Dans la presse...

 Travaux publics. - 1866

Travaux publics.

La Patrie — 15 septembre 1866

On va bientôt procéder dans le 13e arrondissement (des Gobelins) aux travaux d’agrandissement et de régularisation de la place d’Italie et de ses abords.

Ch. Marville - La place d'Italie vers 1866/67 (détail)

Cette belle place se trouve sur un des points les plus élevés du sol parisien ; elle domine tout le cours de la Seine en amont et la vallée de la Bièvre ; on y jouira d’un panorama magnifique lorsque tous les travaux d’amélioration qui doivent y être exécutés seront entièrement terminés.

D'après les projets qui sont aujourd'hui adoptés, la place d'Italie prendra la forme d’un polygone à trois faces ; elle aura cent mètres de rayon et deux cents mètres de diamètre ; le sol en sera abaissé de plusieurs mètres, ce qui adoucira considérablement la pente de la rue Mouffetard ; la partie centrale de cette place sera en outre décorée d'un bassin pourvu d’une gerbe et entouré de plates-bandes. En avant des maisons qui la tardent, seront établis sept quinconces qu’une chaussée de douze mètres séparera des façades.

Sur les vastes terrains mis récemment à découvert par suite des démolitions faites à l'angle de la place d’Italie et du boulevard de l’Hôpital jusqu’à la rue des Vignes, on construira lu nouvelle mairie du 13e arrondissement, qui formera l’une des faces de ce vaste pentagone ; plus loin, on élèvera un nouveau marché et il y aura encore place pour la construction d’un grand nombre de maisons particulières : ces divers édifices sont séparés par plusieurs rues, les unes déjà ouvertes, les autres en voie de percement.

Les abords de la nouvelle place d'Italie seront, en outre, modifiés de manière à relier sur plusieurs points le nouveau boulevard du Transit avec les anciens boulevards extérieurs et celui de l’Hôpital ; ce dernier boulevard sera prolongé au delà de la place d’Italie jusque sur le versant méridional de la Butte-aux-Cailles.

Le boulevard Saint-Jacques, au point où il forme une brisure pour remonter vers la place d’Italie, doit aussi se prolonger jusqu'à l’avenue de Fontainebleau et au boulevard du Transit, à l’endroit où se trouve actuellement une chapelle expiatoire, ainsi qu'au point d’intersection formé par ces deux boulevards.

Le prolongement du boulevard de l’Hôpital dégagera ainsi tout le quartier de la Butte-aux-Cailles. Sur la partie la plus haute de cette butte s’élèvera la colonne monumentale projetée du nouveau puits artésien. De cette hauteur on aperçoit, d’un côté, les vertes prairies de la vallée de la Bièvre et l'ancien château de Bicêtre ; de l’autre, la ligne étendue et symétrique-du boulevard de l’Hôpital et le pont d’Austerlitz ; en face se dressent les hauteurs de Ménilmontant, et au pied de la butte s’étend tout le panorama du faubourg Saint-Jacques.

Une nouvelle place, sur laquelle on construira une église et deux écoles, doit être aussi créée sur le carrefour formé par la rencontre du prolongement du boulevard Saint-Jacques avec le boulevard du Transit et l’avenue de Fontainebleau.

Le nouveau boulevard du Transit

Le nouveau boulevard du Transit aura 20 mètres de largeur ; il doit parcourir d’est en ouest les trois arrondissement suburbains de la rive gauche, et constituer, à travers toute mette large zone, une grande voie parallèle aux anciens boulevards extérieurs et à la route militaire.

Partant du carrefour des Quatre-Chemins (route d’Orléans) le boulevard du Transit coupera la rue de la Tombe-Issoire à la hauteur de la rue Sarrasin, traversera la rue de la Glacière, se dirigera en ligne droite vers le carrefour des routes d’Ivry et de Choisy-le-Roi, puis viendra déboucher sur le boulevard ouvert dans l’axe de l'église Notre-Dame-de-la-Gare.

À son point de départ, le boulevard du Transit servira de limites, au nord, au nouveau parc de Mont-Souris, que nous avons décrit dans un précédent article, et dont l’exécution projetée vient de nécessiter l'expropriation de 112 immeubles situés en bordure du chemin des Prêtres, de la rue Militaire, de l’impasse du Méridien, des rues Lamoignon, de la Glacière et du chemin d’Arcueil.

C’est aussi à quelques pas de l’emplacement qui sera occupé par le parc de Mont-Souris que l'on doit bientôt commencer la construction d’un vaste réservoir. Ce réservoir, d’une capacité beaucoup plus considérable que celle des réservoirs de Ménilmontant, est destiné à recevoir les eaux de la Vanne, que l’on va faire venir à Paris, ainsi que nous l’avons indiqué précédemment.

Il est question, en outre, de continuer le boulevard du Transit jusqu’à la Seine, qu’il traverserait, grâce à un pont jeté à égale distance de celui de Bercy et du pont Napoléon. Dans ce trajet, il couperait la rue de la Tombe-Issoire, franchirait le chemin de fer de Sceaux au moyen d’un pont jeté au-dessus de la voie ferrée, viendrait, en descendant, couper à niveau la rue de la Glacière, traverserait la vallée de la Bièvre sur un viaduc, couperait la rue de la Providence, et franchirait à leur niveau actuel toutes les rues qu’il rencontrerait sauf celle du Moulin-des-Prés.

Sur cette grande voie viendront s'embrancher un certain nombre de voies secondaires dont plusieurs sont décrétées et quelques-unes même en voie d'exécution.

