Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Le prolongement de la rue de Tolbiac (1877)

Le prolongement de la rue de Tolbiac.

La Liberté — 17 mars 1877
Vue, depuis la rue de la Providence, de la construction de la rue de Tolbiac entre 1875 et 1878 par Charles Marville
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Une très importante opération de voirie est en ce moment en cours d’exécution dans le quartier de la Glacière. C’est le prolongement de la rue de Tolbiac. Cette rue, dont plusieurs tronçons sont déjà construits, est destinée à devenir l’une des artères principales de la capitale. Elle établira une communication directe entre les quatorzième et treizième arrondissements et Bercy, où elle ira déboucher, en face des nouveaux entrepôts, en passant, sur un pont en projet.

Le travail que l’on fait maintenant a pour but de raccorder le tronçon de cette rue qui existe dans le quatorzième arrondissement avec un autre tronçon que l’on vient d’ouvrir entre l’avenue d’Italie et l’avenue de Choisy.

Comme, entre ces deux points, le tracé est à peu près en ligne droite, il ne s’agit de rien moins que de franchir les basfonds de Glacière, dont le sol se trouve en contrebas de près de quarante mètres, au moyen d’un remblai énorme.

On arrivera à l’avenue d’Italie en pente douce, en traversant la Butte-aux-Cailles. Le remblai s’étend d’une extrémité à l’autre des prairies de la Glacière ; il atteint déjà une hauteur de dix à douze mètres et monte chaque jour à vue d’œil, car on transporte les décombres à l’aide de locomotives, et la voie arrive maintenant jusqu’à la rue du Moulin-des-Prés. Sur ce dernier point, on vient de commencer la construction d’un pont gigantesque sur lequel passera la rue de Tolbiac.

Enfin, l’exécution de cet important travail a nécessité la rectification du cours de la Bièvre, qui, au lieu d’un tracé tortueux qu’elle avait auparavant, traverse maintenant les prairies en ligne droite, et est parallèle à la voie en construction. Plus tard, cette partie de la Bièvre sera couverte, puisque, comme complément du travail que l’on fait en ce moment, on doit combler dans toute leur étendue, les bas-fonds de la Glacière.



Les futures grandes voies du XIIIe

Sur les futurs boulevards Saint-Marcel et Port-Royal :

Sur le futur boulevard Arago :

Sur la future avenue des Gobelins :

Sur les boulevards extérieurs

Sur la rue de Tolbiac (rue du Transit)

Sur le pont de Tolbiac sur la Seine

Vu dans la presse...

Splendeur et misère des Gobelins

Quand on visite les Gobelins, on ne peut s'éviter de remarquer l'état singulièrement délabré du célèbre établissement.
C'est qu'en effet il saute aux yeux, et je ne sais pas de spectacle plus affligeant que l'apparente ruine de ce qui demeure, après plus de trois siècles, une des vraies gloires de la France. (1894)

Lire

Le marché aux chevaux

Depuis les démolitions et les nouvelles percées faites à travers le 13e arrondissement, le quartier des Gobelins, autrefois si populeux comprend de vastes parties désertes.
Une des causes de ce dépeuplement, est l'éloignement du marché aux chevaux, provisoirement transféré à la Halle aux fourrages du boulevard Montparnasse. (1870)

Lire

Les travaux de la petite ceinture entre la route de Chatillon et la Seine

Après avoir passé en revue les travaux en cours d'exécution sur la ligne du chemin de fer de ceinture, entre la grande rue d'Auteuil et la route de Châtillon, il nous reste à parler de ce qui s'effectue entre la route de Châtillon et le pont sur la Seine en amont, pour avoir exploré tout le parcours de la section à ajouter à notre chemin circulaire pour le compléter. (1865)

Lire

Le Métro sur la rive gauche

Parlons donc un peu de la rive gauche, qui a paru, jusqu'ici, plutôt délaissée dans l’établissement des premières lignes du réseau métropolitain... (1903)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

Le pont de Tolbiac, en cours de construction depuis 1879, fut grandement endomagé par la grande débacle des glaces de janvier 1880 mais les dégats furent vite réparés.

*
*     *

En 1878, le directeur de l'Alcazar d'Italie, un bal situé 190 avenue de Choisy, était M. Albert Barjon.

*
*     *

La municipalité parisienne inaugurait, le 26 juin 1936, le passage souterrain qui, sous le boulevard militaire, reliait le boulevard Masséna et le boulevard Kellermann, sous la porte d'Italie, de manière que les courants de circulation en sens opposé ne se contrarient pas.
M. Romazzotti, secrétaire du Conseil municipal, entouré de MM. Villey, préfet de la Seine ; Louis Gélis, député, conseiller municipal ; Gïraud, directeur général des travaux, coupa le ruban symbolique et franchit avec eux la nouvelle voie souterraine.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30