Un jour dans le 13e

 paris-treizieme.fr — L’affaire des Gobelins vue par Le Figaro

L’affaire des Gobelins

Le Figaro — 11 mars 1871

Messieurs les citoyens des Gobelins prétendent, parait-il, qu'il soit aussi question d'eux. Tout le monde s'occupe de Montmartre, personne de la Maison-Blanche. Cela ne peut pas durer.

Voici ce qu'ils ont imaginé avant-hier :

Vingt-six canons étaient rangés mercredi soir encore tout autour de la mairie du 13e arrondissement qu'il s'agit de défendre, malgré elle, contre une attaque imaginaire. S'il faut en croire les artilleurs d'occasion, gardiens des pièces eux-mêmes, celles-ci sont chargées à mitraille.

Faute de boulets, on emploie de vieux clous. Or, il s'est trouvé qu'hier matin (jeudi) il n'y avait plus que la moitié des canons, place d'Italie, au grand ébahissement—nous ne disons pas mécontentement — des voisins de la mairie.

Qu'étaient devenues les treize pièces disparues ? De vrais artilleurs les avaient-ils emmenées ? Les gardes nationaux s'étaient-ils chargés de les conduire à l'Hôtel de ville ou au parc Notre-Dame ?

Pour qui les prenez-vous ? Ils les avaient tout bonnement transférés à l'école des Frères qui se trouve non loin de là, rue du Moulin-des-Prés.

C'est ce qui s'appelle diviser ses forces. Le quartier, il faut l'avouer, n'a pas été d'ailleurs autrement ému.

La place d'Italie photographiée par Ch. Marville vers 1867.
La mairie du 13e est alors installée dans le pavillon Ledoux situé à droite.

 



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que... ?

Un bureau de poste auxiliaire ouvrit le 1er octobre 1894 au 80 du boulevard de la Gare.

*
*     *

En 1911, M. Yendt était commissaire de police du quartier de la Salpêtrière.

*
*     *

La voie qui prit le nom d'avenue Edison en 1932, devait, initialement relier la place Nationale et la place d'Italie.
Le projet fut brutalement abandonné, ce qui explique l'aspect particulier de l'avenue à proximité de la place d'Italie où quelques dizaines de mètres seulement rester à percer.

*
*     *

Le quotidien Le Rappel écrivait le 27 janvier 1902 à propos du pont de Tolbiac enjambant la rue du Moulin-des-Prés :
« Tous les Parisiens qui fréquentent les quartiers excentriques de la rive gauche connaissent le pont de Tolbiac, immense construction de pierre qui surplombe, à 15 mètres de hauteur, la rue du Moulin-des-Prés.
Or des terrassiers sont actuellement occupés à combler cette partie de la rue du Moulin-des-Prés, dont le niveau sera relevé.
Ce travail de géants aura pour résultat d'enterrer complètement l'ouvrage d'art, dont l'arche est déjà complètement bouchée da côté du Sud. Des rues nouvelles seront tracées sur les terres rapportées, quand le temps leur aura donné la solidité nécessaire pour supporter des constructions.
Mais que diront, dans quelques siècles, les archéologues, quand des fouilles seront faites et que le pic d'un terrassier heurtera le pont enseveli ? »

L'image du jour

Vue générale sur la manufacture des Gobelins

Il s'agit de l'état de la manufacture avant les transformations de la fin des années 1900 et de la construction de la galerie Formigé