Dans la presse...

 Une rafle dans la cité Jeanne-d’Arc - 1937

Une rafle dans la cité Jeanne-d’Arc, repère de la misère et du crime

Le Matin — 27 mars 1937

Dans l'immensité lugubre des couloirs de la cité Jeanne-d'Arc, un commissaire de police de Paris, M. Dufour, au cours d'une rafle nocturne, mettait, en scène, avec la collaboration de quelques cars d'agents l'hallucinant peuplement des bas-fonds.

La Cité Jeanne-d'Arc vue de la rue Jeanne-d'Arc

Les issues cernées par les agents aux silhouettes massives, passant sans transition de l'éclairage mesuré de la rue Nationale sous les portiques voûtés des quatre passages parallèles, où la lune taillait des angles durs., les groupes d'inspecteurs attaquèrent simultanément les trous béants des escaliers aux faisceaux éblouissants de leurs lampes.

Chaque palier révélait l'immensité étroite des couloirs où les pinceaux lumineux courant sur les murs grêlés avaient croiser les lumières d'un groupe débouchant d'un autre escalier. Visite des- pièces nues, béant face à face avec stupeur, dans la misère blanchâtre des gravats éboulée sur les poutrelles du sol, qu'aucune porte ne masque plus. Il fait froid ici l'hiver et, à défaut de combustible, les vantaux, les cadres des fenêtres et les lames de parquet ont suffi certaines nuits rigoureuses — quitte à combattre par la suite les courants d'air — à réchauffer les plus frileux des locataires.

Ceux-ci n'ont pas tout à fait disparu, en dépit des expropriations et expulsions brutales qui libérèrent en partie le dédale après les journées sanglantes de février 1934, où quelques individus tinrent plusieurs heures la police en échec.

Croquis de Berings illustrant l'article

Aujourd'hui, en dehors des locataires réguliers, qui trouvent sans cesse de nouvelles arguties pour s'accrocher à ces murs touillés que des années d'accoutumance leur font aimer désespérément, ne viennent plus échouer là, outre les clochards, que les plus irréductibles des interdits de -séjour et des expulsés. Paris où il n'est pourtant point pour eux de logis sûr, ni de ressources ailleurs que dans l'exacte soumission de leurs amies, les appelle irrésistiblement.

La poursuite de ce gibier se continue, monotone, dans le couloir où s'ouvrent les pièces comme des cellules. Un arrosage de la lampe révèle parfois un tas noir dans un coin. Police ! Les chiffons s'agitent : un visage cendré apparait, masque grimaçant de vieux faune où figure sans nom. De temps autre, une chair plus jeune, des pommettes colorées : c'est presque toujours une bonne prise, car hormis le renoncement d'une vieillesse sans espoir, il n'est qu'un gibier pourchassé pour accepter une telle tanière.

Sur les ressorte à vif d'un sommier, un affreux spectacle des jambes nues s'agitent. L'homme s'est entièrement dévêtu pour jeter sur lui ses vêtements en couverture. On passe. Plus loin, une femme ainsi étendue sur une paillasse, éveillée, mais d'une indifférence hébétée, laissera l'éclat des lampes la heurter sans un geste.

Ailleurs, un clochard d'allure joviale révélera en se levant un fond de pantalon de cretonne.

Descentes et remontées difficiles des escaliers éboulés, comme des pentes de colline. Monotonie des couloirs et des pièces obsédamment semblables à eux-mêmes. Voici maintenant le dernier carré des locataires réguliers. A même les murs, en graffiti, les appels de leur comité de défense. Jusque-là cet étrange peuplement n'avait apporté, dans les recoins si exactement répétés du même dénuement qu'ils n'autorisent pas le choix que la misère de leurs vêtements. Un échafaudage de choses sans relief se couronne au ras du plafond d'une chaise retournée au pied coiffé d'un chapeau melon. Sur ce fond, gnome échappé des Niebelungen, un petit bossu en chemise grimace amicalement en sautant d'un pied sur l'autre. Candide dans sa chemise, une folle bégaye en secouant comme un fantôme la chaîne de sûreté de sa porte.



A propos de la Cité Jeanne d'Arc

Sur les événements du 1er mai 1934

La fin de la Cité Jeanne d'Arc

Faits divers

Des textes de Lucien Descaves

La cité Jeanne d'Arc dans la littérature

Saviez-vous que ...

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner

Vu dans la presse...

1894

Le mystère des Gobelins

Un bruit sinistre, dont un de nos confrères s'est fait l'écho, a couru hier sur la rive gauche. M. Guignet, chef des ateliers de teinturerie à la manufacture des Gobelins, se serait aperçu que certaines parties d'un grand panneau de tapisserie représentant la Conversion de saint Paul avaient perdu toute la vivacité de leurs couleurs. (1894)

Lire

1902

Le Métropolitain dans les Catacombes

Les travaux de consolidation de la ligne circulaire n° 2 du Métropolitain de Paris, ou plutôt les travaux de préparation de la construction de cette ligne au travers du terrain effondré et affouillé des Catacombes et des carrières de Paris, notamment boulevard de Vaugirard, boulevard Saint-Jacques et boulevard de l’Hôpital, sont terminés. (1902)

Lire

1906

Le Métropolitain (Place d'Italie-Place Mazas)

La ligne ouverte à l'exploitation, au commencement du mois dernier, — de la place d'Italie à la gare d'Orléans, — complétée par la section Orléans-Mazas et le raccordement Mazas-Gare de Lyon mis en service le 14 juillet, assure, dès à présent, des relations directes entre toutes les lignes exploitées, et a permis — comme l'indique notre plan général — la constitution d'un premier réseau homogène. (1906)

Lire

1930

Inauguration de la ligne Odéon-Place d'Italie

Le réseau du Métropolitain compte une ligne de plus, ou, plus exactement, deux tronçons de lignes complémentaires : l'un qui prolonge la ligne n° 10 de l’Odéon à la place Monge, et l'autre qui étend la ligne n° 7 de la place Monge à la place d'Italie... (1930)

Lire

1872

Un marché de banlieue

En sortant de Paris par la porte d'Italie un dimanche ou un jeudi, on se trouve immédiatement entouré de mendiants, d'aveugles, d'estropiés, de saltimbanques. C'est l'avant-garde du marché, qui se tient sur le terrain compris dans la zone des fortifications sur la route d'Ivry. (1872)

Lire

1881

Le 14 juillet 1881 dans le 13e

Nous voici dans le treizième. Même intérêt, même goût, même ardeur à bien faire... (1881)

Lire

1926

Les travaux à la Poterne des Peupliers

Dans une sorte de cirque muré par les fortifications, à la hauteur de la Poterne des Peupliers, où l'on pouvait encore voir, il y a quelques années, la Bièvre entrer librement dans Paris, il y a un immense chantier.... (1926)

Lire

1897

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

1891

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire

1912

Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire

1897

La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme