Littérature



Quatorze juillet, place Nationale

"Un gosse"

roman par Auguste Brepson

Extrait précédent

 

Deuxième partie

VII

De même que les histoires des images d'Épinal n'ont plus suffi à mon imagination, de même l'amour de la belle Yvonne ne suffit plus à mon cœur.

Je suis à présent tourmenté d'un mal inconnu qui s'accroît surtout par les chaudes soirées d'été.

Les voix fraîches des filles tournant dans les rondes, la romance chantée au carrefour à l'heure vague du crépuscule, les plaintes d'un violon, au loin, dans la nuit, les lourds effluves de l'air, tout cela m'agite d'un trouble inexprimable.

Des larmes plein les yeux, frémissant, je m'enfuis dans des coins et, comme René, tends les bras à des fantômes.

Un immense besoin d’aimer bouillonne dans mon cœur de onze ans : il me faut une amoureuse !

Je voudrais bien Marguerite, la fille du rétameur, mais elle est vénale : elle me dédaigne parce que je suis pauvre et me préfère Schultz qui lui fait toujours des cadeaux. Il est cependant laid, répugnant même, avec sa grosse face boursouflée couleur colle de pâte, ses yeux chassieux, ses lèvres épaisses et crevassées ; et moi, je suis beau… je le sais !... car il y a longtemps que je me suis expliqué l’attitude et les paroles de la petite chiffonnière de la cité.

Le cœur ulcéré, je ne parle plus à Marguerite ni à Schultz.

— Pauvre petit camarade !... comme je ne t'aurais pas tenu rancune si j'avais pu savoir qu’un peu plus tard, un jeudi, tu serais écrabouillé, sur le quai de Bercy par un muid de vin dévalant d’un haquet.

Je me rejette sur Marthe, la fille du marchand de vin.

C'est une petite brunette de dix ans. Elle n'est pas jolie, elle a une grande bouche, un teint chlorotique, les dents mauvaises, mais j’aime son air doux et ses yeux songeurs.

Sans être vu du concierge — une brute, qui nous sort de la cour à coups de fouet, quand nos criailleries l'importunent —  je l’emmène à la brune, dans les coins et la dévore de baisers. En elle j’étreins toutes mes amours inaccessibles depuis la belle Yvonne jet mes fantômes indécis, jusqu’ à la blonde Marguerite.

Elle se laisse faire, la mine grave et le regard lointain et me rend docilement mes baisers quand je lui demande.

Mais est-ce que je ne communique pas ma fièvre amoureuse ?... Le dieu qui me tourmente n’agit-il pas aussi en elle ?... car je la sens frémir et, dans la nuit qui tombe, sa figure s'illumine d’une beauté inconnue !...

VIII

Quatorze Juillet...

Je vais comme les autres, lécher le cul de la poêle enduit de cirage pour décoller la pièce de dix sous, grimper au mât de cocagne frotté de savon noir, culbuter dans la course aux sacs ou bien me faire doucher en basculant le baquet.

Mais le soir pour ce jour de liesse, j’aie licence de jouer très tard dans la rue, je préfère rester chez nous, car je suis l'ami des joies discrètes, voire du silence et de la solitude, et tous ces pétards, ces cris, ces chants, toutes ces musiques, ces bals, ce monde, tous ces couples tournoyants qui poussent dans l'air lourd des relents de chairs moites me choquent, m'étourdissent, me brisent...

Blotti dans un coin du balcon, j'écoute monter comme d'une cuve le murmure de Paris en ébullition, et regarde filer vers la voûte noire du ciel incrustée de diamants les boules de feu des fusées... Elles crèvent, s'épanouissent en un gigantesque bouquet d'étoiles multicolores qui reste un instant suspendu... puis retombe... pluie d'émeraudes, d'améthystes, d'escarboucles, de saphirs, de rubis...

Cependant, dès que je vois du côté de la place Nationale les points lumineux, verts, rouges, bleus, oranges, d'une multitude de lampions danser dans la nuit, je descends quatre à quatre.

La place Nationale

Cela s'avance dans un halo de poussière rousse, précédé d'une rumeur qui devient vite tintamarre, et, bientôt, flanquée d'une marmaille hurlante, défile toute une horde déguenillée et sordide ; hommes, femmes, enfants, aux figures grimaçantes. , frappées violemment par la lueur mouvante des lampions, ou entrevues vaguement dans l'ombre, tapant sur des chaudron, des gongs, des tambours, soufflant dans des cuivres, des mirlitons, des cornes, ou jouant de la vielle, de la mandoline ou de l'accordéon... Vision mirifique, truculente, fantastique, et, cacophonie effroyable qui, dès qu'elles ont passé, laissent dans la rue comme une stupeur !

C'est la retraite des chiffonniers de la cité Doré — un ramassis d'abominables cahutes coupé de noires rigoles, et qui s'étale comme une gourme sur la face du quartier, entre le boulevard de la Gare et la place Pinel.

Ces Quatorze Juillet arrosés de gros vin, le sont quelquefois aussi de sang, comme le soir où le cordonnier Mulot, du passage Debille, ivre et jaloux, creva à coups de tiers-point le ventre de sa femme, parce qu'elle dansait avec un voisin qu'il détestait ; et aussi la nuit où l'on ramena chez lui le grand Muller — l'aîné de Pétard — le dos troué d'un coup de surin, au sortir du bal de « l'Alca » (l'Alcazar), également pour une raison d'amour.

Le lendemain, Pétard, profitant de ce qu'il était un instant seul dans la boutique, nous fit entrer mystérieusement. Brocard, Ricaille et moi, et nous montra, tout fier, la flanelle et la chemise roides de sang. Nous désignant la fente du couteau, il nous expliqua avec beaucoup d'importance que le médecin avait dit qu'il s'en était fallu d'un centimètre pour que le cœur fût touché.

Nous connaissions le meurtrier. Il habitait dans le passage de la Belle-Moissonneuse et s'appelait « La FIute ». C'était un blême et long voyou à l'aspect maladif, au regard fuyant, et dont le grand Muller n'aurait fait qu'une bouchée... Aussi l'autre l'avait-il frappé par derrière.

Extrait suivant


Litter - trans

Littérature

La petite Miette

par Eugène Bonhoure
1889

La ruelle des Reculettes

— Où demeure le pharmacien? demanda Furet.
— Au coin de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe.
— Est-ce qu'il y a deux chemins pour y aller ?

Lire

Le faiseur de momies

par Georges Spitzmuller et Armand Le Gay
1912

De la place d'Italie à la Bièvre via l'avenue de la soeur Rosalie et la ruelle des Reculettes

Dans ce roman paru en feuilleton dans Le Matin, Georges Spitzmuller et Armand Le Gay emmènent leur lecteur sur la piste de M. Ducroc, chef de la sûreté, pour qui le XIIIe arrondissement n'avait pas de secret.

Lire

La dame de pique

par Jules de Gastyne
1906

La rue du Dessous-des-Berges

Il existe à Paris, dans les quartiers perdus, des rues mornes et désertes qu'on traverse avec un sentiment de stupeur.

Lire

Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier
1907

A travers la Maison-Blanche

Un instant plus tard, elle était dehors dans le terrain vague qui descendait en pente rapide vers la vallée de la Bièvre...

Lire

La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La poterne des Peupliers

Un homme s'arrêta sur la route, près de Gentilly. Il considéra le paysage misérable et puissant, les fumées vénéneuses, l'occident frais et jeune comme aux temps de la Gaule celtique.
Si l'auteur nomme une poterne des Tilleuils, c'est bien de la poterne des Peupliers dont s'agit.

Lire

Perdues dans Paris

par Jules Mary
1908

La rue des Peupliers

Un des coins de Paris, misérable et sinistre. La longée des fortifications plantées d'arbres en double ou triple rangée, le côtoie pourtant de verdures plaisantes durant la belle saison, mais, en réalité, sépare pour ainsi dire cette région parisienne du reste du monde. Du haut de la rue des Peupliers...

Lire

Les esclaves de Paris

par Émile Gaboriau
1868

Le quartier Croulebarbe

C'est là un quartier étrange, inconnu, à peine soupçonné de la part des Parisiens...
Où Emile Gaboriau fait découvrir le quartier Croulebarbe à ses lecteurs.

Lire

Un gosse

par Auguste Brepson
1928

La Cité Jeanne-d'Arc

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.

Lire

La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La Butte-aux-Cailles

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...

Lire

Monsieur Lecoq

par Émile Gaboriau
1869

Le quartier de la Gare

Le 20 février 18.., un dimanche, qui se trouvait être le dimanche gras, sur les onze heures du soir, une ronde d’agents du service de la sûreté sortait du poste de police de l’ancienne barrière d’Italie.
La mission de cette ronde était d’explorer ce vaste quartier qui s’étend de la route de Fontainebleau à la Seine, depuis les boulevards extérieurs jusqu’aux fortifications.
Ces parages déserts avaient alors la fâcheuse réputation qu’ont aujourd’hui les carrières d’Amérique.

Lire

Le trésor caché

par Charles Derennes
1907

A la butte-aux-cailles

Depuis toujours on habitait, mon père et moi, sur la Butte-aux-Cailles ; encore aujourd'hui, ce quartier-là n'est guère pareil à tous les autres. Mais si vous l'aviez vu du temps que je vous parle ! Des cahutes s'accrochaient à la butte comme des boutons au nez d'un galeux ; ça grouillait de gosses et de chiens, de poux et de puces...

Lire

Sans Famille

par Hector Malot
1878

La prairie de la Glacière

C’est un quartier peu connu des Parisiens que celui qui se trouve entre la Maison-Blanche et la Glacière ; on sait vaguement qu’il y a quelque part par là une petite vallée, mais comme la rivière qui l’arrose est la Bièvre, on dit et l’on croit que cette vallée est un des endroits les plus sales et les plus tristes de la banlieue de Paris. Il n’en est rien cependant, et l’endroit vaut mieux que sa réputation.

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme