entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

Les eaux de la Bièvre !

Le Temps (7 décembre 1875)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

La Bièvre et la fête des fraises (Gustave Dallier)

Le Petit-Journal (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue des Deux-Moulins prit le nom de rue Jenner en 1867.


Pendant la Commune, la Place d'Italie prit le nom de Place Duval.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

Article - inclus

Noté dans la presse...

1904

Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le drame de la rue Gandon - 1894

Le drame de la rue Gandon

Le Radical — 3 décembre 1894

Des cris partant d'une maison composée seulement d'un rez-de-chaussée, habité par les époux Jouy, âgés, le mari de cinquante-neuf ans et la femme de cinquante-six, mettaient en émoi ; hier, vers huit heures du soir, les habitants de la rue Gandon.

Quelques-uns se précipitèrent dans le logement et aperçurent M. Jouy, qui est estropié, étendu sans connaissance sur le plancher, portant au crâne une profonde blessure, et Mme Jouy, que son fils Joseph, âgé de dix-huit ans, maintenait sur le sol, la frappant avec rage.

Le misérable qui était ivre, avait eu une discussion avec son père qui lui reprochait de ne jamais travailler. Furieux, il lui avait porté en pleine poitrine un coup de pied qui l'avait fait choir à la renverse, la tête sur l'angle d'une commode.

À ce moment, Mme Jouy étant intervenue, le forcené s'était rué sur elle.

Cet ignoble personnage est au Dépôt.

M. Joux, qui a, en outre, plusieurs côtes brisées, a été transporté, à l'hôpital de la Pitié. Son État est désespéré.


 Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver - 1929

Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver

Le Petit-Parisien  ― 10 janvier 1929

Au cour» d'une querelle de ménage, survenue, hier soir, vers 21 heures, au sixième étage, 137, boulevard de l'Hôpital, Henri Noirot, vingt-huit ans, gazier, a tiré deux coups de revolver sur sa femme, Alice, vingt-neuf ans. Celle-ci  a été atteinte d'une balle dans le dos.

Prévenus par des voisins, des gardiens de la paix ont transporté la blessée à la Pitié où son état n'a pas été jugé grave. Arrêté, le mari meurtrier a déclaré que depuis trois années, ses trois enfants et lui menaient une existence lamentable, sa femme se livrant à la boisson et à la débauche.

Hier soir, comme d'habitude, Noirot, en rentrant de son travail, n'avait pas trouvé le diner  prêt ; ses enfants n'étaient pas encore débarbouillés. Il adressa  à sa femme des reproches, auxquels elle répondit par des injures et des menaces. D'où le drame. Les témoignages des voisins sont favorables au gazier.


 La Bièvre par Charles Frémine - L'Illustration

La Bièvre

Seconde partie

Là-bas, sur la gauche, en avant de maisonnettes basses, à moitié enfouies dans les feuilles d'un petit enclos touffu et rougissant de tomates, de vieilles mendiantes à la peau parcheminée, la tête serrée d'un madras aux couleurs éteintes, courbées sous leurs haillons, cueillent et ramassent dans des hottes d'osier le mouron vert et fleuri qui met chaque matin tant de joie dans les cages et fait piailler si  bruyamment tous ces petits hôtes emplumés auxquels Paris a coupé les ailes.

La ferme des Peupliers - Gravure d'Auguste Lançon

Plus loin, au flanc de cette montée ou paissent de pauvres petits ânes à l'échine maigre et saigneuse, ce chaume qui s'appuie sur un noyau de maçonnerie en pierres sèches, avec des échafaudages de perches au bout desquelles sont juchées comme des espèces de cages à poule; cette agglomération de hangars, de planches, de lattes, de vieux paniers, de brancards et d'échelles, tout cela déhanché, disloqué, lavé par la pluie, brûlé par le soleil, c'est la Ferme des Peupliers.

S'il est vrai, comme l'a dit Balzac, que l'architecture soit l'expression et la physionomie d'un peuple, peut-être ne serait-il pas extravagant d'affirmer que cette construction réjouissante est sortie un beau jour, tout d'une pièce, du cerveau fantaisiste de quelque Tsigane en rupture de vagabondage.

Des légumes frais et plantureux croissent néanmoins aux alentours de cette ferme modèle, et un coloriste pourrait étudier, avec fruit, toutes les nuances du vert, depuis le vert tendre et jaune des cerfeuils et des chicorées, jusqu'aux verts plus intenses des céleris et des épinards. Nous saluons la fermière, une femme rousse, occupée à défouir de superbes carottes dont l'odeur pénétrante nous arrive agréablement aux narines, et nous nous dirigeons vers les étangs de la Glacière.

