Littérature



Chez les biffins

"Un gosse"

roman par Auguste Brepson

Extrait précédent

 

Deuxième partie

II

Devant chez nous logeait également un couple de biffins. Ils s'appelaient Laurent. La femme était une commère massive et courte dont la joue couverte d'une large tache de vin rappelait une tartine de framboise. Elle avait des cheveux rares tirés vers le sommet du crâne par un petit chignon, des yeux toujours larmoyants, un ventre en pointe et de lourdes mamelles qui tremblotaient sous le caraco comme de la gélatine.

L'homme, au contraire, était un grand sec, aux cheveux bouclés débordant une vieille casquette de soie et aux petits yeux de lézard dans un visage bistre. Il avait un long cou avec une pomme d'Adam très en relief et d'une mobilité extrême : elle descendait et remontait sans cesse, et, quand il riait, on ne lui voyait que deux chicots plantés dans les gencives roses comme des clous de girofle.

Leur porte était toujours ouverte mais leur fenêtre toujours fermée, condamnée en quelque sorte par une table chargée de débris divers jusqu'à mi-hauteur des carreaux. Du reste, c'était chez eux un encombrement de bric-à-brac : chiffons, ferrailles, os, croûtes de pain s'amoncelaient dans tous les coins, dessus et dessous les meubles ; une multitude d'objets démantibulés s'accrochait au mur : de vieilles nippes pendaient sur des cordes tendues d'un bout il l'autre de la chambre ; et, sur la cheminée, tout un tohu-bohu de petites choses poussiéreuses menaçait d'ensevelir le globe fêlé et verni recouvrant la couronne nuptiale de la mère Laurent.

Il s'exhalait de tout cela une âpre odeur que relevait encore celle des excréments de « Piston », un caniche tombant de vieillesse et qui faisait partout, même sur le lit.

Le père Laurent l'avait pris en grippe et parlait à tout instant de s'en débarrasser, voire de l'occire ; mais la mère Laurent, qui avait deux amours : celles du rhum et de son cabot, s'y opposait farouchement, et c'étaient alors des disputes terribles où le père Laurent finissait par rosser ferme et la femme et le chien.

Quand je ne sortais pas avec ma grand'mère, j'allais farfouiller chez eux et jamais chercheur, jamais fureteur n'éprouva autant de volupté à remuer de la brocante, car je cherchais, moi, l'inconnu, le mirifique inconnu !

Ces gens m'aimaient beaucoup, m'appelaient leur fiston et me donnaient tous les vieux jouets qu'ils trouvaient dans les poubelles. Aussi était-ce toujours avec une certaine émotion que j'attendais le retour du père Laurent.

Il vidait sa hotte au milieu de la chambre et j'aidais au triage. Une fois, je fis une trouvaille : je tirai d'un porte-monnaie tout déchiqueté et moisi six pièces de deux sous. J'allais, tout fier, les tendre à la mère Laurent, lorsque, précipitant le geste, elle me les enleva brutalement des mains... comme si je voulais les lui voler !... Cela me fut si sensible que les larmes m'en vinrent aux yeux.

Mais, déjà, s'emparant d'une bouteille, elle partait chercher douze sous de rhum à l'assommoir du boulevard.de la Gare.

Elle le partagea avec le père Laurent, et tous deux, d'un trait, vidèrent leur verre.

Comme ils poussaient un grand soupir, je me demandai, ébahi, quelle satisfaction ils pouvaient bien tirer d'un plaisir qu'ils faisaient durer si peu !

Une autre fois, la mère Laurent sortit du « tas » une jolie pelle d'enfant, avec un long manche et une ouverture dans la poignée pour y passer la main. Mon cœur bondit. Tout de suite, je pensais : « Elle est à moi. » Mais, ô stupeur, la mère Laurent, après l'avoir considérée une seconde, s'en fut l'accrocher au mur et, cela, sans que le père Laurent soufflât mot !

Que se passait-il ?... En quoi avais-je mérité pareil traitement de la part de mes bons amis les chiffonniers ?... J'eus beau examiner ma conscience sur toutes les coutures, je ne trouvai, rien à me reprocher.

Cette pelle me fut, le reste de la journée, une énigme troublante aussi bien que l'objet d'une ardente convoitise. Et comme, par la suite, elle resta pendue à son clou, elle renouvela pour moi le supplice de Tantale.

Mais, un matin que la mère Laurent partit chercher de l'eau, je n'y tint plus : en un clin d'œil je la décrochai, relevai ma blouse et la fourrai dans ma ceinture. Ma poitrine battait comme une cloche et je devais être très pâle. Déjà la mère Laurent reparaissait.

Je tremblais à présent qu'elle ne s'aperçût de mon larcin et ne la quittais pas des yeux. Autre chose s'ajoutait à mes transes : la nécessité de ne pas bouger sous peine de voir la pelle glisser à terre, ou, pour la retenir, de garder ma main sur le ventre, ce qui, à la fin, pouvait paraître bizarre.

Elle commençait à m'ennuyer cette pelle !... Puis, à la réflexion qu'à moins de passer pour un petit voleur il me serait interdit de jouer avec librement, elle me devenait insupportable et j'aurais bien voulu la remettre à sa place !

Aussi, quand ma grand'mère vint me chercher, poussai-je un ouf ! et, m'esquivant avec précaution, mon premier soin fut-il de l'aller cacher sous mon lit.

Mais, le comble de l'aventure, c'est que, quelques jours après, la mère Laurent la chercha partout pour m'en faire cadeau !

J'étais furieux, encore bien plus de son incohérence que de ma précipitation. Aussi bien me trouvais-je dans cette situation irritante et singulière : possesseur légitime d'une pelle, puisqu'on me l'avait donnée, dont je n'osais me servir parce que je l'avais volée !

Extrait suivant


Litter - trans

Littérature

La petite Miette

par Eugène Bonhoure
1889

La ruelle des Reculettes

— Où demeure le pharmacien? demanda Furet.
— Au coin de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe.
— Est-ce qu'il y a deux chemins pour y aller ?

Lire

Le faiseur de momies

par Georges Spitzmuller et Armand Le Gay
1912

De la place d'Italie à la Bièvre via l'avenue de la soeur Rosalie et la ruelle des Reculettes

Dans ce roman paru en feuilleton dans Le Matin, Georges Spitzmuller et Armand Le Gay emmènent leur lecteur sur la piste de M. Ducroc, chef de la sûreté, pour qui le XIIIe arrondissement n'avait pas de secret.

Lire

La dame de pique

par Jules de Gastyne
1906

La rue du Dessous-des-Berges

Il existe à Paris, dans les quartiers perdus, des rues mornes et désertes qu'on traverse avec un sentiment de stupeur.

Lire

Les apaches de la Butte-aux-Cailles

par Lucien Victor-Meunier
1907

A travers la Maison-Blanche

Un instant plus tard, elle était dehors dans le terrain vague qui descendait en pente rapide vers la vallée de la Bièvre...

Lire

La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La poterne des Peupliers

Un homme s'arrêta sur la route, près de Gentilly. Il considéra le paysage misérable et puissant, les fumées vénéneuses, l'occident frais et jeune comme aux temps de la Gaule celtique.
Si l'auteur nomme une poterne des Tilleuils, c'est bien de la poterne des Peupliers dont s'agit.

Lire

Perdues dans Paris

par Jules Mary
1908

La rue des Peupliers

Un des coins de Paris, misérable et sinistre. La longée des fortifications plantées d'arbres en double ou triple rangée, le côtoie pourtant de verdures plaisantes durant la belle saison, mais, en réalité, sépare pour ainsi dire cette région parisienne du reste du monde. Du haut de la rue des Peupliers...

Lire

Les esclaves de Paris

par Émile Gaboriau
1868

Le quartier Croulebarbe

C'est là un quartier étrange, inconnu, à peine soupçonné de la part des Parisiens...
Où Emile Gaboriau fait découvrir le quartier Croulebarbe à ses lecteurs.

Lire

Un gosse

par Auguste Brepson
1928

La Cité Jeanne-d'Arc

La cité Jeanne-d'Arc est ce vaste ensemble de bâtiments noirs, sordides et lugubres percés comme une caserne de mille fenêtres et dont les hautes façades s’allongent rue Jeanne-d'Arc, devant la raffinerie Say.

Lire

La vague rouge

par J. H. Rosny Ainé
1910

La Butte-aux-Cailles

L'homme suivit d'abord la rue de Tolbiac, puis s'engagea par ces voies ténébreuses, bordées de planches, de lattes et de pieux, qui montent vers la Butte-aux-Cailles. Les oiseaux des réverbères dansaient dans leurs cages de verre. On apercevait des terrains fauves, des chaînes de bosselures, des rampes de lueurs, des phares dans un trou du ciel, et, du côté de la Butte, un nuage de feu pâle évaporé sur Paris...

Lire

Monsieur Lecoq

par Émile Gaboriau
1869

Le quartier de la Gare

Le 20 février 18.., un dimanche, qui se trouvait être le dimanche gras, sur les onze heures du soir, une ronde d’agents du service de la sûreté sortait du poste de police de l’ancienne barrière d’Italie.
La mission de cette ronde était d’explorer ce vaste quartier qui s’étend de la route de Fontainebleau à la Seine, depuis les boulevards extérieurs jusqu’aux fortifications.
Ces parages déserts avaient alors la fâcheuse réputation qu’ont aujourd’hui les carrières d’Amérique.

Lire

Le trésor caché

par Charles Derennes
1907

A la butte-aux-cailles

Depuis toujours on habitait, mon père et moi, sur la Butte-aux-Cailles ; encore aujourd'hui, ce quartier-là n'est guère pareil à tous les autres. Mais si vous l'aviez vu du temps que je vous parle ! Des cahutes s'accrochaient à la butte comme des boutons au nez d'un galeux ; ça grouillait de gosses et de chiens, de poux et de puces...

Lire

Sans Famille

par Hector Malot
1878

La prairie de la Glacière

C’est un quartier peu connu des Parisiens que celui qui se trouve entre la Maison-Blanche et la Glacière ; on sait vaguement qu’il y a quelque part par là une petite vallée, mais comme la rivière qui l’arrose est la Bièvre, on dit et l’on croit que cette vallée est un des endroits les plus sales et les plus tristes de la banlieue de Paris. Il n’en est rien cependant, et l’endroit vaut mieux que sa réputation.

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme