Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — La proclamation de M. Pernolet

La proclamation de M. Pernolet

Le Figaro — 15 mars 1871 avec ajouts extraits du Gaulois du 11 mars 1871 et de la Gazette nationale ou le Moniteur universel du 13 mars 1871

Nous avons signalé l'autre jour une très sage proclamation de M. Pernolet, maire démissionnaire du 13e arrondissement.

Voici quelques nouveaux extraits de ce document qui parle un langage très ferme et très digne à ces malheureux exaltés dont quelques gredins exploitent les angoisses, et aussi l'ignorance. On parle de l'ignorance des campagnes ; mais elle est bienfaisante, charmante, adorable à côté de l'ignorance orgueilleuse et brutale dès politiqueurs ouvriers.

Je me retire, parce que, volontairement ou sans s'en douter, la majorité semble s'être livrée au parti des violents.

Je ne suis pas maire pour recevoir tous les mendiants de l'arrondissement.

Six mois d'oisiveté ont pu, peut-être, faire de vous de bons soldats ; je n'en sais rien ; — mais ce que je sais de science certaine, c'est que vous n'êtes pas sans avoir pris goût à la fainéantise, que vous êtes devenus joueurs, trop enclins à la boisson et même un peu au chapardage, sans parler du reste. Ceux qui s'attribuent le monopole de votre amitié n'auront garde de vous reprocher ces défaillances, ils trouvent même moyen de vous en louer.

Mais moi, je dois vous avertir que ces habitudes... sont des vices capables de rabaisser l'homme au niveau de l'esclave.

Moi qui vous aime d'autant plus sincèrement que je n’ai rien à attendre de vous, je crois de mon devoir de vous avertir que, si les circonstances au milieu desquelles les six derniers mois se sont écoulés peuvent excuser les habitudes regrettables dont je parle, ces habitudes n'en sont pas moins des vices capables de rabaisser le citoyen au niveau de l'esclave.

Il faut que le bourgeois se fasse aimer de l'ouvrier et se préoccupe de l'aider à s'élever sans cesse de plus en plus, moralement aussi bien que matériellement ; il faut que l'ouvrier ne craigne pas d'aimer le bourgeois et de le servir consciencieusement, en attendant qu'il devienne bourgeois lui-même par son instruction, son travail et son économie. Il faut, en un mot, qu'au lieu de penser à s'exploiter les uns les autres ou à s'entre-détruire, les hommes en viennent enfin à s'aimer sincèrement, conformément à la sainte recommandation du seul révolutionnaire qui n'ait jamais eu l'idée d'exterminer ceux qui ne pensaient pas comme lui.

Après l'instruction, le travail et les bonnes mœurs, — sans lesquels aucune amélioration sérieuse et durable n'est possible, — c'est certainement la fraternité qui est le moyen le plus infaillible de réaliser les désirs d'améliorations sociales que vous avez bien raison de nourrir au fond de vos cœurs...

Variante :

Il faut que la résolution, la bravoure, le désintéressement, la discipline... soient employés par vous à vous refaire de fond en comble...

Ces qualités sont essentielles à la constitution d'une République de tout le monde, mais non de la République étroite, jalouse, hargneuse et violente de ces hommes, plus bruyants et audacieux que nombreux, qui se proclament vos amis et mais qui, je le crains, pensent plus à se servir de vous qu'à vous servir.

Mais, croyez-en un vieux républicain désintéressé et doué de quelque sens commun, c'est seulement la République de tout le monde... qui peut parvenir à réaliser ces nobles espérances, et non pas la République étroite, jalouse, tapageuse et violente de ces hommes, plus audacieux et bruyants que nombreux, qui se proclament vos seuls amis, mais qui, je le crains, pensent plus à se servir de vous qu'à vous servir.

Parions que M. Pernolet sera traité de réactionnaire par les outranciers de son arrondissement.

Charles Pernollet se fâcha par la suite avec le Directeur du Figaro mais c'est une autre histoire... (NdE)



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Vu dans la presse...

Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire

A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire

Les grands travaux de l’édilité parisienne

Dans le XIIIe arrondissement, quartier de la Butte-aux-Cailles, c'est toujours de la grande voie de transit que l'on s'occupe. (1877)

Lire

L'épidémie de la Maison-Blanche.

Malgré les défenses qui leur sont faites et avec l'insouciance de leur âge, les enfants du quartier s'introduisent actuellement dans la décharge et ils s'y amusent avec les fémurs et les tibias qu'ils découvrent à chaque pas. (1890)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

L'avenue des Gobelins mesurait, à son inauguration, 880 mètres de long sur 40 de large.

*
*     *

En septembre 1896, M. Perruche, commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe était amené à enquêter sur le vol d'un perroquet.

*
*     *

Le 29 juin 1935, Boulevard de la Gare, Mme Berthe Caudin, âgée de 76 ans, demeurant 17, place Pinel, traversait la chaussée sur un passage clouté, lorsqu'elle fut renversée par un motocycliste, Marcel Sage, demeurant 174, rue du Château des-Rentiers. Relevée grièvement blessée, Mme Caudin fut conduite à l'hôpital de la Pitié.

L'image du jour

La mairie du XIIIe