Dans la presse...

 Le Métro sur la rive gauche - 1903

Le Métro sur la rive gauche

Le Journal — 6 juillet 1903

La « Circulaire Sud ». — De l'Etoile à la place d’Italie, par Grenelle et Montrouge.

Parlons donc un peu de la rive gauche, qui a paru, jusqu'ici, plutôt délaissée dans l’établissement des premières lignes du réseau métropolitain. Porte Maillot-Vincennes, Dauphine-Nation, Étoile-Trocadéro sont déjà en exploitation   Courcelles - Ménilmontant est très avancée ; on travaille au remaniement des égouts nécessité par le passage de la Transversale Nord - Sud, entre Clignancourt et les Halles ; comme on le voit, on a fait la part très belle à la rive droite, qui, seule, possède, jusqu'à ce jour, la totalité des lignes en service et où les travaux de lignes nouvelles sont activement poursuivis.

De l'autre côté de la Seine, cependant, une importante section est aujourd’hui en pleine voie d'exécution : c'est celle qui porte le nom de « Circulaire-Sud », et qui complétera la ligne de Ceinture établie sur tout le parcours des anciens boulevards extérieurs, quand elle aura été reliée par les ponts projetés à ses deux extrémités à la grande « Circulaire-Nord », inaugurée au commencement de cette année.

La « Circulaire-Sud » --- en y comprenant ses raccordements avec les lignes de la rive droite — aura son véritable point de départ à la station de l'Etoile. La petite section actuellement ouverte, de l'Etoile au Trocadéro, y sera incorporée. Au delà de ce dernier point, le tracé de la voie nouvelle suit en souterrain la rue Franklin, puis tourne à gauche, sous la rue Alboni, pour aller déboucher, à ciel ouvert, dans la direction du quai de Passy. Il franchit, en cet endroit, les deux bras de la Seine, sur un pont à double tablier, dont nous avons publié le dessin, et qui servira, à la fois, pour le passage du Métropolitain, à la partie supérieure, et pour celui des voitures et des piétons, à l’étage inférieur.

Sur la rive gauche, la ligne se développe en viaduc le long des boulevards de Grenelle et Garibaldi, jusqu'au boulevard Pasteur où elle entre en souterrain, un peu avant la rue de Vaugirard. Elle continue ainsi, sous les boulevards de Vaugirard, Edgar-Quinet et Raspail, pour reparaître au jour après avoir dépassé le faubourg Saint-Jacques.

Dans cette partie du trajet, la ligne passe en dessous des voies de l'Ouest (R. G.) et du chemin de fer de Sceaux. Elle franchit ensuite la vallée de la Bièvre, en suivant, en viaduc le boulevard d'Italie jusqu'à la rue Corvisart., où elle s'enfonce encore en souterrain sous la butte dont la place d'Italie occupe le sommet. De là, un embranchement se détachera ultérieurement pour descendre vers la Seine par le boulevard de la Gare, et gagner la place de la Nation.

La ligne principale, après avoir contourné la place d'Italie, s'engage, toujours en souterrain, sous le boulevard de l'Hôpital, puis va déboucher au coin du boulevard Saint- Marcel. C'est en ce point que se termine le tracé de la Circulaire-Sud proprement dite.

Son prolongement en viaduc, vers la gare d'Orléans, avec traversée de la Seine en amont du pont d'Austerlitz et ses raccordements avec la gare de Lyon et la Bastille appartiennent à la ligne n° 5, qui se dirigera sur la gare de l'Est, par les boulevards Richard-Lenoir, Voltaire et Magenta, où elle rejoindra la grande Transversale Clignancourt-Montrouge.

Ce qui caractérise la Circulaire-Sud, c'est la grande étendue des parties en viaduc. Sur une longueur totale de 10 kilomètres 107, comprise entre l'Etoile et le boulevard Saint-Marcel, 3,382 mètres (soit le tiers) sont sur viaduc.

Le type de construction adopté est identique à celui des autres lignes, aussi bien pour la voie que pour les stations.

Une particularité que nous avons déjà signalée, est relative au passage à la gare d'Orléans. À cet endroit, le viaduc de la ligne s'infléchira de façon à pénétrer dans le grand hall des voyageurs de cette gare, qu'il traversera à la hauteur d'un premier étage. Des escaliers relieront la station du Métropolitain, établie ainsi dans la gare même, à tous les quais de départ et d'arrivée du réseau d'Orléans. Cette innovation, qui aurait bien dû être imitée à tous les points de rencontre du Métropolitain avec les autres lignes, sera très appréciée, surtout des voyageurs de banlieue.

Nous donnons ci-dessous la nomenclature des stations de la Circulaire-Sud, qui sont situées aux points correspondant aux numéros d'ordre de notre plan :

1. Etoile ; 2. avenue Kléber ; 3. rue Boissière ; 4. Trocadéro, en souterrain (section déjà ouverte). - 5. Quai de Passy ; 6. quai de Grenelle, 7. rue Duplex ; 8. avenue de la Motte-Piquet : 9. place Cambronne ; 10. avenue de Suffren, en viaduc. - 11. Rue de Vaugirard ; 12. gare Montparnasse ; 13. boulevard Edgar-Quinet, 14. boulevard Raspail ; 15. place Denfert-Rochereau, sous terrain. - 16. place Saint-Jacques, à ciel ouvert, — 17. Rue de la Glacière, en viaduc. — 18. rue Corvisart, à ciel ouvert. — 19 Place d'Italie, 20. rue de Campo-Formio ; 21. boulevard Saint-Marcel, en souterrain.

Les travaux de la ligne proprement dite, retardés par les difficultés relatives aux consolidations de carrières, dans la partie voisine des catacombes, sont aujourd'hui en bonne voie d'achèvement. Cependant il n'est pas probable que la Circulaire-Sud puisse être ouverte à l'exploitation, même partiellement, avant l'achèvement du pont de Passy, par lequel elle se reliera aux lignes de la rive droite. Or, on vient de commencer seulement les fondations des piles de cet important ouvrage, et, en mettant les choses au mieux, il ne faut pas espérer qu'on puisse faire passer des trains sur son tablier supérieur avant l'été de 1905. C'est la date qu'il nous parait raisonnable de fixer pour l'inauguration de la ligne entière sur la rive gauche.

Un chiffre éloquent donnera, d'ailleurs, une idée de l’importance du travail à exécuter. Le coût total de la ligne, entre le Trocadéro et la place d'Italie, s'élèvera à 22,807,000 francs, soit exactement à 3,095 fr. par mètre de longueur ! Sur la rive droite, la ligne de Maillot-Vincennes n'a coûté que 2,646 francs le mètre, et la Circulaire-Nord 2,811 francs. Le prix de revient plus élevé de la Circulaire-Sud provient, d'une part, de la plus grande proportion de voie en viaduc, et, d'autre part, du grand pont prévu pour la traversée de la Seine.

Salagnac


Saviez-vous que ...

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1895

M. Félix Faure dans le 13è

Le pont de Tolbiac est dans le treizième arrondissement, c'est-à-dire dans une région de Paris où jamais, en aucun temps, chef d'État n'a mis le pied. (1895)

Lire

1867

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire

1868

La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

Lire

1928

La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire

1932

Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire

1862

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire

1862

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire

1925

Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire

1927

Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire

1929

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

1924

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

1929

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme