Un jour dans le 13e

 paris-treizieme.fr — Les Gobelins

Les incendies dans Paris

Les Gobelins

L’Illustration — 10 juin 1871

Aux Gobelins, les incendiaires voulaient tout brûler ; ils auraient pleinement assouvi leur rage si les tapissiers et les braves gens du quartier les avais laissé faire. Hommes, femmes, enfants ont joint leur résistance au péril de la vie c'est à eux que l'on doit n'avoir pas tout perdu.

Le feu a détruit 80 mètres de bâtiments qui abritaient : la galerie publique, un atelier de six métiers, trois salles contenant des broches munies de laine, l'école de tapisserie, l'atelier des peintures. Une perte énorme à tout jamais réalisée est celle des tapisseries merveilleuses que l'on avait recueillies depuis Louis XIV jusqu’à nos jours.

« On ne connaît pas encore toute l'étendue des pertes a dit M. Chevreul, dans la séance du 29 mai, à l'Académie des sciences ; mais par ces temps de misérable lâcheté, il est consolant de savoir qu'il y a de nobles exceptions. Ainsi tout le nombreux personnel de l'établissement a fait son devoir, il n'y a eu aucune défaillance. »

 



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Ailleurs sur Paris-Treizieme