Plusieurs de ces voies partent de la place Jeanne-d’Arc, où se trouve l’église Notre-Dame-de-la-Gare. La première, qui porte le nom de rue Jeanne-d’Arc, s’ouvre dans l’axe de l’église et se termine à l’ancien boulevard extérieur; la deuxième est la rue Dunois, ancienne rue des Trois-Ormes ; puis vient la rue Lahire, qui aboutit au chemin du Bac, et la rue Xaintrailles, qui se termine à la rue de la Croix Rouge.

Enfin, quand le boulevard du Transit sera entièrement terminé, la rue Nationale sera prolongée directement jusqu’au boulevard Masséna, sur lequel elle débouchera de même que la route d’Ivry, à la hauteur de la porte d’Ivry.

A. Martel.
 

L'aménagement du XIIIe

Les annnées 1860 : projets pour les zones annexées et premiers travaux

Le cadre général

Les projets de voirie

Le chemin de fer de ceinture

Les années 1870-80

Quartier de la Salpêtrière

Quartier de la Maison-Blanche

Les années 1900-1920

Saviez-vous que ...

35.892 électeurs étaient inscrits sur les listes du 13ème pour le premier tour des élections municipales du 3 mai 1925. 30.289 votèrent. Seul, M. Colly, du quartier de la Gare, fut élu à ce premier tour.

L'image du jour

Boulevard de l'Hôpital par Charles Marville

Vu dans la presse...

1869

Le point sur les travaux de la place d'Italie

On entreprend en ce moment à la place d'Italie des travaux de voirie analogues à ceux de la place de l'Arc-de-l'Etoile et de la place du Trône. On établit un plateau circulaire avec huit boulevards, squares, maisons monumentales, si l'industrie toutefois veut se risquer à les édifier. (1869)

Lire

1871

Mille ans sous la terre

Dans un quartier de Paris, renommé par ses tanneries, ses peausseries, et surtout par la manufacture des Gobelins, hélas ! incendiée en partie, est un vaste terrain, où s'élevait jadis une église dédiée à saint Martin, au faubourg Saint-Marcel. (1871)

Lire

1868

Les chasseurs de cabots

Un jour, j'entre au marché... aux chiens, situé sur le boulevard de l'Hôpital. Il y avait environ cent-cinquante ou deux cents de ces intéressants animaux les uns aboyaient, les autres jappaient, quelques-uns mêmes gémissaient. (1868)

Lire

1867

L’ouverture du chemin de fer de ceinture

Le terrain s'abaisse et la vue s'élargit ; voici le chemin de fer de Sceaux, puis la Glacière, Gentilly et en face une échappée de Paris, puis un coin tranquille, tout champêtre, presque silencieux, où coule la Bièvre, cette rivière parisienne ignorée. (1867)

Lire

1903

Les eaux thermales de la Butte-aux-Cailles

Nous avons pu rencontrer ce matin le sympathique conseiller municipal du treizième arrondissement, M. Henri Rousselle, sur l'initiative de qui les travaux avaient été poursuivis et qui, tout heureux du résultat obtenu, nous a donné sur le puits artésien de la Butte-aux-Cailles les renseignements suivants... (1903)

Lire

1905

Le dispensaire Emile-Loubet

Le quartier de la Gare était en fête hier, et la population de travailleurs qui l'habite a chaleureusement manifesté au Président de la République les sentiments de gratitude qu'elle nourrit à son égard pour la nouvelle preuve de sollicitude qu'il vient de lui donner en faisant édifier l'établissement philanthropique qui portera désormais son nom. (1905)

Lire

1923

Trois îlots à détruire d'urgence

Avant que d'être un égout, la Bièvre, semblable en cela à tant d'autres cours d'eau avait eu ses caprices, et avait formé, entre ce qui est maintenant le boulevard Arago et l'avenue des Gobelins, un îlot coquet, au milieu duquel poussait, au hasard des apports du vent, une flore des plus variées. (1923)

Lire

1938

L'inauguration du monument aux Mères Françaises

En présence de M. et Mme Albert Lebrun a été inauguré hier, boulevard Kellermann, près de la porte d’Italie, le monument élevé à la gloire des mères françaises, œuvre des sculpteurs Bouchard et Dalcatone et des architectes Greber et Bigot. (1938)

Lire

1900

Une nouvelle église paroissiale à Paris

Le quartier populeux de la Maison-Blanche, dans le treizième arrondissement, était hier en fête. (1900)

Lire

1921

La piscine de la Butte-aux-Cailles sera le type des piscines futures

D'une architecture utilitaire, le bâtiment accolé aux bains-douches, place Paul-Verlaine, aura son entrée spéciale conduisant à trois étages de 50 cabines chacun. Chaque étage aura sa couleur particulière, à laquelle répondront les couleurs des caleçons. (1921)

Lire

1883

Effondrement d'une maison place Pinel

Mercredi matin, vers dix heures, a eu lieu un accident qui aurait pu prendre les proportions d'une véritable catastrophe.
Une maison à plusieurs étages, située place Pinel, près de la barrière d'Italie, et portant le numéro 3, a subi soudain un affaissement assez considérable, et une profonde excavation s'est produite.
On sait que tout ce quartier est construit sur les catacombes... (1883)

Lire

1912

Un Meeting des Locataires de la Cité Jeanne-d’Arc

L'on sait que l'Assistance Publique a racheté la cité Jeanne-d'Arc pour faire démolir les noires masures qui la composent et édifier à leur place, sur les cinq mille mètres carrés qui s'étendent là, au fond de ce populeux quartier de la Gare, entre les rue Jeanne-d'Arc et Nationale, des maisons ouvrières à bon marché, gaies, saines et claires. (1912)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme