entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

Les eaux de la Bièvre !

Le Temps (7 décembre 1875)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

La Bièvre et la fête des fraises (Gustave Dallier)

Le Petit-Journal (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Jacques Daviel (1696-1762) fut un célèbre oculiste. Il fut le premier à réussir une opération de la cataracte et a été chirurgien du roi Louis XV. La rue Daviel porte son nom depuis 1894.


La marché découvert des Gobelins — que l'on appelle aujourd'hui le marché Auguste-Blanqui — remplaça le marché couvert à compter du 9 mai 1898 et, comme maintenant, se tenait les mardis, vendredis et dimanches.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

Article - inclus

Noté dans la presse...

1877

Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Vengeance d'amazone. - 1905

Vengeance d'amazone.

Le Rappel — 8 juin 1905

Une ménagère, Mme Mélanie Compagnier, demeurant 58, rue Clisson, en voulait depuis un temps immémorial à une couturière, Mme Louise Leprince, 21 ans, domiciliée dans la même maison. Hier. matin, vers 2 h., comme la couturière rentrait chez elle, la vindicative femme, qui la guettait dans l'escalier, se précipita sur elle et la frappa de quatre coups de couteau dans la poitrine. La blessée, dont l'état parait des plus graves, a été transportée à Cochin. La coupable à réussi à prendre la fuite.


 Une singulière victime

Une singulière victime.

Le Matin ― 25 août 1885

Dans la soirée d'hier, des gardiens de la paix attirés par des cris, trouvèrent, l'angle du boulevard Arago et de la rue de la Glacière, un individu terrassé qu'ils relevèrent et qui déclara avoir été assailli et dévalisé par trois rôdeurs, dont un lui avait porté un coup de couteau dans l'aine gauche.

Les agents requirent une voiture et, après avoir mené cet homme au bureau de M. Perruche, commissaire de police, qui reçut sa déclaration, le transportèrent à la pharmacie Rives.

Puis, sur les conseils du pharmacien, qui trouva la blessure trop grave, ils le conduisirent en voiture à l'hôpital de la Charité, où l'interne de service l'admit d'urgence et lui fit un premier-pansement. Quelques heures plus tard, on s'apercevait que cet homme, qui avait déclaré se nommer Ernest Vigne, âgé de dix-neuf ans, s'était évadé de la salle où il avait été transféré,, et que, pour des raisons particulières il avait cru- devoir prendre la  clef des champs.


 La Bièvre - G. Lenotre - 1896

LA BIÈVRE

Le Monde Illustré ― 8 février 1896

Dans les bois qui font au château de Versailles une si magnifique ceinture de futaies, plus loin que l'endroit appelé le Désert, au fond d'un ravin étroit à ce point qu'il ressemble à une ruelle encaissée entre deux murailles de verdure, en un lieu où il n'y a ni maison, ni route, ni chemin, ni sentier, rien qu'un enchevêtrement de branches et un fouillis de grandes herbes, naît un ruisselet, si bien caché dans les roseaux qu'on a peine, d'abord, à le découvrir. Il fuit, sous l'ombre verte des arbres, suivant sans détours ni méandres le fond de la vallée... C'est la Bièvre.

La Bièvre, gracieuse, pure, innocente, qui semble si heureuse de courir dans les herbes, de refléter les aulnes, de cascader sur les cailloux, qu'elle est parvenue à attendrir les bicyclistes. Quelque invraisemblable que paraisse cette assertion, les bicyclistes ont respecté, en effet, le berceau de la Bièvre : ceux qui veulent lui rendre visite laissent leur machine à Guyancourt ou à Bouviers, et vont à pied, comme de simples mortels, lui porter leurs hommages. Je signale ce point de notre globe où la bécane n'est point parvenue : c'est dire combien ce coin de terre est reculé, solitaire, silencieux, discret et poétique.

Quand on fait en bateau-omnibus la traversée de la Seine, du pont d'Austerlitz à Auteuil. on aperçoit, par les basses-eaux, (quelque part dans les environs du Jardin des Plantes, une énorme bouche d'égout, qui, continuellement, déverse une sorte de liquide visqueux, épais, jaunâtre : de temps à autre, dans cette déjection ininterrompue, apparait, quelque masse verdie, informe. cadavre de chien gonflé comme un animal en baudruche, ou vieux chapeau juteux ballotté par la vase, pis encore… Les passagers des bateaux se détournent avec horreur; les pêcheurs à la ligne eux-mêmes — que ne rebutent pourtant ni la sortie du grand collecteur ni le fameux égout aux cataplasmes de l'Hôtel-Dieu — désertent ce confluent fétide, aux alentours duquel les poissons ne peuvent pas vivre.

