Dans la presse...

 Les travaux du chemin de fer de ceinture rive gauche - Sept. 1864

Les travaux du chemin de fer de ceinture rive gauche

Le Siècle — 4 septembre 1864

Les travaux du chemin de fer de ceinture, rive gauche, sont toujours très vigoureusement poussés depuis la Seine en amont jusqu’à la route de Châtillon mais la section comprise entre ce dernier point et le quai de Javel n'est pas encore commencée.

Au bout du pont Napoléon, où doit être le point de raccordement, on n'a encore exécuté que certaines parties de murs d'encaissement et aveuglé quelques arcades de l'ancien viaduc afin d'emprisonner les terres de remblais mais un peu plus loin le passage par-dessus la ligne de Orléans s'annonce par la construction de deux énormes massifs en maçonnerie qui serviront de support au tablier d'un pont métallique. Pour résister à la poussée des terres, ces massifs sont composés d'assises graduées qui forment au revers du parement comme un escalier gigantesque lequel sera noyé dans le remblai. Le tablier de ce pont devant être d'une très grande portée, sera soutenu par deux lignes de pilastres en fonte comme le pont du boulevard de la Gare.

Au delà de la ligne d'Orléans commence l'énorme terrasse que nous avons vu entreprendre il y a quelques mois, et qui maintenant i. presque atteint les dimensions voulues, hauteur et largeur. Ce terrassement est, à quelques mètres plus loin, percé par un couloir blindé, par où la rue du Chevaleret débouche sur le boulevard stratégique ; mais on pense que ce passage sera supprimé dès qu'on aura ouvert au bas du talus intérieur, une rue projetée de douze mètres, allant aboutir à la grande voie percée dans l'axe de l'église. Cette déviation, du reste, ne fera, que nous sachions ; aucun tort à la rue du Chevaleret, qui n'en ira pas moins et sans plus de parcours, gagner la porte de Vitry.

En face de cette dernière nouvelle coupure dans le remblai pour livrer passage à la rue de l'Église, cette voie, qui n'est autre que l'ancien chemin des berges rectifié, est traversée par un pont en charpente, qu'on remplacera, par un pont en métal reposant sur des parois en maçonnerie dont on est en train de poser les fondations.

Au-delà de la rue de l'Église, le sol se redresse brusquement, et au remblai succède une tranchée, qui doit perforer d'outre en outre l'ancienne butte des Moulins jusqu'à la vallée de la Bièvre. Cette tranchée, pratiquée à travers des sables rouges, blancs et gris cendré faciles à entamer, est à peu près creusée à la profondeur voulue jusqu'à la rue du Château-des-Rentiers ; mais, au delà, elle se termine par une rampe arrivant à zéro près de la route d'Ivry. Elle est, dans tout son parcours, pourvue de deux paires de rails où courent les wagonets qui vont porter au remblai de la vallée les déblais de la colline.

Entre la route d'Ivry et celle de Choisy, le sol est à peine entamé, on attend que la fraction précédente soit terminée pour entreprendre vigoureusement celle-ci.

Entre la route de Choisy et la rue du Bel-Air, le tracé n'est encore indiqué que par des jalons, maïs en contre-bas de cette rue commence la section terrassée qui traverse la vallée de la Bièvre et qui est certainement la plus avancée du parcours. Ce terrassement est percé par deux arches, dont l'une enjambe le premier bras de la Bièvre, et l'autre le chemin des Peupliers ainsi que le second bras de la rivière, qu'on emprisonne ici dans un égout.

Au delà du chemin des Peupliers, le terrain se redresse tout à coup, et la voie s'engage dans une tranchée profonde qui se termine à proximité de la route de la Glacière. L'encaissement de cette tranchée est maintenu par des murs de soutènement de hauteur variable et percés de barbacanes ; de chaque côté de la voie est une rigole canalisée pour l'écoulement des eaux.

De l'autre côté de la rue de la Glacière jusqu'à l'entrée du souterrain, la tranchée n'est encore qu’à l’état d’ébauche, comme la dernière fois que nous avons visité ces travaux ; mais l'aqueduc d’Arcueil qui passe au-dessus et qui n'était alors soutenu que par un pilier grossièrement ménagé dans la masse qu’on avait dû traverser, chemine maintenant sur une arcade construite à quelque vingt mètres au-dessus de la voie.

Le tunnel, qui commence sous le passage de la ligne d'Orsay et se prolonge jusqu'à la rue du Chemin Vert, est percé à peu près à la largeur voulue. Sur les 950 mètres de parcours et les travaux de maçonnerie s'exécutent au fur et à mesure que le permettent ceux de la terrasse.

Entre la rue du Chemin-Vert et celle de Châtillon la tranchée s'achève ; on construit les murs de soutènement, et l'on a remplacé par un pont de pierre la passerelle en bois de la rue du Pot-au-Lait (il s'agit bien de la rue du Pot au Lait du XIVe arrondissement devenue rue Friant, NdE). C'est ici que sera établi la station de Montrouge, qui, située en contre-bas de la chaussée, s'étendra de la route de Châtillon à l'avenue d'Orléans en passant sous l'avenue du Pot-au-Lait. Le bâtiment des voyageurs sera, dit-on, placé à l'alignement de l'avenue d'Orléans, et d'une rue latérale projetée-au sud du chemin de fer.



Saviez-vous que ...

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1938

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire

1900

Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire

1921

La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire

1883

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

1912

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire

1923

Tonneaux !... Tonneaux !...

Cet après-midi, à 15 heures, boulevard de la Gare, s'est disputée une originale compétition : la course des « rouleurs de futailles ». (1923)

Lire

1901

L'orage

Un orage d'une violence extraordinaire s'est abattu hier après-midi sur Paris. Vers une heure, des nuages lourds venant du Sud-Est s'amoncelaient, et à deux heures et demie de grosses gouttes de pluie commençaient à tomber. (1901)

Lire

1929

La transformation de Paris-Austerlitz

Depuis la mise en service, pour les messageries de Paris-Austerlitz, des vastes hangars, d'aspect solide, modernes, édifiés en bordure de la rue du Chevaleret, et dont l'entrée se trouve, ainsi que, nous l'avons dit, boulevard de la Gare, à Paris, une armée de travailleurs fait disparaître les anciens quais couverts de la rue Sauvage, ce qui aura pour, avantage de donner à ce coin plus d'air et, avec de petits bâtiments coquets, un cachet plus artistique. (1929)

Lire

1873

De Paris à Paris par le chemin de fer de ceinture

La ligne de fer se relève aux environs de la MAISON BLANCHE, nom charmant qui s'applique à une contrée peu connue et d'un aspect étrange. C'est assurément le coin de Paris le moins fréquenté Ces solitudes attendent un historien et un géographe, et nous espérons les explorer un jour avec nos lecteurs (1873)

Lire

1934

Les trains de voyageurs de la Petite Ceinture cesseront de fonctionner dimanche prochain

Le train à voyageurs dont le terminus est la station Maison-Blanche, qu'il atteint un peu avant 23 heures, sera le dernier à rouler sur ces voies, dimanche soir. Saluons-le, nous ne le reverrons plus ! (1934)

Lire

1926

Un abreuvoir pour chevaux et pour chiens a été inauguré ce matin

Les badauds sont rares dans le quartier de la Gare et lorsqu'une inauguration y amène des officiels et dû « beau monde », l'assistance est aussi clairsemée que pittoresque : c'est devant une dizaine de marmots, quelques garçons bouchers et deux ou trois ménagères que la fontaine, offerte par la S.P.A. à la Ville de Paris pour étancher la soif des chevaux et des chiens, a été remise à M. Morain, préfet de police. (1926)

Lire

1906

Le foyer d’infection de l’avenue de Choisy

Signalons, en plein Paris, un foyer d'infection « qui défie toute concurrence : 15, avenue de Choisy, entre le boulevard Masséna et la rue Gandon, existe un dépôt d'ordures ménagères. Les chats et les chiens crevés y achèvent paisiblement leur transformation dernière sous les chauds rayons du soleil de juillet. (1906)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme