Un jour dans le 13e

 paris-treizieme.fr — Journée du 25 mai 1871

Journée du 25 mai 1871

Le Temps — 31 mai 1871

Avant de revenir à la troisième position du centre, le Château-d'Eau, relevons, au même instant, le dernier combat important de la rive gauche

D'une part, l'armée régulière, dépassant la barricade de la barrière d'Enfer, s'est mercredi 24 mai emparée du Panthéon ; d'autre part, la colonne qui suit la fortification, arrive à la Bièvre. Ce n'est qu'un ruisseau ; mais en avant du boulevard d'Italie, une vallée assez profonde, du côté tenu par les fédérés, le terrain se relève en une hauteur, dite Butte-aux-Cailles, élevée de 65 mètres ; à peu près là ont pris position les fédérés en forces considérables, 7 à 8,000 environ. Avec leur artillerie, ils battent le quartier de Montrouge ; les tirailleurs descendent dans la vallée et font une démonstration offensive contre les troupes régulières.

Celles-ci se trouvaient arrêtées dans leur mouvement ; elles tinrent bon, la soirée et toute la nuit ; jeudi matin, on était encore à la même place il fallait absolument en finir. Des renforts arrivèrent, une batterie fut installée derrière le chemin de fer de Sceaux, qui couvrit de feux la Butte-aux-Cailles ; cependant, les soldats partirent de l'avant ; après une lutte meurtrière, ils avaient, dans l'après-midi, emporté la position. Ce fut certainement une des journées les plus meurtrières et les plus vivement disputées. Elle fut suivie de l'incendie des Gobelins. Mais toute la rive gauche appartenait à l'armée. En même temps, tombaient les forts de Bicêtre et d'Ivry cette victoire rapide, exécutée par la cavalerie du général Du Barrail, s'explique par ce fait que, après l'affaire de la Butte-aux-Cailles, la garnison des forts se trouvait coupée, isolée et réduite à l'impuissance.

 



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que... ?

La rue Gustave Geffroy, avant de recevoir le nom de administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, s'appela rue Léon Durand jusqu'en 1937. Cette rue fut créée en 1906.

*
*     *

La maison qui, en 1900, était située au 68 du boulevard d'Italie, servait de dépôt au sculpteur Rodin.

*
*     *

La rue du Banquier, ancienne rue, doit son nom au banquier Patouillet qui avait déjà donné son nom au territoire compris entre la rive droite de la Bièvre et les terres de St-Marcel sur le chemin d'Ivry. (Clos Patouillet.)

*
*     *

En 1865, les frères Goncourt passaient une journée dans le 13e :
« Jeudi, 16 mars. — Nous avons passé la journée chez Burty, rue du Petit-Banquier, dans un quartier perdu et champêtre, qui sont le nourrisseur et le marché aux chevaux. Un intérieur d’art, une resserre de livres de lithographies, d’esquisses peintes, de dessins, de faïences ; un jardinet ; des femmes ; une petite fille ; un petit chien, et des heures où l’un feuillette des cartons effleurés par la robe d’une jeune, grasse et gaie chanteuse, au nom de Mlle Hermann. Une atmosphère de cordialité, de bonne enfance, de famille heureuse, qui reporte la pensée à ces ménages artistiques et bourgeois du dix-huitième siècle. C’est un peu une maison riante et lumineuse, telle qu’on s’imagine la maison d’un Fragonard. »

L'image du jour

Rue Nationale (années 50)