Dans la presse...

 L’élargissement de la rue Mouffetard - Le Siècle — 10 mars 1868

L’élargissement de la rue Mouffetard

Le Siècle — 10 mars 1868

Deux projets viennent d'être mis à l'enquête simultanément dans le treizième arrondissement et dans le cinquième.

L'enquête, ouverte à la mairie du treizième a trait au projet de classement des rues Philippe-de-Champagne, Coypel, Primatice et Véronèse.

À l'expiration du délai de quinzaine, il sera procédé en la forme ordinaire, c'est-à-dire qu'un commissaire enquêteur se tiendra à ladite mairie pendant trois jours (19, 20 et 21 mars), de deux à quatre heures, pour y recevoir les observations qui pourront être faites sur l'utilité du projet.

La seconde enquête, celle qui est ouverte à la maire du cinquième arrondissement, se rapporte au projet d'élargissement de la rue Mouffetard, projet dont nous avons parlé dernièrement. Il s'agit du pian parcellaire des propriétés dont l'expropriation est rendue nécessaire pour l'isolement de l’Église Saint-Médard, entre les rues Mouffetard et Censier.

Extrait de l'Atlas des 20 arrondissements de Paris par Eugène Andriveau-Goujon - 1868.

Pendant le délai de huitaine, qui compte à partir du 2 mars, chacun pourra produire, s’il y a lieu, des observations sur l’application du plan aux propriétés qui y sont indiquées par une teinte jaune, notamment en ce qui concerne ceux des immeubles dont l’expropriation est requise en vertu du décret du 23 mars 1852, et qui sont indiqués au tableau sous les numéros 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9.

Charles Marville, la rue Mouffetard (future avenue des Gobelins) vers le nord à l'angle de la rue de Gentilly (Abel Hovelaque) vers 1867

En attendant que ce projet soit mis à exécution, les travaux entrepris dans cette zone du quartier Saint-Marcel, se poursuivent avec toute l’activité possible, et tandis qu'on jette bas les maisons de la rue Mouffetard, on continue non loin de là la percée du boulevard de Port-Royal, auquel on fait en ce moment traverser la vallée de la Bièvre.

Cette partie du trajet a nécessité d'importants remblais, qui en certains endroits atteignent une hauteur de huit mètres.

Ainsi que nous l'avons annoncé, les rues de Lourcine et Pascal seront franchies par les nouvelles voies au moyen de ponts ; les culées de ces deux viaducs sont en cours d'exécution.

Sous le boulevard de Port-Royal comme sous le boulevard Saint-Marcel, les deux bras de la Bièvre seront emprisonnés dans des galeries d'égout, comme cela a déjà été fait derrière la manufacturé des Gobelins. On se rappelle aussi que cette petite rivière doit prochaine ment déboucher dans la grande galerie de la rue Geoffroy-Saint-Hilaire, pour cheminer de là vers Asnières, par le nouveau collecteur de la rive gauche.

Charles Louft.


Les futures grandes voies du XIIIe

Sur les futurs boulevards Saint-Marcel et Port-Royal :

Sur le futur boulevard Arago :

Sur la future avenue des Gobelins :

Sur les boulevards extérieurs

Sur la rue de Tolbiac (rue du Transit)

Premier projet abandonné

Deuxième projet

Le deuxième projet du tracé de la rue du Transit ne sera pas davantage réalisé. La guerre et les évènements liés à la Commune de Paris mirent en sommeil les travaux dans le quartier de la Maison-Blanche et le projet fut rediscuté. Un nouveau tracé, plus au sud,  abandonnant la ligne droite et comportant une inflexion, fut adopté. Les travaux de franchissement de la vallée de la Bièvre purent réellement commencer.

Sur le pont de Tolbiac sur la Seine

Dans la presse...


Des nouvelle du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des travaux du puits artésien qu'on est en train de creuser sur la butte aux Cailles dans le XIIIe arrondissement.
Ce puits étant arrivé à la première nappe d’eau, on vient d’y descendre une puissante cuve en fer du poids de 6 000 kilogrammes, destinée à maintenir cette nappe dans sa position souterraine... (1864)

Lire la suite


La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

...


La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

...


Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

...


Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

...

Saviez-vous que... ?

L'Eglise Saint-Marcel de la Salpétrière fut construite en 1856 par l'architecte Blot aux frais de l'abbé Morisot qui, en septembre 1865, la céda à la ville de Paris moyennant 275.285 francs.

*
*     *

La statue de Jeanne d'Arc située boulevard Saint-Marcel est due au sculteur Émile-François Chatrousse renommé pour être représentatif de l'art du Second Empire.

*
*     *

La marché découvert des Gobelins — que l'on appelle aujourd'hui le marché Auguste-Blanqui — remplaça le marché couvert à compter du 9 mai 1898 et, comme maintenant, se tenait les mardis, vendredis et dimanches.

*
*     *

Ce n'est qu'en 1867, que la route de Fontainebleau devint officiellement l'avenue d'Italie.

L'image du jour

Boulevard Blanqui à l'angle de la rue du Moulin des Prés, un jour de marché.

Le marché Blanqui fut créé pour prendre la relève du marché couvert des Gobelins qui ne répondait plus aux besoins de la population et qui avait probablement mal vieilli depuis sa construction en 1868. Initialement, le marché se tenait sur le terre-plein central du boulevard. Il a été déplacé sur le trottoir côté Maison-Blanche lors de la construction du métro. Auguste Blanqui est mort dans l'immeuble à gauche de la rue du Moulin-des-Prés, le 1er janvier 1881.