Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Le Figaro, 8 mars 1871

Le Figaro, 8 mars 1871

 

Qui donc a osé dire que nous n'avions pas de gouvernement dans Paris ?...

Mais il y en a une vingtaine pour le moins, puisque chaque municipalité s'administre à sa façon et prend les arrêtés qui lui conviennent, sans nullement consulter pour cela la mairie centrale. C'est ainsi que le citoyen Bonvallet a décrété l'instruction obligatoire.

L'élan étant donné, les administrateurs du 13e arrondissement y sont allé aussi de leur petit arrêté. En voici le texte :

Mairie du 13° arrondissement.

Considérant que depuis quelques jours des jeux de hasard se tiennent en plein vent, soit sur les places publiques soit dans les grandes avenues, et principalement aux environs de la mairie ; qu'il est d'intérêt public de faire cesser un abus qui peut être préjudiciable aux familles :

Arrête :

Art. 1er.

Tous les jeux de hasard sont interdits sur la voie publique.

Art. 2.

La garde nationale est chargée de l'exécution du présent arrêté.

Les adjoints :

A. COMBON, LEO MEILLET

Sainte confusion, adorable gâchis ! Voilà donc qu'il est défendu de jouer aux dés avenue des Gobelins, quand cela est permis avenue Trudaine !

Plus tard, on ne voudra pas croire que cela est arrivé.

Quelques jours plus tard, le tout puissant Emile Duval, commandant militaire et futur élu du 13e arondissement à l'élection du 26 mars, étendait, dans son style incomparable,  l'interdiction des jeux à tout Paris :

 

Le délégué civil
et
le commandant militaire de l’ex-préfecture de police,

 

Considérant qu’un exemple pernicieux est donné à la population par des chevaliers d’industrie qui encombrent la voie publique et excitent les patriotes aux jeux de hasard de toute sorte ;

Qu’il est immoral et contre toute justice que des hommes puissent, sur un coup de dé et sans peine, supprimer le peu de bien-être qu’apporte la solde dans l’intérieur des familles ;

Considérant que le jeu conduit à tous les vices, même au crime,

arrêtent :

Art. 1er.

Les jeux de hasard sont formellement interdits. Tout joueur de dés, roulette, lotos, etc., sera immédiatement arrêté et conduit à l’ex-préfecture.

Les enjeux seront confisqués au profit de la république.

Art. 2.

La garde nationale est chargée de l’exécution du présent arrêté. Paris, le 25 mars 1871.

Le commandant militaire, E. DUVAL.
Le délégué civil, RAOUL RIGAULT.

 

Raoul Rigault, futur membre élu de la Commune, délégué à la Sûreté général et procureur de la Commune, par ailleurs, promoteur de la prise et de l'exécution d'otages par la Commune et de l'arrestation des communards jugés trop mous, fut abattu le 23 mai, rue Gay-Lussac, peu après son arrestation.



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Vu dans la presse...

Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

Lire

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.

*
*     *

La rue du Dessous des Berges est située à 20 mètres au dessus des berges.

*
*     *

Ernest Rousselle (1836-1896) -C'est lui ! - et son fils Henri (1866-1925) étaient négociants en vins.

*
*     *

Le 24 décembre 1883, la presse quotidienne faisait part du décès du « père Moreau » âgé de 100 ans et 3 mois, présenté comme le doyen des chiffonniers, en son domicile du 22 de la rue du Moulinet qu’il occupait depuis plus de 40 ans.
Il était mort d’inanition depuis 5 à 6 jourset son corops était d’une maigreur telle que la peau ressemblait à un vieux parchemin.
Des journaux rapportèrent que l’on trouva dans ses affaires un sac de toile rempli de pièces d’or.

L'image du jour

Le carrefour Italie-Tolbiac dans les années 30