Un jour dans le 13e

 Le colonel Cordier, des sapeurs pompiers, est fait officier de la Légion d'honneur

Le colonel Cordier, des sapeurs pompiers, est fait officier de la Légion d'honneur

Le Petit-Parisien ― 27 octobre 1915

Le colonel Cordier, commandant le régiment des sapeurs-pompiers de Paris, vient d'être inscrit au tableau spécial de la Légion d'honneur, pour le grade d'officier. Cette distinction est la juste récompense de l'habileté. du dévouement, du sang-froid et du courage que le vaillant officier manifesta en tant d'occasions, et tout récemment encore.

Parisien de Paris ― il est né boulevard Saint- Michel ―  le colonel Cordier se disposait, le jour où se produisit la catastrophe de la rue de Tolbiac, à inspecter les services du théâtre des Gobelins, quand il perçut le bruit de l'explosion.

Sans prendre le temps d'aller endosser son uniforme, il accourut sur les lieux, où il arriva en même temps que la première équipe de sapeurs. Par les habiles manœuvres qu'il commanda, et au péril de sa vie, il réussit à éviter que l'incendie ne gagnât un important dépôt de chedditte, conjurant ainsi une nouvelle catastrophe, qui eût été plus terrible que la première.

Âgé aujourd'hui de cinquante-six ans, le colonel Cordier débuta, en sortant de Saint-Cyr, comme sous-lieutenant au 104e de ligne. Il entra au corps des sapeurs-pompiers. Après un stage d'une année au 72e de ligne, avec le grade de lieutenant, il revint au corps des sapeurs pour ne plus le quitter. C'est là qu'il conquit tous ses galons. Depuis près de trente ans, il a assisté à tous les grands incendies. Titulaire de cinq médailles d'honneur; il mérita la première à l'incendie de l'Opéra-Comique et la seconde à celui du Bazar de la Charité.

C'est à lui que Paris doit la transformation totale du matériel d'incendie. En 1908, il visita tous les ports de guerre, y compris Bizerte, dans le but de réorganiser le service d'incendie dans la marine. Il fut promu colonel le 6 janvier 1913.

Depuis le commencement de la guerre actuelle, son matériel technique fut constamment requis par l'autorité militaire. Il put fournir également à plusieurs corps des armées en campagne, des cadres expérimentés officiers et gradés et 80 sapeurs.

Le colonel Cordier créa trente-trois postes pour la défense le service d'ordre et la protection d'établissements importantes à Paris Il créa, en banlieue, huit postes permanents de cent hommes pour assurer le bon ordre et coopérer au service d'incendie dans les communes suburbaines, et fournit à l'armée de nombreux conducteurs d'autos. Il fit accomplir, par ses glorieux subordonnés, de nombreuses missions au front. Il assainit le champ de bataille de la Marne.

Après avoir assuré le sauvetage d'un train de blessés, tombé dans la rivière, et de matériel d'artillerie et de munitions également immergés dans l'Aisne, il organisa dans la région de Reims, dès mars 1915, la lutte contre les incendies, provoqués presque quotidiennement par le bombardement. Tels sont les états de service du colonel Cordier, à qui le gouvernement vient d'accorder une récompense tant de fois méritée.

La catastrophe de la rue de Tolbiac - 20 octobre 1915


21 octobre


22 octobre


23 octobre


24 octobre


25 octobre


26 octobre


27 octobre


28 octobre


29 octobre


31 octobre


18 novembre


21 novembre


10 décembre


L'accident du 23 juillet 1915

Saviez-vous que... ?

Le pont National, oeuvre des ingénieurs Couche et Petit, a été achevé en 1853. Il portait initialement le nom de pont Napoléon III.

*
*     *

Le Théâtre Saint-Marcel situé 31 rue Pascal, bâti en 1838 dans le douzième arrondissement de l'époque, donnait essentiellement des drames, des comédies et des vaudevilles de l'ancien répertoire.

*
*     *

L'école 8 rue Kuss, a été construite en 1934, par l'architecte Roger-Henri Expert, qui utilisa largement le béton.

*
*     *

Dans les années 1893-1894, une épidémie de variole se répandit dans le quartier de la Gare et toucha principalement les rues Harvey, du Château-des-Rentiers, Tolbiac et Patay. Au total, plus de soixante immeubles furent contaminés. La population accepta les mesures de prophylaxie avec un empressement marqué; c'est là notamment que, dans les rues Harvey, Château-des-Rentiers, des Chamaillards, Tolbiac, Patay, presque tous les habitants des maisons venaient d'eux-mêmes s'offrir à la vaccination, dans une boutique ou mème en pleine rue. L’invasion du XIIIe arrondissement, dans la partie qui forme le quartier de la Gare, peut être considérée comme ayant été causée par l’apparition d’une bande de forains nomades installée dans des conditions incroyables d’insalubrité ; ils y eurent plusieurs malades dans leur campement sur le bord d’un boulevard longeant les fortifications ; lorsqu’on voulut y pratiquer des mesures de salubrité et les revacciner, ils déguerpirent.

L'image du jour

Avenue des Gobelins