Les étangs de la Glacière (vue partielle) - Gravure d'Auguste Lançon

Ils s'étalent et s'évasent au fond de la vallée, recouverts, par grandes places, de végétations orangées et limoneuses, piqués de roseaux bleuâtres, muets, stagnants, immobiles, avec des noirceurs d'un brillant d'ébène poli, et des éclaircies couleur vert bouteille. Leurs eaux, qui alimentent la Bièvre pendant les sécheresses, sont visitées l'hiver par des bandes de canards sauvages. Tandis que nous côtoyons les bords du marécage où doit passer la rue d'Alésia et que des charretiers, en train de le combler, y vident leurs tombereaux chargés de moellons qui vont rouler dans les flaques, un épagneul, la queue en arrêt, fait s'envoler des joncs deux bécassines reconnaissables au petit cri rauque et bref qu'elles jettent en fuyant, ainsi qu'aux trois crochets qu'elles décrivent brusquement avant de filer dans le ciel clair.

La Fontaine à Mulard - Gravure d'Auguste Lançon

Des potences vertes où pendent des lanternes en fer-blanc nous indiquent de loin l'entrée de la rue de la Fontaine-à-Mulard, bordée de maisons inégales, coupée de vieux murs chaperonnés de mousse, égayée par des haies de sureau, tout enguirlandée de clématites et de vignes-vierges, empourprées par l'automne. La fontaine se creuse et s'arrondit dans la muraille, qui fait ventre sous le poids de jardins en terrasse dont les arbustes, débordant sur la rue, laissent choir à chaque bouffée de vent leurs feuilles mordorées. Bien qu'au-dessous du niveau du Bras-Mort de la Bièvre, qui coule seulement à quelques mètres en aval, l'eau de cette source, à laquelle on arrive par quelques marches usées, est de la limpidité la plus transparente et du goût le plus pur. Il est bien peu de vieilles fontaines qui n'aient leur légende.

La Fontaine à Mulard a la sienne : mais elle est fort longue et fort compliquée et l'espace nous manque pour la raconter ici : nous nous contenterons donc de la signaler en passant.

Au reste, le temps n'est plus guère aux légendes : elles se sont enfuies devant la lumière du gaz et le sifflet des locomotives, et les deux voies nouvelles que l'on ouvre dans ces parages ne sont pas faites précisément pour les y ramener.

Emplacement de la future gare des marchandises

Les cintres en bois du canal souterrain sur lequel passera le boulevard de Tolbiac sont déjà posés sur une longueur de 55 mètres, et, si l'on en juge par le nombre d'ouvriers employés à sa construction, la besogne ira vite. On avait d'abord eu l'intention de combler et de supprimer totalement ce bras de la Bièvre, connu sous le nom de Bras-Mort; on se serait contenté de jeter un seul pont sur la Bièvre proprement dite; mais on a dû momentanément s'arrêter devant les réclamations des riverains. Il est certain que ces projets de canalisation ont déjà mis en éveil de nombreux intérêts et qu'ils soulèveront plus tard, si l'on y donne suite, de vives oppositions.

Les eaux de la Bièvre possèdent, en effet, des propriétés spéciales et très-précieuses pour la tannerie et la teinture. La manufacture des Gobelins l'emploie de préférence pour la couleur écarlate.

Un tanneur nous disait : « Les peaux brutes mises à tremper dans l'eau de la Bièvre sont bonnes au bout de dix heures à être ébourrées. » Au reste, la meilleure preuve de sa vertu, c'est le nombre toujours croissant de corroyeurs, mégissiers, hongroyeurs, tanneurs et teinturiers qui, depuis des siècles, sont venus s'établir sur ses rives.

Une idylle pour finir.  ― Aussi bien, ces détails ne sont guère de notre compétence — nous ne sommes pas du métier. Mais comment, d'autre part, toucher à ces petites gardeuses de chèvres ? Il est des scènes moins faites pour la plume que pour le crayon, et puis nous connaissons la valeur de celui que Lançon manie à côté de nous. Nous le laisserons donc dessiner seul, nous contentant d'admirer son œuvre, tandis que le soleil couchant fait étinceler au loin la coupole du Panthéon, et que le frémissement des peupliers de la vallée nous arrive doucement aux oreilles, comme le bruit de lointaines cascades.

CHARLES FRÉMINE.

Lire le début

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

Lire

Une visite à la Manufacture des Gobelins

Nous avons visité les Gobelins à onze heures. C'est le moment le plus propice pour recueillir une impression personnelle. À cette heure matinale, en effet, la foule des touristes n'a pas accès dans la manufacture ; le travail bat son plein dans la cité, et le chantier et l'atelier présentent leur physionomie réelle que n'a pas encore altérée la fatigue d'une demi-journée de labeur. (1900)

Lire

Le 14 juillet des miséreux

Nous nous sommes rendu à l'asile Nicolas-Flamel, 71, rue du Château-des-Rentiers, un asile modèle, d'une extraordinaire propreté, disons le mot d'une belle coquetterie. (1896)

Lire

Hôtel particulier rue du Château-des-Rentiers

Le Refuge Nicolas-Flamel, asile de nuit, est installé rue du Château-des-Rentiers. Délicate attention du hasard. Tout auprès, rue de Tolbiac, il est une gare, munie de ce fronton : Entrée — CEINTURE — Sortie. On s'étonne qu'il n'y ait point, ajoutés par un pauvre, cinq lettres de réponse : «Merci ! » (1922)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte