Un jour dans le 13e

 La Catastrophe de la rue de Tolb

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Journal ― 23 octobre 1915

Le médecin aide-major de deuxième classe de réserve Désandré, du corps des sapeurs-pompiers de Paris, qui, en concourant aux travaux de sauvetage, rue de Tolbiac, avait été grièvement blessé par une nouvelle explosion, est mort hier dans la matinée, à l'hôpital du Val-de-Grâce.

Le nombre des victimes reconnues à la Morgue était, hier soir, de vingt et -un.

Rue de Tolbiac et aux environs on a recueilli, hier encore, plusieurs débris humains dont quelques-uns avaient été projetés sur les toits des immeubles voisins.

En explorant les décombres, on a retrouvé quantité d'objets ayant appartenu aux victimes ; des clefs, quelques bijoux et des vêtements à demi carbonisés. Tous ces objets sont déposés au commissariat de police de la Maison-Blanche.

Les obsèques

Le bureau du Conseil municipal se réunira aujourd'hui pour décider de la participation de la Ville aux obsèques des victimes de la catastrophe de la rue de Tolbiac. Ces obsèques devant avoir lieu très vraisemblablement aux frais de l'État, il est probable que le bureau décidera l'exonération des frais municipaux.

La catastrophe de la rue de Tolbiac - 20 octobre 1915


21 octobre


22 octobre


23 octobre


24 octobre


25 octobre


26 octobre


27 octobre


28 octobre


29 octobre


31 octobre


18 novembre


21 novembre


10 décembre


L'accident du 23 juillet 1915

Saviez-vous que... ?

Le pont National, oeuvre des ingénieurs Couche et Petit, a été achevé en 1853. Il portait initialement le nom de pont Napoléon III.

*
*     *


La statue de Pinel, bienfaiteur des aliénés, installée devant l'hôpital de la Salpétrière est due à Ludovic Durand.

*
*     *

L'orage remarquable par sa longue durée plus encore que par sa violence, qui éclata le lundi 23 juillet 1906 au soir sur Paris, causa beaucoup de dégâts. Dans le treizième arrondissement, la Bièvre, très grossie, sortit de son lit et inonda le passage Moret, dont les maisons ont dû durent être évacuées. Rue de la Glacière, 25, les ateliers de MM. Dufresne et Rommutel furent envahis par les eaux.

*
*     *

C'est par un décret impérial du 2 octobre 1865 que le boulevard de Vitry devint la rue de Patay.

L'image du jour

Avenue des Gobelins