'ils pouvaient être des alouettes. Ils sont bien trop gras pour cela. Mensonge des noms qui résistent au temps. La rue du Champ-de-l'Alouette n'est qu'une rue banale dans la foule des rues. Elle fait honnêtement son métier en donnant à boire, à manger et à dormir à quelques centaines de gens qui ne lui demandent pas autre chose.

Les vieux Gobelins gardent encore le souvenir d'une fantastique histoire. La voici :

Le XIVe siècle s'achevait. Une dame, dame d'honneur de la reine Isabeau de Bavière, épouse de Charles VI le fol, veuve d'un prince allemand, allait se remarier. À cette époque, un pareil événement était prétexte à des beuveries et à des mascarades insensées. Le roi, qui avait décidé, avec quelques courtisans, de figurer en troupe d'hommes sauvages, se fit mettre nu, passer tout le corps à la résine et collet sur cet enduit des débris d'étoupe. Ainsi affublés, les compères pénétrèrent dans la salle du bal traînant des chaines, poussant des cris inarticulés, lutinant les dames de la cour. La fête, éclairée par des torches, battait son plein et tout le monde se récriait sur la réussite d'une entrée aussi originale, quand une flamme s'éleva au milieu de la terreur générale. L'étoupe et la poix d'un des costumés venaient de prendre feu. Bientôt, les cinq courtisans ne furent plus qu'une flamme vivante et s'enfuirent avec des hurlements de douleur. Deux d'entre eux se jetèrent dans la Bièvre et périrent noyés; trois autres moururent atrocement brûlés. Seul Charles VI, enveloppé à temps d'un manteau, avait échappé à la catastrophe. Cette tragédie, connue depuis sous le nom du Bal des Ardents, se passa au château de la Reine-Blanche. Venez…

*
*         *

Dans la rue des Gobelins, au 17, s'ouvre une porte d'usine, brique neuve, et grille peinte en gris. Sur le seuil, un employé en blouse d'alpaga enregistre la sortie d'une voiture chargée de peaux qui s'entrechoquent avec des bruits secs. Si vous passiez par ici, quand la porte est close, vous seriez à cent lieues de vous douter de ce que vous allez voir. Au fond de la cour, entre des magasins où la plume des comptables descend sur les grands livres, il est là. Sa tour hexagonale, son donjon, ses toits en visière et ses fenêtres inégales qui creusent des trous noirs dans les murs, derrière lesquels une cheminée d'usine fume.

D'aucuns trouveront sacrilège l'invasion de cette splendeur par le terre-à-terre d'une industrie. Le Marais, le Sentier sont fertiles en ce genre de contrastes.

Pour mon compte, je trouve, au contraire, dans cette collaboration intime du passé et du présent, une image qui prouve que le Paris de 1931 ne s'élève pas sur un cimetière et qu'il renaît toujours de l'enchaînement des âges.

Claude BLANCHARD

Revoir la première partie



Les promenades

Les chiffonniers de la Butte-aux-Cailles

L'événement (1875)

Le boulevard Saint-Marcel et le marché aux chevaux

Paris pittoresque (1883)

La Bièvre et la Butte-aux-Cailles

Le XIXe Siècle (1887)

La Maison-Blanche

La Cocarde (1894)

De la Salpêtrière à la Maison-Blanche

La France (1908)

Les promenades
de Georges Cain


Rue de Tolbiac, un an après l'explosion

L'Heure (1916)

Les jardins des Gobelins
et l’hôtel de Scipion Sardini

Une promenade au départ de la ruelle des Gobelins

La Revue hebdomadaire (1921)

Le roman de la Bièvre
par Élie Richard

1922

Les quartiers
qui changent de visage

Une promenade à l’ancienne Butte-aux-Cailles

L'Intransigeant (1923)

Paysages parisiens
par L. Paillard

Sur la Butte-aux-Cailles

Le Petit-Journal (1925)

En villégiature à Paris

La Butte-aux-Cailles prend le frais

Le Siècle (1926)

Découvertes de Paris

Paysages tentaculaires

L'ère nouvelle (1926)

Les gosses en marge
par R. Archambault

Paris-Soir (1929)

Promenade à travers Paris

Là où jadis coulait la Bièvre

Le Matin (1929)

La Tournée
par Élie Richard

V - Autour de la Butte-aux-Cailles :

VI - Le Faubourg Souffrant :

XII - Envers de la gloire

Paris-Soir (1930)

Retour à la terre

Ce matin, au bord de la Bièvre, dans les jardins des Reculettes

L'Intransigeant (1930)

Les vestiges
pittoresques du passé

de la Butte-aux-Cailles aux Gobelins

Le Journal (1931)

Claude Blanchard

La Glacière et les Gobelins

Le Petit Parisien (1931)

Paris 1933

Le Treizième arrondissement

Le Journal (1933)

Jacques Audiberti

Les ilots de la misère

Le Petit Parisien (1937)

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris.

*
*     *

Le 7 juillet 1909, à la suite d'un orage subit qui éclatait vers 10 heures, un tuyau de cheminée en tôle tombait sur une marquise en verre dans la cour des écoles de la rue Fagon. Des éclats de verre blessaient légèrement cinq élèves qui étaient en récréation.

*
*     *

En 1887, Charles et Alphonse Sécheresse, tous deux domiciliés 13 passage du Moulinet et tous deux marchands de vinaigre, constituaient une société en nom collectif ayant pour objet le commerce de marchand de vinaigre et de conserves. Alphonse en deviendra le seul propriétaie à partir de 1891. Plus tard, il sera condamné pour mise en vente d'huile falsifiée.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912