Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Les abords de la gare de Gentilly

Les abords de la gare de Gentilly

L’Opinion nationale — 4 juin 1874

L'administration vient de mettre à l'enquête, à la mairie du treizième arrondissement, un projet qui a passé presque inaperçu, bien qu’il présentât une grande importance pour un des plus vastes quartiers de l’ancienne banlieue :

Fixation des alignements de la ruelle Barrault. — Prolongement de ladite voie. — Fixation des alignements de la rue de l’Espérance. — Ces désignations n’annoncent pas une opération fort intéressante, et le public ne s’en est guère occupé ; pourtant elles s'appliquent à des travaux dont les résultats seront considérables, car ils ont pour objet la création d’une voie de 900 mètres de longueur, au milieu de terrains jusqu’alors fermés aux voitures, et qui deviendront en peu d’années le centre d’un grand faubourg industriel.

La rue du Pot au lait à l'endroit dit le ravin de la place de Rungis, à droite entrée du Chemin de fer de Ceinture (détail) | Dessin : Jules-Antoine Chauvet (1893)
Source gallica.bnf.fr

Ainsi que nous l'annoncions dans un précédent numéro, la nouvelle gare aux marchandises de Gentilly occupera, sur la ligne de ceinture, l'emplacement situé entre cette ligne et la rue du Pot-au-Lait ; mais, comme elle dominera de plusieurs mètres les prairies qui bordent la Bièvre, au pied des hauteurs de la Butte-aux-Cailles et de la Maison Blanche, elle sera dépourvue de toute espèce de moyens de communication avec les quartiers qu’elle est appelée à desservir, et les voilures ne pourront y accéder que par la rue du Pot-au-Lait.

Or, celle dernière ne répond nullement aux besoins de la circulation, et l’enquête ouverte à la mairie du treizième arrondissement a pour but d’améliorer les abords de la gare ; mais il s’agit en réalité de la création d’une rue nouvelle, car la ruelle Barrault, dont l’administration propose l’élargissement, ne mérite en quoi que ce soit le nom de voie publique.

Formant la lisière de la Butte-aux-Cailles, du côté de l’Ouest, elle commence au boulevard d’Italie, un peu au-dessous du coude situé en face de la rue du Champ-de-l’Alouette, et se prolonge jusqu’à l’extrémité de la rue de la Providence; mais elle est à plusieurs mètres au-dessus du boulevard et consiste dans un sentier presque inabordable ; de sorte que pour la rendre accessible aux voitures, la ville sera forcée de faire exécuter d’importants ouvrages de terrassement.

Détail d'un plan publié en 1876
Ce plan mélange les projets évoqués dans l'article et d'autres dont celui de l'implantation de l'église du quartier Maison-Blanche au débouché de la rue Damesme sur la rue de Tolbiac. Il faudra plus de 50 ans pour que la rue Kuss soit réalisée.

La nouvelle me Barrault partira donc du boulevard d’Italie, en suivant, sur une largeur de 12 mètres, l’alignement de la rue le actuelle ; puis, faxant un léger coude, elle se prolongera en ligne droite, sur une largeur de 15 mètres, jusqu’à la place à établir devant la gare de Gentilly.

Dans ce long parcours, elle croisera la rue de Tolbiac, projetée depuis si longtemps, ainsi que la rue de l’Espérance, dont elle sera la continuation, à peu près directe, et qui deviendra la voie la plus importante du quartier de la Butte-aux-Cailles.

Depuis le boulevard d’Italie jusqu’à la rue de l’Espérance, la nouvelle rue logera le sommet du talus qui surplombe le lit de la Bièvre ; et ce sont des travaux de déblai qu’il faudra faire pour en construire la chaussée. Mais, à partir de la rue de l’Espérance, elle s’engagera dans les prairies des bords de la Bièvre, et comme elles sont inondées pendant une partie de l’année, elle devra les traverser, avec une pente de 9 millimètres par mètre, sur un remblai qui absorbera une quantité considérable de terres, et que, pour cette raison, il serait nécessaire de commencer immédiatement.

Du reste, il y aurait mieux à faire que d’établir une seule chaussée au-dessus d’étangs qui se trouvent de 25 mètres plus bas que le plateau de la Bulle aux-Cailles, et nous espérons que les propriétaires des prairies de la Bièvre s’entendront avec la Ville pour assurer par une grande opération l’assainissement et l’amélioration de tout ce quartier. La valeur de leurs terrains serait triplée par la création de deux rues nouvelles, partant de la place de la Gare et allant déboucher : la première à l’angle des rues d’Alésia et de la Glacière, la seconde à l’angle des rues de Tolbiac et du Moulin-des-Prés ; mais ils ne sauraient refuser de participer aux dépenses d'améliorations aussi considérables, et nous espérons qu’ils s'empresseront de devancer les demandes de l’administration.

Quant aux prairies des bords de la Bièvre, elles sont destinées à disparaître tôt ou tard, et si la Ville n’était pas arrêtée dans toutes ses entreprises par le manque de ressources, elle ne pourrait mieux faire que de reprendre un projet déjà ancien, et qui consistait dans la couverture de cette rivière, à laquelle conviendrait parfaitement le nom d’égout à ciel ouvert.



L'aménagement du XIIIe

Les années 1860 : projets pour les zones annexées et premiers travaux

Le cadre général

Les projets de voirie

Le chemin de fer de ceinture

Les années 1870-80

Quartier de la Salpêtrière

Quartier de la Maison-Blanche

Les années 1890

Les années 1900-1920

Dans la presse...


Le monde de la hotte

Elles disparaissent peu à peu les pittoresques et grouillantes cités de chiffonniers, ces capharnaüms parisiens où viennent s'entasser pêlemêle les déchets et les rebuts de la grande ville... (1898)

Lire la suite


La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

...


Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

...


Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

...


Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

...

Saviez-vous que... ?

En janvier 1910, c'est Mlle Rose Boyer, une délicieuse blonde de vingt et un ans, qui exerçait la délicate profession de brodeuse, et qui demeurait 12, rue de l'Espérance ainsi que le précisait Le Journal, qui fut élue Reine du 13e arrondissement par l'Association artistique dudit arrondissement, affiliée au comité des fêtes de Paris, et ce, au théâtre des Gobelins.

*
*     *

Le XIIIème arrondissement avait une superficie de 625 hectares à sa création.

*
*     *

La rue du Petit Banquier que Balzac et Victor Hugo rendirent célèbre, l'un dans le colonel Chabert, l'autre dans les Misérables, perdit son nom au profit du peintre Watteau par décret impérial du 27 février 1867.

*
*     *

Le 15 février 1883 des gardiens de la paix attrapaient une cigogne dans le jardin situé au milieu de la place d’Italie et remirent l’animal à M. Perruche, commissaire de police du quartier Croulebarbe qui l’envoya à la fourrière où elle mourut quelques jours après faute de nourriture adaptée.
A la déception de ceux qui croyaient que cette cigogne annonçait le printemps, il s’avéra qu’elle appartenait à un nommé Blochet, chimiste à Ivry, qui l’a fit empailler.

L'image du jour

La rue de la Colonie vue de la rue Vergniaud en 1912