Dans la presse...

 paris-treizieme.fr —Le massacre des Dominicains (récit de l'abbé Grandcolas)

Le massacre des Dominicains

25 mai 1871

L’Illustration — 3 juin 1871
Gravure parue dans L'Illustration

On sait que les sauvages du régiment Delescluze ont fusillé un à un les Dominicains qu'ils avaient faits prisonniers. Le récit suivant de cette infamie par un Père échappé au massacre a été adressé à M. Vrignaud du Bien public :

« Le vendredi 19 mai, un membre de la commune suivi du gouverneur de bicêtre et du sieur Cérisier(*) à la tête du 101e bataillon fédéré s'est présenté à l'école Albert-le-Grand vers quatre heures et demie du soir et nous a tous emmenés : les religieuses à la préfecture de police, et plus tard à Saint Lazare ; les pères dominicains, les professeurs et les domestiques du collège, au fort de Bicêtre où l'on nous a jetés dans une casemate, après nous avoir dépouillé de tout, et même de nos bréviaires.

« Jeudi dernier 25 mai vers huit heures du matin au moment où la garnison quittait le fort en toute hâte un officier est venu nous dire : « vous êtes libres ! seulement, nous ne pouvons vous laisser entre les mains des Versailles et il faut nous suivre aux Gobelins, ensuite, vous irez dans Paris où bon vous semblera ».

« Le trajet fut long et pénible, des menaces de mort étaient à tout instant proférées contre nous par la populace. Arrivés à la mairie des Gobelins, on ne veut plus nous laisser libre

« Les rues ne sont pas sûres, nous dit-on, vous seriez massacrés par le peuple. » D'abord, on nous fait asseoir dans la cour intérieure de la mairie où pleuvait les obus ; puis un nouvel officier arrive et nous mène à la prison disciplinaire du secteur avenue d'Italie, 38. Dans l'avenue, nous apercevons le 101e  avec son chef, le sieur Cerisier. Nous étions ces prisonniers.

L'homme en chemise rouge fut identifié pour être Isidore Boin dit "Bobèche", condamné à mort le 17 février 1872 par le 6e conseil de guerre, et exécuté le 25 mai.

« Vers deux heures et demie, un homme en chemise rouge ouvre fréquemment la porte de la salle où nous étions enfermés, il nous dit : « Soutanes, levez-vous, on va vous conduire aux barricades. » Nous sortons. À la barricade, les balles pleuvaient avec une telle intensité que les insurgés l’abandonnèrent.

« On nous amène la prison disciplinaire sur l'ordre du colonel Cérisier. Nous nous confessons une dernière fois, et le père prieur nous exhorte tous à bien mourir.

« À quatre heures et demi environ, nouvel ordre du sieur Cérisier. Cette fois nous partons tous — pères professeurs et domestiques — entourés par les gardes du 101e qui chargent devant nous leurs armes. Àà la porte extérieure de la prison, le chef du détachement nous crie  :

— Sortez un à un dans la rue !

« Puis le massacre commence. J’entends le père dire :

— « Allons, mes amis, pour le bon Dieu.

Et c'est tout.

« J'ai survécu avec quelques professeurs et domestiques à cette épouvantable fusillade. Une balle avait traversé mon pardessus sans m'atteindre. Grâce à elle, j'ai pu me jeter dans une maison ouverte sans être vu. Là, une femme fit prendre à la hâte les vêtements de son mari, et je restais chez elle jusqu'au moment où arrivèrent les soldats du 113e de ligne qui me reçurent dans leurs rangs avec le plus grand empressement. Un chef de bataillon dont je regrette de ne pas savoir le nom me donna même un sergent et quelques hommes pour aller reconnaître nos chères victimes.

« Vous savez le reste. Nous n'avons pas retrouvé le corps du père Captier, prieur de l'école Albert-le-Grand et je conservais l'espoir qu'il aurait pu, comme moi, se sauver.

Hélas ! lui aussi, une des plus belles et les plus nobles intelligences de son temps, il était massacré.

«  Je n'en pouvais plus. Hier un des survivants M. Résilliot, accompagné d'un jeune homme, M. Barraly, qui nous avait offert ce service avec le plus louable empressement, se rendit aux Gobelins pour réclamer les corps recueillis la veille par les bons frères des écoles ; là ils trouvèrent M. le maire et M. le curé d'Arcueil déjà prévenu ainsi que l'abbé Delare, aumônier de l'hôpital Cochin

« Les corps (douze en tout) furent transportés dans la soirée à l'école Albert-Le-Grand, par permission express du maréchal Mac Mahon.

« L'abbé Grandcolas,
10 rue Mézières, hôtel Samson.

(*) L'orthographe du texte original a été respectée. Il s'agit bien évidemment de Marie Jean-Baptiste Serizier, fusillé à Satory le 25 mai 1872 pour ces faits parmi d'autres.



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Vu dans la presse...

Les concierges des chiffonniers

À l’extrémité Sud de Paris, derrière la Butte-aux-Cailles, là où les rues, qui portent des noms inconnus du public boulevardier, aboutissent en pleine campagne au pied des coteaux de Gentilly, s'étend un immense terrain vague où depuis longtemps sont venus s'installer les chiffonniers de la rive gauche... (1898)

Lire

La Cité Tolbiac

L’embellissement et l'assainissement de Paris se continuent, lentement il est vrai, mais d’une façon raisonnée. De tous côtés, se font des transformations tant au centre que dans la périphérie. Un jour c’est une de ces rues tortueuses du vieux Paris qui cède la place à une voie droite, large et aérée, le lendemain c’est une maison qui eut sa célébrité qui disparaît, aujourd’hui c'est une cité tout entière... (1898)

Lire

Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique. (1897)

Lire

L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire

Saviez-vous que... ?

Le 26 avril 1939 une distribution de sacs de sable était organisée dans le quartier Croulebarbe par la préfecture de la Seine.

*
*     *

L'Eglise Sainte-Anne de la Maison Blanche, de style romano-byzantin, est due à l'architecte Bobin.

*
*     *

La rue de Tolbiac, pour la partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers, fut appelée initialement rue du Transit lorsque son ouverture fut projetée.

*
*     *


Les coordonnées géographiques de la mairie du 13e sont :
48° 49' 57.14" N
2° 21' 19.90" E

L'image du jour

La mairie du XIIIe