Dans la presse...

 La cité Jeanne d’Arc - 1881

La cité Jeanne d’Arc

La Presse — 11 août 1881

 

La Cité Jeanne-d'Arc vue de la rue Jeanne-d'Arc

L'extrait suivant du rapport de M. le docteur Dumesnil sur la situation de la population qui habite la cité Jeanne-d'Arc explique suffisamment pourquoi le conseil municipal s'est ému de la misère affreuse qui règne dans ce coin de Paris :

« Le sol des allées macadamisé et les trottoirs qui les bordent, autrefois recouverts en ciment, sont absolument dégradés ; on y trouve de place en place des excavations dans lesquelles les eaux pluviales et ménagères croupissent et se putréfient. Aucune des façades ou ravalement des bâtiments n'a reçu jusqu'à présent ni une peinture à l'huile ni un badigeonnage, pas plus dans la partie qui donne sur les allées ou impasses que sur les rues Jeanne-d'Arc et Nationale.

» Il en résulte que les nombreuses matières organiques en suspension dans l'atmosphère de ces allées ou impasses s'attachent aux parois des murs, y fermentent, s'y putréfient et contribuent à l'infection de l'air qu'on y respire.

» L'infection des escaliers part du rez-de-chaussée où s'ouvrent les caves renfermant des appareils filtrants qui sont mal entretenus et peu surveillés. C'est ainsi que dans les maisons cotées sous les numéros 71. 73 et 75, rue Jeanne-d’Arc, on constate que les appareils débordent, et que les matières fécales couvrent de larges espaces dans les caves.

» Il y a plus d'une année que MM. Perrin, Sinaud et moi, nous avons constaté le même fait dans cette même cité. Des caves, l'infection se propage dans toute la hauteur de l’immeuble par les cabinets d'aisance de chaque étage qui sont tous à trous béants ; un certain nombre, d'une malpropreté extrême, sont dépourvus de portes ; leurs murs sont souillés et plombés ; dans les bâtiments numéro 8 (23, rue Nationale) et numéro 9 (28, même rue), rue Jeanne-d’Arc, 71, 73, 75, 77 et 79, il existe un vice de construction qui fait que les cabinets d'aisances n'infectent pas seulement les logements par les cages d'escalier, mais encore directement.

» En effet, aux deux extrémités d'une cour longue, sont à chaque étage des logements en retour d'équerre, dont l'unique croisée ouvre sur cette cour perpendiculairement à toute sa longueur. Immédiatement en retour d'équerre dans la façade longeant cette cour, à une distance de moins d'un mètre et en contre-bas de cette unique croisée, se trouvent les châssis des cabinets et les croisées de l'escalier. Par suite de cette disposition, l'air vicié est inévitablement aspiré par la croisée lorsqu'elle est ouverte...

Dans tous les logements du n° 81, les plafonds sont sales, les papiers tombent en lambeaux, et sur leurs débris des insectes de toute nature ont élu domicile. Les planchers sont recouverts d'une couche épaisse de malpropreté. Dans les uns, ce sont les panneaux des portes qui manquent ; ailleurs, ce sont les vitres qui font défaut aux fenêtres ; ailleurs, enfin, on ne peut ouvrir les fenêtres, par suite du mauvais état des ferrures et de la menuiserie. Beaucoup de cheminées sont brisées, leurs moulants non remplacés. Certains logements sont traversés par des tuyaux de descente.

» Dans plusieurs corps du bâtiment, les plafonds des logements du 5e étage sont traversés par la pluie et rendus humides par suite de la disparition du vitrage des châssis à tabatière qui éclairaient les logements lambrissés du 6e étage. Au 6e étage, des logements habités, notamment le n° 109, dans l'escalier 2 de la maison portant le n° 81, rue Jeanne-d’Arc, ont leurs enduits crevassés, les plafonds traversés par les eaux pluviales. Rien ne peut égaler la malpropreté sordide, des murs et plafonds...

» Le passage, dans la partie qui mène de la rue Jeanne-d’Arc à la rue Nationale et sur lequel donnent les numéros 79 et 81, rue Jeanne-d’Arc, et 25 et 27, rue Nationale, est dépourvu d'eau. Aucun des escaliers n'est éclairé. Il n'existe pas dans cette cité, à aucun des étages, une seule cuvette pour le déversement des eaux ménagères, ce qui explique, dans une certaine mesure, l'habitude prise par les locataires de jeter toutes les immondices par les fenêtres. »

La situation des habitants de la cité Jeanne-d'Arc préoccupait d'autant plus le conseil municipal qu'une épidémie de variole s'était déclarée dans le passage, et, en quelques jours, sur 18 personnes atteintes, 13 avaient succombé.

Sur les conclusions du rapporteur de la commission des bâtiments insalubres, le conseil décida qu'il y avait lieu d'exécuter une série de réparations, d'améliorations, etc., et le préfet de la Seine fut invité à hâter l'exécution de ces propositions, qui sont au nombre de seize.

Le propriétaire de la cité Jeanne-d'Arc, M. Thuilleux, refusant de s'y soumettre, sous le prétexte que la commission des logements insalubres avait exagéré les faits, introduisit, à l'appui de ses réflexions, un recours auprès du conseil de préfecture.

Ce recours était développé ces jours-ci par Me Rivollet ; M. le préfet de la Seine, par un mémoire, demandait son rejet.

Voici l'arrêt rendu par le conseil de préfecture :

« La délibération du conseil municipal en date du 3 juin 1880 est modifiée sur les points qui suivent :

» 1° Il n'y a pas lieu de maintenir la prescription concernant le grattage à vif et la peinture ou le badigeonnage des murs des façades sur les rues Nationale.et Jeanne d’Arc ;

» 2° Les arcades de toutes les entrées des passages et impasses sont maintenues, à la condition que toutes les crevasses seront bouchées et que les parties supérieures desdites arcades seront disposées en pente, de manière à ne plus servir de réceptacle aux immondices ;

» 3° Le sieur Thuilleux est dispensé de l'obligation, imposée par ladite délibération, de faire ouvrir en dedans, les portes qui se développent en dehors dans tous les cabinets d'aisance ;

» 4° Les tuyaux de descente des eaux qui se trouvent dans les logements seront maintenus, quant à présent, à l'intérieur, à la condition d'être soigneusement visités et d'être entretenus en bon état ;

» Le recours du sieur Thuilleux, contre les autres prescriptions de la délibération, susvisée du conseil municipal, est rejeté. »

Le propriétaire de la cité Jeanne-d’Arc devra donc exécuter douze des seize prescriptions indiquées par la municipalité parisienne.



A propos de la Cité Jeanne d'Arc

Sur les événements du 1er mai 1934

La fin de la Cité Jeanne d'Arc

Faits divers

Des textes de Lucien Descaves

La cité Jeanne d'Arc dans la littérature

Saviez-vous que ...

Le monument élevé à la Gloire des mères françaises implanté sur le boulevard Kellermann à proximité de la porte d'Italie est dû au ciseau des sculpteurs Henri Bouchard et Alexandre Descatoire. Le jardin qui l'entoure a éré dessiné par l'architecte Paul Bigot. Ce monument a été inauguré le 23 octobre 1938 par le président de la République, M. Albert Lebrun. Le maréchal Pétain était présent à cette cérémonie.

L'image du jour

Hôpital de la Croix-Rouge, place des Peupliers (abbé Georges Hénnoque)

Vu dans la presse...

1877

Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire

1890

L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire

1890

La Peste

La Bièvre est un ruisseau tout noir
Qui sent comme un goût d'urinoir…

chantait ce pauvre Rivoire, qui chantait si lugubrement la triste épopée d'un grelotteux de la Glacière. (1890)

Lire

1890

L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire

1881

Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire

1877

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Les deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

1863

Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire

1866

Les nouvelles places de Paris

On s'occupe en ce moment de la régularisation et de la décoration de douze places principales, établies sur remplacement d'anciennes barrières supprimées. (1866)

Lire

1863

Travaux parisiens

Les anciens boulevards extérieurs de la rive gauche sont, depuis plusieurs mois, l'objet de travaux analogues à ceux qui ont été entrepris sur les boulevards de la rive droite. Ces travaux ont trait à la zone comprise entre le pont de Bercy et la place de l'ex-barrière d'Enfer. (1863)

Lire

1869

Le point sur les travaux de la place d'Italie

On entreprend en ce moment à la place d'Italie des travaux de voirie analogues à ceux de la place de l'Arc-de-l'Etoile et de la place du Trône. On établit un plateau circulaire avec huit boulevards, squares, maisons monumentales, si l'industrie toutefois veut se risquer à les édifier. (1869)

Lire

1871

Mille ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel. (1871)

Lire

1868

Les chasseurs de cabots

Un jour, j'entre au marché... aux chiens, situé sur le boulevard de l'Hôpital. Il y avait environ cent-cinquante ou deux cents de ces intéressants animaux les uns aboyaient, les autres jappaient, quelques-uns mêmes gémissaient. (1868)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme