Encore le boulevard Saint-Marcel

Le Siècle — 12 janvier 1869

Avant de publier notre revue du treizième arrondissement, nous tenons à vider la question de cette fameuse voie, et nous allons répondre au communiqué qui nous a été adressé à son sujet.

D'après ce document, les erreurs de nivellement que nous avons signalées n'ont jamais existé, et devant le jury d'expropriation l'organe de l'administration a raisonné sur un plan qui, parfaitement arrêté et qui a été rigoureusement suivi en exécution.

A cette assertion, nous nous contenterons d'opposer la lettre suivante qui nous a été adressée par un des propriétaires lésés, et nous laissons au public le soin d'apprécier :

L'angle des rues Duéril et du Cendrier - Charles Marville - 1868

Monsieur le rédacteur,

Je lis avec une profonde surprise le communiqué inséré dans le numéro du Siècle, sous la date du 27 décembre dernier. Il résulterait de ce communiqué quel le nivellement actuel du boulevard Saint-Marcel a été opéré exactement dans les conditions portées à la connaissance des propriétaires riverains à la séance du jury d'expropriation des 13 et 14 décembre 1867.

En ma qualité de propriétaire du terrain a formant l'angle de la rue Duméril et de l'ancienne rue du Cendrier, devant être remplacée par le boulevard Saint-Marcel, je viens protester contre l’inexactitude d’une semblable allégation. J'ai l'honneur de vous adresser le procès-verbal des opérations du jury, ainsi que le plan annexé aux conclusions ; très explicites qui ont été développées en cette occasion par mon honorable avocat, Me Gatineau.

Il n'a été douteux pour personne aux débats, et l'on pourrait interroger les souvenirs de messieurs les membres du jury sur ce point, que les différences de niveau par rapport à ma propriété devaient être celles que le journal le Siècle indiquait dans son numéro du 21 décembre. Comme propriétaire riverain, je n'avais en effet à m'occuper que de savoir de combien le bord de ma propriété serait en contre-haut après la confection du nouveau boulevard. C'est ce qui se trouve nettement indiqué par le plan annexé à ma requête au procès-verbal, dans l'intérêt de la clarté, de la loyauté de la discussion.

Je ne crois pas devoir m'étendre davantage sur une affaire qui, du reste, va être soumise aux tribunaux compétents.

Agréez, monsieur, mes sincères salutations,

ED. LÉAUTEY

Menu article

Lu dans la presse...

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire

Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire

Le monument d'Ernest Rousselle

L'inauguration du monument élevé à la mémoire de M. Ernest Rousselle, qui fut président du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, a eu lieu hier dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche. (1901)

Lire

Décentralisation artistique

Peu de lecteurs du Journal soupçonnaient qu’une exposition rassemblât, à la mairie du treizième, des œuvres exquises de fraîche beauté. Qu'ils fassent voyage. Ils connaîtront un vieux quartier de Paris dont il est aisé d'apprendre le charme. (1912)

Lire

M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

Lire

Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement

L'Office public des habitations de la Ville de Paris a entrepris, il y a quelques années, la construction de plusieurs groupes d'habitations à bon marché dans divers quartiers populeux de la capitale.
L'un de ces groupés, sis dans le XIIIè arrondissement et dont la construction a été commencée en 1930, vient d'être terminé. (1933)

Lire

M. Albert Lebrun inaugure le monument élevé « à la gloire des mères françaises »

Cet après-midi, à 15 heures, a eu lieu, boulevard Kellermann, près de la porte d'Italie, l'inauguration du monument érigé à la gloire des mères françaises. La cérémonie s'est déroulée en présence du président de la République et de Mme Albert Lebrun, et de hautes personnalités. (1938)

Lire

Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme