entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

Les eaux de la Bièvre !

Le Temps (7 décembre 1875)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

La Bièvre et la fête des fraises (Gustave Dallier)

Le Petit-Journal (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La statue de Pinel, bienfaiteur des aliénés, installée devant l'hôpital de la Salpétrière est due à Ludovic Durand.


En 1937, le président du comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes tenait sa permanence pour les adhésions au cabaret de Mme Grégoire, 41, rue de Croulebarbe.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

Article - inclus

Noté dans la presse...

1862

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le vin triste - 1923

Le vin triste

Paris-Soir ― 2 décembre 1923

Avenue des Gobelins, en face du 51, des agents ont surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.


 Agression d’un marchand de frites - 1906

Agression d’un marchand de frites

Le Journal — 16 juillet 1906

Un marchand de « frites » ambulant, M. Louis Garnier, trente ans, épluchait tranquillement des pommes de terre, hier soir vers six heures, au seuil de sa cabane, installée avenue des Gobelins. Il reçut soudain une balle de revolver dans l'œil gauche. M. Garnier est soigné à l'hôpital Cochin. M. Yendt, commissaire de police du quartier Croulebarbe, fait activement rechercher l'individu qui a fait feu.


 La perdition de la Bièvre

La perdition de la Bièvre 1/3

Par Adrien Mithouard (*)
Adrien Mithouard

Il faut que vous sachiez que le pays de Hurepoix est plein d'une aventure cocasse et lamentable. Située au Sud du Parisis et commençant sur la rive gauche de la Seine, cette petite contrée, formée à peu près de l'archidiaconné de Josas, a pourtant de grands charmes et ses vallées de l'Orge, de l'Yvette et de la Bièvre offrent de jolies ouvertures. Mais elle passa toujours pour étrange et malchanceuse et ces beaux lieux eux-mêmes ont une singulière inclination sauvage. Ce n'était pas sans moquerie qu'on disait autrefois d'un homme venu du quartier latin qu'il sortait du Hurepoix et nous n'aurions pas de grief sérieux contre l'Odéon, s'il n'y était situé. Il semble donc naturel qu'il s'y passe des événements ridicules ou déconcertants, et il arrive en effet que le Hurepoix s'est vu supprimer une de ses rivières, ce qui est, je crois, une mésaventure unique au monde. Nous pensions jusqu'ici qu'il était possible d'emporter des pierres ou des plantes et d'arracher des arbres, mais qu'une rivière demeurait inamovible, étant insécable, inséchable et indéracinable, qu'elle était ce qu'il y a de plus obligatoire sur la surface du sol, attendu la pérennité des sources et la nécessité qu'il y a que l'eau aille éternellement quelque part. « Le Hurepoix, cependant, s'est laissé confisquer une de ses rivières, que l'on lui soutire, sans que personne le trouve admirable.

Je ne puis m'empêcher d'associer les pauvres paysages de la Bièvre parisienne, de jour en jour restreints et maintenant sur le point d'être abolis, au souvenir du petit Louis XVII. Si triste sourire des petites enfances royales, livrées à la douleur ! Petites Mademoiselles en robes à cloche, aux noms caparaçonnés d'hommages retentissants, précipitées dans la fange avec vos poupées; petits princes maladifs, dont le vice se confond avec les naïvetés infantiles, bégayant d'une ingénue voix de tête le vocabulaire saligaud d'un savetier, petits seigneurs flétris, pauvres êtres de belle race et de grande pitié, la Bièvre est votre blême petite sœur.

Issue du domaine royal, qu'elle est princesse dès son origine! Je la sais toute menue et insaisissable, mais vive déjà d'une indépendante humeur où se connaît son lieu éminent. Je l'ai vue naître, dis-je, avant que je fusse au monde, car depuis des siècles les pères de mon père cultivaient près de Guyancourt le sol d'où elle jaillit. Terre celtique. Des villages y ont pris ce surnom : le Bretonneux.

Sous les premiers arbres où elle se cache, la lumière du printemps est si verte que les fées aux robes de chlorophylle et aux yeux d'émeraude y demeurent invisibles. Ah, quand Merlin reviendra, il y aura une grande rumeur en ce val et dans sa joie la petite Bièvre inondera tout à coup le grand Paris. En attendant, parmi des endroits singulièrement déserts, elle passe le temps à jouer, à faire pousser « le cresson vert et l'herbe d'or » que Merlin viendra cueillir un jour, petit ruisseau introuvable qui court comme un furet sous les verdures et dont on douterait s'il n'était attesté par son magnifique paysage. Ce ne sont sur le sol que plantes serrées, iris, roseaux et sagittaires, osiers, ronces, fougères et sureaux sur lesquels les chênes et les frênes étendent des plafonds de hauts feuillages. On perd de vue le ciel, on se trouve sous ces arbres espacés, modérant une étrange lumière, comme à l'intérieur d'un temple vaste dont ils sont les colonnes, et dans l'atmosphère duquel çà et là le feuillage des peupliers blancs simule des vapeurs sacrées, immobiles sur un tapis de haute lisse, sur un vaste et parfumé tapis de grandes herbes dans lesquelles s'accomplit le mystère de l'eau.

Après des méandres insoupçonnés dans les roseaux, le ruisseau arrive au-dessous du plateau de la Minière. Un moment le val s'élargit, les arbres se rangent de chaque côté sur les pentes, ouvrant leur plafond et montrant les deux. Alors, dans un plus large site, le filet d'eau apparaît luisant, hâtif et même bavard, il décrit un grand cercle comme s'il voulait compenser sa minceur par son agilité et il réussit en effet à tenir fraîche une grande prairie dans laquelle rêve un gros cheval de charroi, stupide. Mais, ce ne fut qu'un instant. Les verts ramages se rejoignent bientôt et les branches se recroisent, suspendant l'ombre mi-claire d'une tente de feuillages, çà et là trouée de soleil, sur les herbes vierges parmi lesquelles de nouveau s'égare le ruisseau, reparti pour de fameuses écoles buissonnières.

Il va ainsi jusqu'auprès de Buc, où au sortir des bois il trouve devant lui, entre des hauteurs plus fièrement dessinées, un large pré découvert, silencieux, pacifique, au sol égal, à la végétation épaisse, comme on en rencontre dans les vallons de la haute montagne. C'est le grand chemin des eaux. Les voilà en route vers notre monde à travers la belle vallée de Jouy-en-Josas, la Suisse de l'Ile-de-France, dans laquelle Oberkampf imprimait ces toiles ornées de fleurs plantureuses, plaquées sans relief, grandes et chimériques, avec de beaux rouges s'épanouissant à plat. Et j'ai droit aussi à cette seconde Bièvre, entrevue dans une autre de mes enfances, car c'est là que d'autres grands parents, ceux-là maternels, nous amenaient l'été, et quand nous avions été bien sages, on nous montrait le maréchal Canrobert qui avait une face de vieux lion chevelu et fatigué...

Cette Bièvre-là est-elle bien la même que cette scrofuleuse et fétide enfant qui vient se perdre dans Paris? À voir passer une eau visqueuse à travers un grillage de prison vers la poterne des Peupliers, qui admettrait que c'est là cette mutine princesse qui jouait d'abord avec les fées dans nos bois? Chagrine image. De sales Égyptiens l'ont ravie, comme Zerbinette, des marchands l'ont soustraite pour la violer, la battre et la faire mentir. Dans toute la misère du mot, ce n'est plus rien qu'une enfant volée qu'on vous rend en ruines, vêtue de la jupe de Mignon, barbouillée de sueur et de suie, enfiévrée de vices. « Ils l'ont prise, l'ont emmenée... » comme dit la chanson des soldats. C'était sans doute un de ces matins d'automne où il traîne des brouillards autour de son lit. C'était peut-être aussi un soir d'orage, vers Antony, nom tragique : une lueur cuivrait le ciel nocturne, le crépuscule de Paris. L'enfant curieuse fut tentée. Elle tourna à gauche, elle était prise.


(*) fut président du conseil municipal de Paris de 1914 jusqu'à sa mort en 1919.


Suite
Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les palais des Reines Blanche aux Gobelins

Si le vieil hôtel de Sens est, sur la rive droite de la Seine, un édifice curieux à voir, deux hôtels non moins anciens et tout aussi intéressants s'offrent sur la rive gauche, dans le quartier des Gobelins, aux yeux des amateurs du gothique. (1878)

Lire

Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point. (1882)

Lire

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire

Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte