entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

Les eaux de la Bièvre !

Le Temps (7 décembre 1875)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

La Bièvre et la fête des fraises (Gustave Dallier)

Le Petit-Journal (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1912, le lit de la Bièvre est couvert et canalisé pour devenir la rue Berbier-du-Mets.


En février 1893, le conseil municipal de Paris, sous la conduite de M. Ernest Rousselle, décidait ce qui suit pour le 13ème arrondissement : Ouverture de la rue Bobillot, entre la place d'Italie et la rue du Moulin-des-Prés ; ouverture de la rue Caillaux ; mise en état de viabilité de la rue Croulebarbe ; ouverture d'une voie nouvelle, de la rue de Tolbiac à la gare d'Orléans-Ceinture ; prolongement de la rue Jeanne-d'Arc ; achèvement de la rue Pascal ; ouverture de la rue des Messageries ; mise à l'alignement de la ruelle des Gobelins.


Le 30 janvier 1916, se jouaient Les Mystères de New-York au cinéma Bobillot, 66 due de la Colonie.

Article - inclus

Noté dans la presse...

1891

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Procédés un peu violents - 1897

Procédés un peu violents.

Le Matin - 14 octobre 1897

Des cris Au secours ! A l'assassin ! partaient, la nuit dernière, du n° 96 de la rue de la Glacière. Les voisins et des gardiens de la paix accoururent et arrêtèrent un nommé Jules Remoissonnet, âgé de vingt-six ans, ouvrier couvreur, demeurant passage Prévoit, au moment où ce dernier, après avoir à moitié assommé sa mère, âgée de soixante et onze ans, allait précipiter sa sœur par la fenêtre.

Jules Remoissonnet, qui est marié depuis six mois, était venu pour enlever divers objets qu'il prétend appartenir à son père, lequel est âgé de soixante-quatorze ans et est actuellement interné à l'hospice de Bicêtre.

M. Remongin, commissaire de police, a envoyé l'ouvrier couvreur au Dépôt.


 A bon chat… - 1923

A bon chat…

Paris-Soir — 9 octobre 1923

Mme veuve Pestre, 55 ans, 16, avenue des Gobelins s’est présentée au commissariat du quartier Croulebarbe et a déclaré qu’elle avait été griffée aux jambes et mordue à la main par un chat qui se trouvait devant une boulangerie, 26, avenue des Gobelins. On abattra sans doute le minet si on le retrouve.


 Pauvre Bièvre ! - Le Rappel — 11 avril 1883

Pauvre Bièvre !

Le Rappel — 11 avril 1883

Une affiche municipale vient d'être placardée sur les murs de Paris, rappelant aux riverains de la Bièvre l'obligation de la curer et de la faucarder, c'est-à-dire de couper les herbes qui en garnissent le fond et les berges.

Cette opération dont personne ne conteste la nécessité en l'état actuel, devait prendre fin, par suite de l'envoûtement du ruisseau depuis son entrée dans Paris par la poterne des Peupliers jusqu'à son embouchure en Seine. Mais il y a loin de la coupeaux lèvres et du projet à l'exécution.

La Bièvre au bas de la rue de la Fontaine à MulardL'administration municipale a reconnu en principe qu'il y avait lieu de traiter la Bièvre comme un égout le jour où elle a transformé le quartier Saint-Marcel ; et, de fait, l'ancien ruisseau de Ménilmontant, qui traverse, en galeries souterraines, les faubourgs Saint-Martin, Saint-Denis, Poissonnière, la Chaussée-d’Antin, les quartiers de la Madeleine et des Champs-Élysées, n'a jamais été aussi insalubre que la Bièvre.

Il est vrai que ce ruisseau ne parcourait, au siècle dernier que des jardins maraîchers et n'était bordé que par les guinguettes des Porcherons.

La. Bièvre, au contraire, infectée, depuis Jouy-en-Josas, par les résidus que les usines y déversent, noire et gluante à Arcueil et à Gentilly, souillée encore avant d'arriver aux Gobelins par les manufactures des quartiers de Croulebarbe et de la Glacière, n'a plus rien à perdre quand elle a dépassé l'avenue des Gobelins : les teintures, les tanneries, les fabriques de produits chimiques ont achevé de la corrompre.

Cependant, en cet état impur, les jardiniers du Jardin-des-Plantes l'emploient encore pour leurs cultures, qu'elle traverse entre les rues de Buffon et de Poliveau.

C'est entre ce point et le boulevard d'Italie que la mise en égout s'impose aujourd'hui.

Cette fange liquide roule, en effet, sous les rues Geoffroy-Saint-Hilaire, la Halle aux cuirs, les rues Monge, Mouffetard, Pascal et le boulevard Arago, servant, si on le veut, aux industries de ce quartier, mais infectant, en été, toute une région où se construisent d'élégantes et confortables habitations.

Sur les bord de la Bièvre dans le quartier Croulebarbe

Qui dirait aujourd'hui que ce coin de la banlieue parisienne était jadis l'un des plus charmants ? Le petit Gentilly, représenté aujourd'hui par les prés submersibles de la Glacière, était un lieu charmant ; Rabelais y envoyait ses élèves ; Benserade y rimait des madrigaux; les miniaturistes parisiens du moyen âge y plaçaient des scènes pastorales. Puis est venue la spéculation qui a voulu canaliser la Bièvre et faire de ce ruisseau un moyen d'approvisionnement en bois de chauffage venant des forêts de Satory et de Verrières.

Pauvre Bièvre ! Elle a perdu toute sa poésie, elle ne peut plus être utilisée que par les industries riveraines, en attendant qu'on la traite comme le ruisseau de Ménilmontant.


A lire également

L'assainissement de la Bièvre (1897)

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

L'inondation de la Bièvre

La Bièvre, pendant l'orage de mercredi, s'est mise en colère ; terrible colère, dont nous avons déjà signalé hier les principaux effets, et dont je suis allé voir les traces avant qu'elles ne fussent effacées. (1901)

Lire

Arsène Lupin à l’Eden des Gobelins

A l'Éden des Gobelins, l'entr'acte passe en grande vedette, vers 10 h. 20. (1933)

Lire

Les on-dit

Mais je vous jure que je n'ai jamais mis les pieds aux Gobelins, Comme tout vrai Parisien, je connais mal Paris. Je serais aussi dépaysé aux Gobelins que dans l'Arkansas. (1904)

Lire

Élection de la reine de l'Association artistique du treizième arrondissement

Cinq cents personnes environ assistaient, hier soir, à l'Eden des Gobelins, à l'élection de la reine de l'Association Artistique du treizième arrondissement. (1911)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte