Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — La Chapelle Bréa sous la Commune

Les églises de Paris sous la Commune

Saint-Marcel de la Maison-Blanche (Chapelle Bréa)

Extrait de "Les églises de Paris sous la Commune" de Paul Fontoulieu (1873)

Cette très petite église, située avenue d’Italie, 76, a échappé à la rage destructive des communeux ; mais peu s'en est fallu qu’elle n'ait été démolie.

Gravure parue dans Le Monde illustré

Elle fut fermée le 16 avril, par l'initiative du premier vicaire, qui crut devoir prendre cette mesure de précaution : il avait eu soin de mettre en lieu de sûreté les vases sacrés et les objets les plus précieux.

Le lendemain, un nommé Cayol, âgé de 22 ans, se disant délégué de la Commune, fit enfoncer la porte, visita l'intérieur, fouilla dans la sacristie, empocha quelques menus objets de peu de valeur, et apposa solennellement une quantité de scelles. Trois jours après — explique cette contradiction qui pourra — on voulut faire rouvrir la chapelle. À cet effet, le citoyen Léo Meillet proposa aux membres de la fabrique de leur affermer la bicoque qu'un prêtre de nationalité étrangère conseillait à desservir. Ayant reçu une réponse négative, basée sur ce que ce monument était une propriété privée, le communard répondit :

— Ah ! vous ne voulez pas nous payer votre boutique ; eh bien ! elle sera démolie.

La Commune, en effet, ne tarda pas à rendre le décret suivant, qui fut publié dans les journaux du 28 avril (*):

« La Commune de Paris,

« Considérant que l'église Bréa est une insulte permanente aux vaincus de juin et aux hommes qui sont tombés pour la cause du peuple,

« Décrète :

« Art, ler. — L'église Bréa sera démolie.

« Art. 2. — L'emplacement de l'église s'appellera Place de Juin.

« Art. 3. — La municipalité du XIIIe arrondissement est chargée de l’exécution du présent décret.

« En outre, la Commune déclare qu'elle amnistie le citoyen Nourrit, détenu depuis vingt-deux ans à Cayenne, à la suite de l'exécution du traître Bréa. La Commune le fera mettre en liberté le plus tôt possible. »

Détail d'une photographie de Ch. Marville prise vers 1867 en direction de l'avenue d'Italie. On y distingue le clocher de la Chapelle Bréa (source Ville de Paris / BHVP ).

Heureusement pour la chapelle que la Commune mit quelque lenteur dans l'exécution de ce décret, et quand les troupes entrèrent dans Paris, elle n’avait pas encore reçu le premier coup de pioche. Il n'était que temps, car le dimanche 21 mai, on vendit à la criée tout ce qui restait du mobilier. C’était le prélude de la démolition.

Cette vente produisit 1,450 francs. La feuille d'enchères sur laquelle étaient inscrits les noms des acheteurs resta sur la table, on ne sait comment, et l'autorité militaire y puisa naturellement de précieuses indications.

La chapelle Bréa fut rouverte quelques jours après.

Ses pertes n'ont pas dépassé 2,000 francs.

Le clocher de la chapelle Bréa située 76 avenue d'Italie vu depuis la rue de la Providence. Extrait d'une photographie de Charles Marville de 1875.

(*) Ce décret était dû à l'initiative de Léo Meillet, élu du 13e  arrondissement.



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Dans la presse...


Des nouvelle du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Nous avons déjà entretenu nos lecteurs des travaux du puits artésien qu'on est en train de creuser sur la butte aux Cailles dans le XIIIe arrondissement.
Ce puits étant arrivé à la première nappe d’eau, on vient d’y descendre une puissante cuve en fer du poids de 6 000 kilogrammes, destinée à maintenir cette nappe dans sa position souterraine... (1864)

Lire la suite


Les murs de la Salpêtrière

Le conseiller municipal Paul Bernard, au cours de la dernière session, a réclamé la suppression des murs de la Salpêtrière.
Toute la gauche du boulevard de l'Hôpital est occupée, comme on sait, par des établissements municipaux ou privés qui couvrent une surface très étendue. Il y a l'hospice de la Salpêtrière, le magasin central de l'Assistance publique, deux ou trois maisons, puis les chantiers du charbon de Paris et les abattoirs de Villejuif. (1896)

...


Les travaux de la petite ceinture de l'ancien hameau du Bel-Air au pont Napoléon

Les travaux en cours d'exécution pour l'achèvement du chemin de fer de Ceinture peuvent se diviser en quatre sections dont la quatrième commence au bas de l'ancien hameau du Bel-Air et vient se souder avec la fraction déjà existante au pont Napoléon en amont de Paris.
C'est de cette dernière section que nous allons nous occuper aujourd'hui. (1865)

...


Explosion à la raffinerie Say

Les deux mille quatre cents ouvriers de la raffinerie Say, 123, boulevard de la Gare, étaient en plein travail, hier matin, vers huit heures et demie, lorsqu'une explosion formidable se produisit dans l'atelier central, d'une superficie de quatre cents mètres carrés ; il y a là sept étages superposés au-dessus du sol et trois galeries souterraines où des hommes, des femmes, des jeunes filles sont occupés au cassage ou à l'empaquetage du sucre, de six heures du matin à six heures du soir… (1908)

...


L’Ecole des Arts-et-Métiers de Paris

Lundi prochain, 14 octobre, l'Ecole des Arts et Métiers ouvrira ses portes. C'est là une victoire due, pour une large part, à la sollicitude agissante de M. Fernand David.
Le ministre du commerce eut la chance de pouvoir triompher des derniers obstacles et de précipiter la réalisation. Visitant lui-même les travaux, boulevard de l'Hôpital, activant les formalités innombrables, il a pu — aidé, d'ailleurs, dans sa tâche ingrate par l'administration départementale et municipale — mettre l'Ecole en état de recevoir, dans quelques jours, la première année des jeunes élèves de la région de Paris. (1912)

...

Saviez-vous que... ?

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.

*
*     *

Initialement, le boulevard Arago devait s'appeler Boulevard de la Santé.

*
*     *

En 1897, il y avait un magasin de porcelaine au 196 de l'avenue de Choisy dans laquelle le cheval du fiacre n°7119 entra le 26 mars…

*
*     *

Les immenses remblais qui faisaient face à la Butte-aux-Cailles et les déblais du côté de la rue d'Alésia étaient presque terminés.
Encore quelques jours, et les deux quartiers que séparait la vallée de la Bièvre seraient réunis. Restaient à exécuter et le rachat des différences de niveau des petites rues qui aboutissent à la voie nouvelle, et la mise en état de viabilité de la chaussée elle-même. À la hauteur de la rue du Moulin-des-Prés on avait construit une voûte qui enjambait cette voie.
Cette voute connue un temps comme le « pont des suicidés » fut enterrée en 1902 lors du relèvement de ma rue du Moulin-des-Prés.

L'image du jour

Percement de l'avenue des Gobelins (1868)

La vue est prise de la place d'Italie dont on abaisse le niveau de près de deux mètres pour la pente de la nouvelle avenue soit moins forte. La construction métallique à droite, c'est le marché couvert des Gobelins. Il fonctionnera jusqu'à la fin du siècle avant d'être remplacé par le marché Blanqui. Avec l'ouverture de la rue Primatice, le marché couvert sera coupé en deux. La partie côté Gobelins sera démolie ; la partie côté boulevard de l'Hôpital subsistera jusqu'aux années 1970.  ♦