Un jour dans le 13e

 La catastrophe de la rue de Tolbiac - Le Petit-Parisien ― 23 octobre 1915

La catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien ― 23 octobre 1915

Les travaux de déblaiement et les recherches dans les ruines de l'usine de la rue de Tolbiac ont continué, hier, sous la direction de M. Guillaume, commissaire divisionnaire. Une foule dense stationnait, comme la veille, aux alentours.

La réfection des immeubles endommagés se poursuit hâtivement. Quelques uns ont pu recevoir leurs locataires, d'autres devront être démolis complètement et reconstruits.

De nombreuses personnes ont défilé au commissariat de la Maison-Blanche, devant les objets trouvés dans les décombres, s'efforçant de découvrir ceux qui avaient pu appartenir aux disparus qu'ils recherchaient. La montre et la chaîne d'argent de M. Cazier, menuisier, 7. rue des Dames, ont été reconnues par son gendre. M. Lescout.

 Parmi ces objets figurent deux fusils brisés, projetés dans un des hôtels voisins ; un boîtier de montre en or, portant le numéro 47.377 et trouvé dans un débit situé au 182 de la rue de Tolbiac.

Les causes

Elles ne sont, quant à présent, pas encore établies d'une façon définitive.

Une blessée, Mme Blanchard, a déclaré que, traversant la cour de l'usine, au moment de la première explosion, il lui sembla qu'une caisse en chargement était tombée. Elle reçut aussitôt une terrible commotion et perdit connaissance. Elle fut relevée le fémur fracturé.

Néanmoins, l'enquête semble s'attacher à une autre version.

Le réservoir d'essence du camion automobile qui, dans une cour des établissements Billant s'ébranlait, emportant son chargement d'engins, aurait fait explosion et fait détonner les caisses pleines.

Parmi les personnes qui participèrent aux premiers secours, il faut citer tout particulièrement M. Henri Poupliée, 3, rue de Pouy le sous-brigadier des gardiens de la paix Lecoing, déjà titulaire de trois médailles de sauvetage et qui fut blessé: le clairon Visage, de la caserne des pompiers de la rue Nationale, le gardien de la paix Mathon.

Les gardiens Mancion, Bonnal, Huvelle, Moreau, l'inspecteur Bardin, du 4e district, arrachèrent les piquets de clôture et permirent à un groupe d'ouvriers, que les flammes allaient atteindre, de s'échapper. Ils emportèrent ensuite Mlle Husson, qui avait perdu connaissance.

Le gardien Carlier et M. Louis Nicolas, 149 rue de Tolbiac, qui est soigné à son domicile, furent blessés pendant les opérations de sauvetage. Mme Vinatier, marchande de vin fut sauvé par le gardien Guiraud. Mme Mistral et sa fille, qui sont à présent hors de danger, furent arrachées à la mort par les gardiens Savinaud et Chausson.

Enfin M. Gallot, « le roi des marcheurs » ― qui se trouvait à proximité des lieux ― sauva trois personnes.


Mort de l'aide-major Désandré

L'aide-major Désandré, des sapeurs-pompiers, frappé par l'explosion d'un engin resté sur le terrain de la catastrophe, ainsi que nous l'avons annoncé, est mort, hier, à l'hôpital du Val-de-Grâce.

Le docteur Désandré était médecin de l'Association amicale de la préfecture de police. Il convient de rappeler ce fait parce que, pendant des années, il soigna ainsi gratuitement de nombreux agents. Du moins, avant de mourir, cette victime du devoir eut-elle la consolation de recevoir la visite du président de la République qui, comme nous l'avons raconté, épingla lui-même sur sa poitrine la croix de la Légion d'honneur.

L'état de l'adjudant Lejeune, des sapeurs-pompiers, blessé aux côtés de l'aide-major et soigné également au Val-de-Grâce, n'inspire plus, heureusement, d'inquiétude.


Trois nouvelles reconnaissances ont eu lieu, hier, à la morgue

Le triste défilé des témoins devant les cadavres non identifiés a continué, hier, à la morgue.

Trois nouvelles reconnaissance seulement furent effectuées. La première régla l'incident douloureux de la veille l'erreur commise par un malheureux père. C'est ainsi que le corps, identifié d'abord sous le nom de la petite Gueudin, une fillette de treize ans, fut définitivement reconnu comme étant celui de Mlle Marie Coudert, vingt-neuf ans, célibataire, habitant 30, rue Vandrezanne.

On identifia ensuite le corps de Mme Alexandrine Paitre, trente et un ans, 5, rue de Montsouris

On ne connaissait que le nom d'un soldat du colonial ― Papieul ― reconnu la veille par ses camarades le livret militaire du défunt, apprit qu'il se prénommait Édouard-Ernest.

On identifia, enfin, définitivement, le cadavre de M. Henri Thomine, quarante-trois ans, directeur des établissements Billant, demeurant 40, rue Desmarais, dont nous avions déjà annoncé la mort. Cette victime fut reconnue par son fils et par M. Delavenne, conseiller municipal.

On avait annoncé la reconnaissance du corps de M. André Hugel, vingt-cinq ans c'est, au contraire, ce jeune soldat qui a été reconnaître le corps de son père, M. Hugel, cinquante-sept ans, 130, rue de Charonne.

Vers cinq heures, un fourgon des pompes funèbres amena à la morgue les débris humains découverts dans la journée sur les lieux de la catastrophe et aux environs.

En quittant la morgue, les docteurs Socquet et Dervieux se transportèrent à la Pitié et à l'hôpital de la place des Peupliers.

La catastrophe de la rue de Tolbiac - 20 octobre 1915


21 octobre


22 octobre


23 octobre


24 octobre


25 octobre


26 octobre


27 octobre


28 octobre


29 octobre


31 octobre


18 novembre


21 novembre


10 décembre


L'accident du 23 juillet 1915

Saviez-vous que... ?

Le pont National, oeuvre des ingénieurs Couche et Petit, a été achevé en 1853. Il portait initialement le nom de pont Napoléon III.

*
*     *

Le pont de Tolbiac, en cours de construction depuis 1879, fut grandement endommagé par la grande débacle des glaces de janvier 1880 mais les dégâts furent vite réparés.

*
*     *


Abel Hovelacque, député du 13ème arrondissement, dont le nom a été donné à la rue de Gentilly en 1899, fut le promoteur de l'Ecole Estienne qui ouvrit le 20 novembre 1889. Cette école occupe ses locaux actuels depuis le 1er juillet 1896. Abel Hovelacque ne vit pas cette installation car il mourut le 22 février 1896 à l'age de 53 ans.

*
*     *

Fin aout 1895, une petite fille de huit ans, Emilienne Moisson, demeurant chez ses parents, rue Barrault, passait, vers dix heures du matin, rue de Gentilly ; un chat sortant d'un terrain vague, lui sauta sur lest épaules, la mordant au cou et au visage.
Aux cris de la pauvre petite, des passants accoururent mettant en fuite l'animal qui se réfugia dans la maison portant le n° 14 du boulevard d'Italie, jetant l'effroi parmi les locataires.
Des agents purent non sans peine abattre l'animal, qui faisait des bons prodigieux, et le portèrent chez M. Auger, vétérinaire, qui le reconnut enragé.
Aussitôt la jeune Moisson fut dirigée sur l'institut Pasteur.

L'image du jour

Avenue des Gobelins