Dans la presse...

 paris-treizieme.fr —

Démission de M. Pernolet, maire des Gobelins

Le Figaro — 7 mars 1871

Quelques journaux essayent d'atténuer la portée des désordres qui ont eu lieu ces jours derniers dans l'arrondissement des Gobelins. Il y a pourtant un fait incontestable, c'est que vingt canons chargés et des caissons remplis de munitions stationnent sur la place d'Italie ; c'est que la mairie est gardée à vue ; c'est que M. Pernolet, maire, et M. Bovery, adjoint, ont renouvelé, en présence de ces démonstrations menaçantes, la démission qu'ils avaient déjà donnée une première fois ; c'est qu'enfin MM. Combes et Léon Meillet, seuls adjoints désormais en exercice, restent en permanence à l'hôtel de la mairie, avec la commission dite d'armement, préparant on ne sait quels coupables et sinistres projets.

En se séparant de ses administrés, M. Pernolet leur a adressé une circulaire empreinte des plus sages conseils, dans laquelle nous remarquons le passage suivant :

« Peut-être êtes-vous devenus de bons soldats ; je n'en sais rien ; — mais ce que je sais de science certaine, c'est que vous n'êtes pas sans avoir pris goût à la fainéantise, que vous êtes devenus joueurs, trop enclins à la boisson et même un peu au chapardage, sans parler du reste. Ceux qui s'attribuent le monopole de votre amitié n'auront garde de vous reprocher ces défaillances, ils trouvent même moyen de vous en louer. » (Attrape, Meillet.)

« Mais moi, je dois vous avertir que ces habitudes... sont des vices capables de rabaisser l'homme au niveau de l'esclave. »

Les malheureux entendront-ils ces honnêtes paroles ! Nous en doutons, hélas ! car la plupart d'entre eux en sont arrivés à cet extrême degré de servitude qui consiste, suivant la parole d'un ancien, « non-seulement à la subir, mais encore à s'y complaire ».

(Le titre a été ajouté NdE)



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Vu dans la presse...

Le percement du boulevard Saint-Marcel

Le plus ancien vestige des édifices religieux encore debout en ce moment, mais qui disparaîtra au premier jour, est le porche de la chapelle Saint-Clément, qui date du quatrième siècle, et dans laquelle fut inhumé en 383 saint Marcel, évêque, de Paris, sous le règne de Théodose. (1868)

Lire

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique. (1868)

Lire

Nouvelles dénominations de voies

On donne à la rue de la Croix-Rouge la dénomination de Domrémy. village du département des Vosges, où naquit Jeanne d'Arc; la route de Fontainebleau devient route d'Italie, la place de la barrière d'Ivry devient la place Pinel... (1868)

Lire

Les palais des Reines Blanche aux Gobelins

Si le vieil hôtel de Sens est, sur la rive droite de la Seine, un édifice curieux à voir, deux hôtels non moins anciens et tout aussi intéressants s'offrent sur la rive gauche, dans le quartier des Gobelins, aux yeux des amateurs du gothique. (1878)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

Le XIIIème devait initialement porter le numéro 20 lors de l'extension de Paris en 1860.

*
*     *

C'est sur l'insistance d'Émile Deslandres représentant du 13e arrondissement que le conseil municipal de Paris accepta de conserver le nom cinq fois séculaire des Reculettes à la rue résultant de l'élargissement de cette ruelle si pittoresque.

*
*     *

Ce n'est qu'en 1867, que la route de Fontainebleau devint officiellement l'avenue d'Italie.

L'image du jour

La mairie du XIIIe