Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc - 1912

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

Le Journal — 25 novembre 1912

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires.

La Cité Jeanne-d'Arc vue de la rue Jeanne-d'Arc

Le même sort attend la Cité Doré, un autre ghetto sinistre et saie dont les ruelles serpentent dans le même treizième arrondissement, de la rue Jenner à la place Pinel. Cette mesure, réclamée depuis longtemps, est, nous l'avons dit, nécessaire. Les plus élémentaires soucis de salubrité et d'hygiène l'exigent impérieusement. Mais son exécution, encore lointaine, du reste, va poser un problème assez irritant et dont il importe de se préoccuper.

Dans ces deux cités sont logés plus de douze cents ménages, qui n'ont trouvé que là à abriter leurs nombreux enfants et cela moyennant un loyer et des conditions de payements qui n'existent pas ailleurs. Que deviendra toute cette population modeste — près de trois mille âmes — quand la pioche des démolisseurs abattra les taudis qui sont encore, malgré tout un home familial et un asile !

Les intéressés se sont réunis, hier après-midi, sur une convocation de la Fédération internationale des locataires, pour délibérer sur la situation et l'attitude à adopter en cas d'expulsion.

Le meeting devait se tenir à trois heures en bordure de la Cité Doré, dans un grand terrain accédant à la place Pinel, Mais il y fut interdit, cet endroit étant considéré comme une place publique.

Les assistants qui se trouvaient déjà au nombre de près d'un millier, s'inclinèrent sans protester devant cette mesure et allèrent se masser au cœur même de la Cité, sur le terre-plein d'un carrefour lépreux, pour entendre les orateurs annoncés. Il y avait MM. Cochon, Deschamps, tous les leaders de la fédération des locataires.

La réunion, qui se prolongea jusqu'à cinq heures, se termina par le vote de l'ordre du jour suivant qui résume les discours prononcés et les dispositions adoptées :

Les habitants de la cité Jeanne-d'Arc et de la cité Doré, tennis au nombre de 1.500, émus des bruits de démolition des immeubles qu'ils habitent,

Considérant que les loyers à Paris sont d'un prix inabordable et que partout les familles nombreuses sont chassées comme des parias ; qu'il y a par conséquent impossibilité de trouver ailleurs un logement en rapport avec leurs ressources,

Demandent à l'Assistance publique et au Conseil municipal de mettre à leur disposition, avant la démolition des locaux qu'ils habitent, et cela aux conditions actuelles, le nombre nécessaire de maisons ouvrières à bon marché ;

Prennent l'engagement de former dès maintenant une organisation puissante pour soutenir leurs intérêts, et se séparent aux cris de   « Vive la taxation des loyers ! À bas le privilège des propriétaires ! »

L'auditoire se sépara sans incidents en criant: « Vive Cochon !» et en chantant l’Internationale.

En prévision des manifestations, un important service d'ordre avait été organisé par M. Ringel, officier de paix du treizième arrondissement, mais il n'eut pas à intervenir.



A propos de la Cité Jeanne d'Arc

La Cité Jeanne-d’Arc (1881)

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc (1912)

Trois ilots à détruire d'urgence (1923)

Sur les événements du 1er mai 1934

La fin de la Cité Jeanne d'Arc

Faits divers

Des textes de Lucien Descaves

La cité Jeanne d'Arc dans la littérature

Menu des articles

Vu dans la presse...

1927

La Butte-aux-Cailles nouvelle butte « sacrée »

Elle pourrait bien être en passe de gagner le titre de nouvelle Butte sacrée, cette Butte-aux-Cailles, au nom plein de charme évocateur, qu'on songe à la splendeur cynégétique ou à la petite amie souriante, chantante et potelée. (1927)

Lire

1861

Le nouveau Paris

L'ex-commune de la Maison-Blanche, au-delà du boulevard d'Italie, est une des parties annexées qui offrent le plus de difficultés pour le nivellement, car d'un côté il s'agit de franchir les hauteurs de la Butte-aux-Cailles, et de l'autre il faut remblayer des fondrières, des carrières abandonnées... (1861)

Lire

1863

Les projets pour le XIIIe arrondissement

Le treizième arrondissement se compose, comme le douzième, d'une fraction de l'ancien Paris et d'une partie annexée. Cette dernière est comprise entre les anciens boulevards extérieurs, les rues de la Santé et de la Glacière, les fortifications et la Seine. La butte des Moulins, la butte aux Cailles et les bas-fonds de la Bièvre, en font une des régions les plus mouvementées de la zone suburbaine, et, par conséquent, une de celles qui présentent le plus d’obstacles à une viabilité régulière; de là, des tâtonnements et de longues études. (1863)

Lire

1866

Les travaux du chemin de fer de Ceinture : du pont Napoléon au tunnel de Montsouris

Les travaux du chemin de fer de Ceinture, toujours conduits avec la même activité, sont terminés sur une grande partie, du parcours, en ce qui concerne les terrassements et les ouvrages d'art ; aussi a-t-on, déjà commencé le ballastage, la pose des voies et l'édification des bâtiments de stations. (1866)

Lire

1861

Le viaduc de la Bièvre

On continue à s'occuper très sérieusement du tracé du chemin de fer de ceinture sur la rive gauche ; les études du pont à jeter sur la Seine et celles du viaduc dans la vallée de la Bièvre sont maintenant terminées. (1861)

Lire

1925

Une nouvelle Cour des Miracles

Vous ne connaissez pas le passage Moret, cela n'est pas surprenant, car, sauf ses malheureux habitants, leur conseiller municipal qui se débat comme un diable pour les secourir, chacun à l'envi les oublie. Chaque fois que les représentants de l'administration se souviennent de ce restant de l'Ile des Singes, c'est pour lui causer un dommage nouveau. (1925)

Lire

1925

Les habitants du passage Moret vont être « clos et couverts »

Les pauvres et déplorables locataires de la ville de Paris, dans son domaine de l'Ile des Singes, partie dénommée sur la nomenclature le Passage Moret, vont apprendre avec joie que l'inondation de leurs taudis, par en haut, va cesser à bref délai. (1925)

Lire

1926

Un propriétaire avait vendu 100 francs son immeuble à ses locataires

Dans le populeux quartier des Gobelins, il est un groupe de gens à qui l'on a mis le bonheur — bonheur relatif, d'ailleurs — à portée de la main, et qui se disputent au lieu de le cueillir sagement. Ces gens demeurent sous le même toit, 9, passage Moret, voie vétuste qui semble être restée dans le même état qu'au temps des mousquetaires. (1926)

Lire

1927

La Ville de Paris osera-t-elle jeter à la rue les locataires du passage Moret ?

La Ville de Paris, qui loue pour rien les luxueux pavillons du Bois de Boulogne aux jouisseurs et aux parasites, veut expulser de malheureux travailleurs de logements peu confortables certes, mais pour lesquels ils paient un lourd loyer. (1927)

Lire

1927

La Ville de Paris est parvenue à faire expulser les locataires

Les locataires n'étaient pas plutôt dans la rue que des démolisseurs se mettaient à l'ouvrage pour le compte d'un garage Renault qui fait procéder à des agrandissements.
Ainsi les limousines des exploiteurs seront à l'abri et les locataires logeront où et comme ils pourront. (1927)

Lire

1927

Dans le passage Moret où règne la misère

Que l'on démolisse les taudis, nids à tuberculose qui pullulent dans la « Ville-Lumière », nous n'y trouverons rien redire, au contraire ! Mais que sous prétexte d'assainissement, comme cela s'est produit passage Moret, on expulse, en 21 jours, au profit d'un garage, des malheureux que l’on a finalement « logés » dans des taudis sans nom, c'est un véritable scandale ! (1927)

Lire

1937

Oasis faubourienne

Tout un coin de Paris est en train de se modifier singulièrement. Huysmans ne reconnaîtrait plus sa Bièvre. Non seulement le ruisseau nauséabond est maintenant couvert depuis bien des années, mais le sinistre passage Moret a presque complètement disparu de la topographie parisienne et, au milieu de cette année, les fameux jardins dont la jouissance était réservée aux tisseurs et dessinateurs de la Manufacture des Gobelins, vergers en friche qui, quelquefois, servaient de dépôt d'ordures aux gens du quartier, auront perdu leur aspect de Paradou abandonné. (1937)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme