entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

Les eaux de la Bièvre !

Le Temps (7 décembre 1875)

La Bièvre

Charles Frémine (Illust. Auguste Lançon) (1876)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

Pauvre Bièvre !

Le Rappel (1883)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La couverture de la Bièvre

A.-J. Derouen (1907)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

La Bièvre et la fête des fraises (Gustave Dallier)

Le Petit-Journal (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le pont d'Austerlitz entre la place Walhubert et la place Mazas a été construit de 1802 à 1807 par Beaupré. Ses arches sont en pierre depuis 1854-1855 en remplacement des arches en fer fondu de la première construction.


Le 2 décembre 1923, le quotidien Paris-Soir rapportait qu'avenue des Gobelins, en face du 51, des agents avaient surpris Marcel Popinel, demeurant en hôtel, rue Lebrun, qui avait percé un fut de vin. Le pipeur a été conduit au commissariat de police du quartier.


En 1880, on décida de l'installation de postes-vigies dits postes-avertisseurs fonctionnant au moyen d'un télégraphe à cadran permettant de rentrer en communication avec la plus proche caserne de pompiers où un soldat du feu était toujours présent afin de recevoir la déclaration de personnes venant faire connaître un incendie. L'un des ces postes fut installé au 26 de la rue des Cinq-diamants.

Article - inclus

Noté dans la presse...

1915

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un train de sucre démolit un mur - 1916

Un train de sucre démolit un mur

Le Figaro ― 1er novembre 1916

Hier après-midi, à une heure, à la gare des Gobelins, huit wagons chargés de sucre ont heurté, par suite d'une fausse manœuvre, le mur de clôture de cette gare donnant sur la rue Baudricourt.

Le mur a été fortement ébranlé et il menace de s'écrouler.

II n'y a pas eu d'accident de personnes.


 Les étrangleurs des Gobelins - Le Matin — 12 décembre 1894

Les étrangleurs des Gobelins.

Le Matin — 12 décembre 1894

M. Gustave Louridon, marchand de vins, rue du Banquier, 19, rentrait chez lui, la nuit dernière, à une heure du matin.

Soudain, au moment où il sonnait à sa porte, trois individus qui passaient sur le même trottoir se jettent sur lui. En un instant ils lui passent une lanière autour du coup et dépouillent de tout ce qu'il porte dans ses vêtements.

Ms étaient déjà 'loin quand des gardiens de paix survenant le trouvèrent étendu à terre et râlant.

Transporté au poste de police des Gobelins, on put lui faire recouvrer connaissance.

L'état de M, Louridon .est grave.


 La perdition de la Bièvre 2/

La perdition de la Bièvre 2/3

Il y avait longtemps que les méchants avaient juré sa perdition. Déjà au XIIè siècle, avant les jours où Dante vint habiter sur ses bords, les religieux de Saint-Victor l'avaient un peu taquinée, lui imposant de traverser leur enclos, dans les parages où une rue garde encore son nom, et de se jeter dans la Seine en face de Notre-Dame. Louis XII voulut lui faire reprendre son cours ; mais depuis lors son embouchure resta douteuse. Dites-moi si une rivière peut se bien conduire, qui est incertaine de sa destination. Au XVIè siècle il advint une fois que la Bièvre fut grosse, la pauvre petite. On allait lui faire son procès, lorsque deux jours plus tard la Seine se livra à son tour à un débordement. L'inondation de la Seine refoula celle de la Bièvre, dont les eaux coulèrent à l'envers. Elle devait en voir bien d'autres.

C'est à sa source en réalité que ses tribulations commencent. A peine elle est venue au monde qu'on lâche sur elle les eaux de l'étang de Saint-Quentin pour augmenter son débit et l'empêcher de flâner en route. Aussitôt née, on lui flanque une douche — toutefois quand on a de l'eau ! Elle arrive à Buc : on la fait passer sous un gigantesque pont de pierre, non pas un de ces honnêtes ponts à deux pentes sur lesquels un âne paraît si gentil, mais un ouvrage babylonien, un énorme pont à deux étages, en haut duquel passe une autre rivière. « Regarde bien, lui dit-on, les rivières, nous les faisons couler dans le ciel, nous savons de même les faire circuler dans les ténèbres de la terre. Toi aussi tu joueras un jour à saute-mouton. » En sorte que, tandis qu'on la tance à Bouviers pour ce qu'elle n'a pas assez d'eau, on lui retire ici les eaux du Trou-Salé, de Saclay, de la Mare Malheureuse, pour les faire passer sur sa tête et les mener aux jeux royaux de Versailles. Bientôt, pour qu'elle perde décidément le fil de son cours, on lui persuade de s'en aller à son tour en l'air et on la conduit à flanc de coteau, dans la montagne russe des moulins. Le lit qu'elle abandonne au fond de la vallée n'est plus qu'un cloaque où pullulent les rats et les moustiques jusqu'à ce qu'elle y retombe échevelée. C'est le hard-labour qui commence et le peu de force qu'elle véhicule est plié à d'incroyables travaux. On la courbe, on l'estropie, on la sangle, on la met à la meule. En 1822, au moulin Croulebarbe elle mouvait une tréfilerie, au moulin Fidel elle pulvérisait du charbon animal, au moulin Copeau elle faisait du vermicelle, au moulin Ponceau du papier. Aujourd'hui au moulin de l'Hay, elle lave du varech; au moulin de la Roche, elle fabrique des capsules métalliques pour bouchage ; au moulin de Gentilly, elle broie de la moutarde. Elle ne travaille pas, elle turbine. Trente-deux blanchisseries à Cachan, cent douze à Arcueil y déversent, roses, laiteuses ou fumantes, leurs eaux résiduaires. En échange de ses dérisoires services, les lieux habités lui rejettent tout ce qu'il y a de liquide ou de presque liquide dans leurs immondices. À mesure que les communes s'accroissent et que leurs habitants se multiplient, la Bièvre, se conformant à la densité des populations, devient plus sirupeuse. Ses eaux noirâtres ont des reflets tantôt vert réséda et tantôt bleu corbeau où filent de grandes baves d'argent. Les raffinements avec lesquels est patinée sa souillure sont inconcevables. Paris y infuse ses relents secrets en envoyant tremper son linge sale dans cette vallée.

À Gentilly toute une cuadrilla de mégissiers, de tanneurs, de corroyeurs, de laveurs de bourre et de laine, de féculiers entre en scène, plus de soixante fabriques, et passe son ancienne robe d'innocence dans des jus nouveaux. C'est une messe noire. On lui applique, moites encore, la peau des bêtes et l'écorce des chênes; les crimes se marient sauvagement en elle : elle est en proie à ceux qui écorchent les animaux et à ceux qui écorchent les arbres.

Ses affluents d'ailleurs sont dans la conspiration, tous les petits débits d'eau qui la pourraient rafraîchir d'un filet de vinaigre, le ruisseau des Godets qui prétexte des rétentions, le ruisseau de la Fontaine du Moulin qui reçoit les eaux louches de Bourg-la-Reine et de Sceaux et dont la rigole immonde promenait un tel choléra qu'on a dû le supprimer de peur qu'il ne figeât d'un seul coup la Bièvre et ne mît la peste dans le pays, le ruisseau de Fresnes qui mesure avec un compte-goutte les petites doses de ses violents extraits. Quant au ruisseau de Wissous qui du moins en hiver pourrait lui apporter le réconfort d'une certaine quantité d'eau, une société de glacières l'a supprimé.

La Bièvre recevait autrefois les belles eaux des fontaines de Rungis. On les a subornées. Une criminelle Italienne se chargea de consommer l'empoisonnement, jadis en effet un nommé Constance Chlore (il s'appelait ainsi et son nom dans l'histoire de la Bièvre est d'une âcreur particulière) avait capté les sources de Rungis et construit à Arcueil, pour les amener aux thermes de Julien, un aqueduc depuis lors tombé en ruines. Marie de Médicis recommença l'entreprise de ce chlorhydrique Gréco-Latin et fit édifier un nouvel aqueduc pour alimenter le Luxembourg qu'elle venait de construire. C'est cette Florentine qu'il convient de charger des calamités de la Bièvre, attendu que jusqu'à Henri IV la Bièvre et ses riverains vivaient heureux ensemble, sans que nul n'eût jamais porté plainte contre elle. Une situation nouvelle fut déterminée par la reconstruction de l'aqueduc d'Arcueil. C'était la grève des eaux qui commençait. À force de s'écouter jaser, tous ces ruisselets avaient fini par se laisser monter. La Bièvre fut mise en quarantaine par tous ces menus bavards. L'aventure méphistophélique de Bue n'avait fait que redoubler la brimade à d'Arcueil. Et c'est ainsi que par deux fois ses affluents s'envolèrent méchamment au-dessus d'elle.

Alors abrutie, asexuée, vidée, elle n'eut même plus la force de se dépoisser d'entre ses bords, où désormais elle collait trop pour s'écouler. Pour la surexciter par des sensations neuves, de temps à autre on la forçait encore à quitter son lit, des truands lui faisaient des passes, on la magnétisait, on l'obligeait de dédoubler sa personne en rivière vive et rivière morte, comme s'il lui était possible d'être plus sale qu'elle-même. Quand il fut bien démontré qu'elle n'en pouvait plus, on lui donna un affreux gardien, chargé de la suivre pas à pas, de peur qu'une bonne âme ne la prît en pitié et pour écarter d'elle, à force de parfums, la commisération du dernier poète. On lui adjoignit une rigole d'eau sale, parallèlement. C'est le collecteur départemental qui, sous prétexte de la soulager, l'accompagne, la soutient avec des flacons d'horribles salures, recueille les excédents de l'eau puante qu'on lui destinait, la déshonore par surcroît, parfois même emprunte son bras mort, le voyou enfin qui couche dans son lit pour la garder.

Et comme il n'y a pas de mauvaise aventure dans laquelle un savant ne puisse avec le plus grand sérieux jouer un rôle ridicule, on pria un jour Arago d'intervenir, car on en avait tant et tant fait, on avait tellement mortifié la pauvre petite, que l'on redoutait qu'elle ne tombât en l'état comateux. Le savant décida avec gravité qu'il convenait de lui inoculer du sérum. Il fit donc, en 1845, forer quelques puits artésiens pour lui transfuser de l'eau !


Suite
Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire

Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire

Les prochains grands travaux de Paris

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part. (1910)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte