entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1911, M. Yendt était commissaire de police du quartier de la Salpêtrière.


En 1882, un poste-vigie dit encore poste avertisseur, c'est à dire un local où un pompier serait toujours présent afin d'y recevoir la déclaration des personnes venant faire connaître un incendie était installé au numéro 26 de la rue des Cinq-diamants. Chaque poste avertisseur était en communication avec la caserne des pompiers la plus voisine à l'aide d'un télégraphe à cadran


La rue de la Colonie s'appella ainsi en raison de la présence d'une colonie de chiffonniers dans le secteur.

Article - inclus

Noté dans la presse...

1907

La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 La folie du cordonnier - 1921

La folie du cordonnier

Le Gaulois  — 20 mars 1921

Un sujet russe, Bernard Steimann, cordonnier âgé de cinquante et un ans, demeurant 22, avenue de Choisy, menacé d'expulsion fut pris d'un acte de folie et se barricada dans sa boutique, menaçant de tuer ceux qui s'approcheraient.

L'intervention du commissaire de police n'eut aucun succès. Steimann restait enfermé. Alors il fut décidé qu'hier matin on lancerait par une fente de la porte de la boutique deux ampoules remplies d'un gaz soporifique, afin de pouvoir se rendre maître du forcené.

Or, à sept heures du matin, deux agents en surveillance aperçurent soudain deux jambes qui s'allongeaient sous le rideau de fer. Chacun en prit une et tira ; Steimann n'opposa aucune résistance. Le pauvre fou s'était blessé dans la, région du cœur avec un de ses tranchets à  chaussures.

Transporté immédiatement à la Pitié, le malheureux y a reçu les soins nécessaires.

Comme ses blessures ne présentent aucun caractère de gravité, il sera dirigé sur l'asile de Sainte-Anne.

A. Magne

 On arrête... - 1916

On arrête...

Le Matin ― 25 janvier 1916

13e arrondissement. On arrête, avenue des Gobelins, Mme Papillon, demeurant route de Fontainebleau au Kremlin-Bicêtre, pour scandale dans une salle de spectacle et outrages aux agents. Elle est envoyée au Dépôt. ― Mme Brillot, demeurant boulevard Victor, est frappée d'un coup de couteau, hier soir, rue du Banquier, par un inconnu. Elle est transportée à la Pitié. ― Boulevard Auguste-Blanqui, au cours d'une discussion, Albert Bouclomot, débardeur, demeurant à Ivry, frappe d'un coup de couteau son adversaire, Léon Raterre, journalier, rue de Charenton, et le blesse grièvement. Il est arrêté et envoyé au Dépôt. Le blessé est transporté à la Pitié.


 La couverture de la Bièvre - 1907

La couverture de la Bièvre

Le Rappel — 25 juin 1907

Ce qu'on dit sur ses bords... — Pour l'hygiène publique. — L'état de la question.— Solution prochaine

N'est-ce pas Aristide Bruant qui, dans une de ses chansons, parle de la Bièvre ?

Qu'est une p'tite rivière
A la Glacière…

Une petite rivière ? Ah ! non, l'euphémisme est vraiment exagéré. C'est un simple égout à ciel ouvert, un cloaque innommable — mais non une rivière, même petite !

Tous les ans, et même tous les six mois, mais principalement au recommencement des grandes chaleurs, surgit la question de la Bièvre — et voici que, cette fois, il semble que sa solution serait proche.

Nos lecteurs savent peut-être qu'en 1899, — on voit que ce n'est pas d'hier, — le Conseil municipal décida en principe de faire procéder à la « couverture » de la Bièvre, c'est-à-dire à sa transformation de canal ouvert en égout souterrain. Les riverains en cause se mirent presque unanimement d'accord avec l'administration, mais il s'en est trouvé quelques-uns de rétifs. Ceux-là seront expropriés : c'est du moins à quoi conclut le rapport de M. Deslandres, conseiller municipal, qui vient d'être distribué.

La ruelle des Gobelins, aujourd'hui, rue Berbier du Mets, à son débouché sur le boulevard Arago (à l'arrière plan).

*
*     *

Nous étions, hier, sur « les bords » de la Bièvre…

Dut leur odorat en souffrir — comme le nôtre — les Parisiens ont tort de ne pas connaître cette partie qu'on désigne sous le nom de Bièvre « vive » — encore un euphémisme ! — et qui est située, plus qu'elle ne coule, rue Croulebarbe, rue Corvisart, boulevard Arago, comme aussi cette Bièvre « morte », à la rue de la Clef et à la rue Monge. C'est un des coins de Paris des plus curieux et des plus pittoresques. Sans doute, ce n'est pas le souvenir de Venise, ni de Bruges, qu'évoquent ces vieilles bâtisses baignant leurs assises dans ce canal étroit... mais il y a dans ce spectacle quelque chose d'imprévu, d'anormal pour Paris, qui n'est pas, au seul point de vue de l'œil bien entendu sans un certain charme de bizarrerie.

L'eau — est-ce bien de l'eau ? — est lourde et grasse. Elle doit salir et non laver. Elle ne coule pas, elle croupit. La mer Morte doit avoir de ces couleurs sombres et métalliques. Le caillou qu'on y jette fait « ploc ! » et s'enfonce comme avec difficulté… À certains endroits, la crasse — comment dire autrement ? — forme à la surface une sorte de croûte sur laquelle il semble qu'on pourrait s'aventurer comme sur un terrain. Çà et là de lamentables épaves, débris de bois, morceaux d'étoffes, papiers jaunis. Ici un chapeau qui fut peut-être de paille. On nous dit qu'on y trouve des cadavres d'animaux.

De quelque esprit de résistance que l'on soit animé, il faut le reconnaître, il faut le dire : cette eau pue. Elle pue abominablement d'une odeur indéfinissable, synthèse nauséabonde de vase, de poisson mort, et d'ordures ménagères.

La ruelle des Gobelins après la couverture de la Bièvre. La vue est prise en direction de la rue Croulebarbe.

*
*    *

Des trois « riverains » auxquels nous avons demandé leur avis, il ne s'en est pas trouvé un seul pour regretter la disparition. prochaine de ce foyer d'infection.

— On ne saura jamais de combien de morts cette saleté-là a été la cause, nous dit un honorable négociant en vins de la rue Croulebarbe. Certaines années, les fièvres font de véritables ravages dans le quartier : les enfants meurent comme des mouches, et certainement c'est de la Bièvre que nous vient tout le mal…

— Nous ne comprenons pas pourquoi on a tant tardé, nous dit un autre. Pourquoi, ce qu'on a pu faire pour une grande partie de la Bièvre, n'est-il pas déjà réalisé pour cette partie-ci ? On a bien su l'ensevelir au-delà de la rue de Tolbiac, on aurait pu le faire ici, où c'est certainement plus urgent : alors que là-bas il n'y a que des chantiers et des terrains vagues, ici s'élèvent des maisons habitées dont les habitants souffrent véritablement...

*
*    *

Des sept kilomètres et demi qu'avaient autrefois les deux bras de la Bièvre — car le monstre a deux bras… —  il ne reste plus guère que treize cents mètres à ciel ouvert : mais c'est encore trop. C'est trop pour l'odeur, pour l'hygiène publique. Les « intéressés » — c'est-à-dire ceux qui avaient quelque intérêt au maintien du statu quo — ont su le comprendre pour la plupart. Les autres obtiendront judiciairement les compensations auxquelles ils prétendent. L'important est qu'on en finisse. Et puisse l'été de 1907 être enfin le dernier dont les malheureux riverains aient à souffrir !

C'est lent, lent... Mais ce n'est pas au moment de toucher au but qu'il faut se plaindre.

A.-J. Derouen.

A lire également

L'assainissement de la Bièvre - 1897

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

Lire

Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement

L'Office public des habitations de la Ville de Paris a entrepris, il y a quelques années, la construction de plusieurs groupes d'habitations à bon marché dans divers quartiers populeux de la capitale.
L'un de ces groupés, sis dans le XIIIè arrondissement et dont la construction a été commencée en 1930, vient d'être terminé. (1933)

Lire

M. Albert Lebrun inaugure le monument élevé « à la gloire des mères françaises »

Cet après-midi, à 15 heures, a eu lieu, boulevard Kellermann, près de la porte d'Italie, l'inauguration du monument érigé à la gloire des mères françaises. La cérémonie s'est déroulée en présence du président de la République et de Mme Albert Lebrun, et de hautes personnalités. (1938)

Lire

La statue du docteur Pinel

On va prochainement ériger sur la place de la Salpêtrière la statue en bronze du docteur Pinel. (1883)

Lire

sans Z 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte