Dans la presse...

 L’élargissement de la rue Mouffetard - Le Siècle — 10 mars 1868

L’élargissement de la rue Mouffetard

Le Siècle — 10 mars 1868

Deux projets viennent d'être mis à l'enquête simultanément dans le treizième arrondissement et dans le cinquième.

L'enquête, ouverte à la mairie du treizième a trait au projet de classement des rues Philippe-de-Champagne, Coypel, Primatice et Véronèse.

À l'expiration du délai de quinzaine, il sera procédé en la forme ordinaire, c'est-à-dire qu'un commissaire enquêteur se tiendra à ladite mairie pendant trois jours (19, 20 et 21 mars), de deux à quatre heures, pour y recevoir les observations qui pourront être faites sur l'utilité du projet.

La seconde enquête, celle qui est ouverte à la maire du cinquième arrondissement, se rapporte au projet d'élargissement de la rue Mouffetard, projet dont nous avons parlé dernièrement. Il s'agit du pian parcellaire des propriétés dont l'expropriation est rendue nécessaire pour l'isolement de l’Église Saint-Médard, entre les rues Mouffetard et Censier.

Extrait de l'Atlas des 20 arrondissements de Paris par Eugène Andriveau-Goujon - 1868.

Pendant le délai de huitaine, qui compte à partir du 2 mars, chacun pourra produire, s’il y a lieu, des observations sur l’application du plan aux propriétés qui y sont indiquées par une teinte jaune, notamment en ce qui concerne ceux des immeubles dont l’expropriation est requise en vertu du décret du 23 mars 1852, et qui sont indiqués au tableau sous les numéros 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9.

Charles Marville, la rue Mouffetard (future avenue des Gobelins) vers le nord à l'angle de la rue de Gentilly (Abel Hovelaque) vers 1867

En attendant que ce projet soit mis à exécution, les travaux entrepris dans cette zone du quartier Saint-Marcel, se poursuivent avec toute l’activité possible, et tandis qu'on jette bas les maisons de la rue Mouffetard, on continue non loin de là la percée du boulevard de Port-Royal, auquel on fait en ce moment traverser la vallée de la Bièvre.

Cette partie du trajet a nécessité d'importants remblais, qui en certains endroits atteignent une hauteur de huit mètres.

Ainsi que nous l'avons annoncé, les rues de Lourcine et Pascal seront franchies par les nouvelles voies au moyen de ponts ; les culées de ces deux viaducs sont en cours d'exécution.

Sous le boulevard de Port-Royal comme sous le boulevard Saint-Marcel, les deux bras de la Bièvre seront emprisonnés dans des galeries d'égout, comme cela a déjà été fait derrière la manufacturé des Gobelins. On se rappelle aussi que cette petite rivière doit prochaine ment déboucher dans la grande galerie de la rue Geoffroy-Saint-Hilaire, pour cheminer de là vers Asnières, par le nouveau collecteur de la rive gauche.

Charles Louft.


Les futures grandes voies du XIIIe

Sur les futurs boulevards Saint-Marcel et Port-Royal :

Sur le futur boulevard Arago :

Sur la future avenue des Gobelins :

Sur les boulevards extérieurs

Sur la rue de Tolbiac (rue du Transit)

Premier projet abandonné

Deuxième projet

Le deuxième projet du tracé de la rue du Transit ne sera pas davantage réalisé. La guerre et les évènements liés à la Commune de Paris mirent en sommeil les travaux dans le quartier de la Maison-Blanche et le projet fut rediscuté. Un nouveau tracé, plus au sud,  abandonnant la ligne droite et comportant une inflexion, fut adopté. Les travaux de franchissement de la vallée de la Bièvre purent réellement commencer.

Sur le pont de Tolbiac sur la Seine

Dans la presse...


Les boulevards extérieurs et le boulevard du Transit dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs sur la rive gauche, entre l’ex-barrière d'Enfer et le pont de Bercy, est terminée dans la partie qui traverse le quatorzième arrondissement, et se continue à travers le treizième. (1863)

Lire la suite


L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

...


Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

...


A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

...


Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

...

Saviez-vous que... ?

Bobillot, héros du Tonkin, était prénommé Jules. La rue portant son nom est longue de 1.100 mètres.

*
*     *

Le dernier étang du quartier de la Glacière fut comblé en août 1881 et sur son emplacement, on construisit une gare de marchandises connue des habitants sous le nom de gare de Rungis amis dont kle nom officiel était « gare de la Glacière-Gentilly ».

*
*     *

C'est le 11 juillet 1906 que le conseil municipal de Paris vota le transfert du marché aux chevaux du boulevard de l'hôpital à Brancion, nouveau marché ouvert depuis 1904.

*
*     *

Les immenses remblais qui faisaient face à la Butte-aux-Cailles et les déblais du côté de la rue d'Alésia étaient presque terminés.
Encore quelques jours, et les deux quartiers que séparait la vallée de la Bièvre seraient réunis. Restaient à exécuter et le rachat des différences de niveau des petites rues qui aboutissent à la voie nouvelle, et la mise en état de viabilité de la chaussée elle-même. À la hauteur de la rue du Moulin-des-Prés on avait construit une voûte qui enjambait cette voie.
Cette voute connue un temps comme le « pont des suicidés » fut enterrée en 1902 lors du relèvement de ma rue du Moulin-des-Prés.

L'image du jour

Construction de la rue de Tolbiac : franchissement de la Bièvre à la Glacière

La photographie est de Charles Marville et a été prise vers 1876. La rue d'Alésia est déjà achevée. La construction de la rue de Tolbiac subit beaucoup de retard compte tenu de l'ampleur des travaux.