Ce flux d'ordures. c'est la Bièvre. La Bièvre avilie, abjecte, boueuse, prostituée.

Il n'y a pas d'histoire plus dramatique et plus morale que celle de ce pauvre cours d'eau, histoire navrante et bien faite pour servir de leçon.

Pour son malheur, la Bièvre est née trop près de la grande ville : c'est ce qui a fait sa perte. Comme tant de pauvres filles des champs, le mirage de Paris la troublait dans ses grands bois; elle était attirée vers cette cité merveilleuse dont les féeries hantaient sa solitude. Sans doute les couples heureux qui, le dimanche, s'égaraient sur ses bords, ont-ils contribué à son malheur : la nymphe de sa source, à force de voir ces bandes de Parisiens, échappées pour un jour de leur prison, si gaies, si folâtres, si pleines d'entrain, a pensé peut-être que, dans cette ville d'où ils venaient, ce n'était que fête continuelle, idylle sans fin. Avait-elle entendu dire aussi que dans ce Paris fascinateur, une belle rivière n'avait qu'à se laisser couler, oisive et adorée des riverains, reflétant des cathédrales et des palais, sans une turbine à actionner, sans un moulin à faire mouvoir? Alors, ayant peur du travail, elle se sera dit : « Pourquoi pas moi aussi bien qu'une autre ?. » - C'est ce raisonnement qui les perd toutes!

Entrée de la Bièvere dans Paris à la Poterne des Peupliers
Entrée de la Bièvre dans Paris

Et pourtant les avertissements ne lui ont pas manqué. Un jour, un grand prince fit élever, dans les forêts où elle prend naissance, un admirable palais et disposer un parc somptueux, tout rempli de bassins sans eaux, de cascades sans chute, de canaux où l'on ne pouvait naviguer. Ce grand prince entendit parler de la Bièvre, et, tout de suite, la désira follement. Ce n'est point qu'il la trouvât jolie, jolie : elle semblait bien rustique à un si raffiné seigneur ; mais comme il n'y avait pas d'autre; rivière dans les en- virons, il conçut Je projet d'amener celle-ci à sa cour. Il vint lui faire visite , accompagné d'une troupe d'architectes célèbres, de jardiniers fameux, d'ingénieurs hydrographes illustres. La sotte eut peur, et se fit, ce jour-là, si menue, si discrète, si pauvre, que les courtisans, considérant et la grandeur du prince, et l'humilité de la rivière, dirent : « Sire, laissez cette péronnelle ; vous n'en sauriez faire rien ; nous vous amènerons la Loire ou l'Eure sur des aqueducs de six mille - arches : cela, du moins, sera digne de Votre Majesté. » Et comme cet argument sembla très raisonnable au grand roi, il tourna le dos à la Bièvre et n'y pensa plus.

Elle se réjouit de cette décision, l'infortunée ! Si pourtant, à cette heure d'où dépendait sa destinée, elle s'était tant soit peu mise en frais, si elle avait grossi sa voix, étalé sa robe et montré quelque désir de plaire, son eau, restée pure. baignerait depuis deux siècles, les blanches déesses de marbre des bassins de Versailles, dormirait dons les urnes de porphyre, jouerait dans les conques de bronze des tritons et s'épanouirait en belles gerbes sous des colonnades de granit rose. Tandis qu'aujourd'hui !...

*
*   *


Lire la suite
Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Un métier inconnu

Rue Xaintrailles, derrière l'église Jeanne d'Arc, demeure une pauvre vieille grand'maman qui nourrit sa fille et ses petites-filles de crottes de chiens cueillies à l'aube sur les avenues qui rayonnent de la place d'Italie. (1893)

Lire

La Ville de Paris va-t-elle enfin s'occuper de la cité Jeanne-d'Arc ?

Près de la place d'Italie, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, la cité Jeanne-d'Arc forme une sorte de boyau gluant, sombre, bordé de mornes bâtisses de cinq ou six étages aux murs zébrés de longues moisissures. Dès la tombée de la nuit, le coin n'est pas sûr... (1931)

Lire

La cité Jeanne-d'Arc a été nettoyée de ses indésirables

La Cité Jeanne-d'Arc, cet îlot lépreux et insalubre qui, dans le 13e arrondissement, groupe autour de quelques ruelles ses immeubles sordides, entre la rue Jeanne-d'Arc et la rue Nationale, a vécu aujourd'hui un véritable état de siège. (1935)

Lire

L'inauguration de la rue Jeanne-d'Arc (prolongée) dans le XIIIe arrondissement

La municipalité parisienne a inauguré, ce matin dans le 13e arrondissement, le prolongement de la rue Jeanne-d'Arc qui relie ainsi le quartier des Gobelins à celui de la Gare. (1936)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte