Dans la presse...

 paris-treizieme.fr —Le massacre des Dominicains (récit de l'abbé Grandcolas)

Le massacre des Dominicains

25 mai 1871

L’Illustration — 3 juin 1871
Gravure parue dans L'Illustration

On sait que les sauvages du régiment Delescluze ont fusillé un à un les Dominicains qu'ils avaient faits prisonniers. Le récit suivant de cette infamie par un Père échappé au massacre a été adressé à M. Vrignaud du Bien public :

« Le vendredi 19 mai, un membre de la commune suivi du gouverneur de bicêtre et du sieur Cérisier(*) à la tête du 101e bataillon fédéré s'est présenté à l'école Albert-le-Grand vers quatre heures et demie du soir et nous a tous emmenés : les religieuses à la préfecture de police, et plus tard à Saint Lazare ; les pères dominicains, les professeurs et les domestiques du collège, au fort de Bicêtre où l'on nous a jetés dans une casemate, après nous avoir dépouillé de tout, et même de nos bréviaires.

« Jeudi dernier 25 mai vers huit heures du matin au moment où la garnison quittait le fort en toute hâte un officier est venu nous dire : « vous êtes libres ! seulement, nous ne pouvons vous laisser entre les mains des Versailles et il faut nous suivre aux Gobelins, ensuite, vous irez dans Paris où bon vous semblera ».

« Le trajet fut long et pénible, des menaces de mort étaient à tout instant proférées contre nous par la populace. Arrivés à la mairie des Gobelins, on ne veut plus nous laisser libre

« Les rues ne sont pas sûres, nous dit-on, vous seriez massacrés par le peuple. » D'abord, on nous fait asseoir dans la cour intérieure de la mairie où pleuvait les obus ; puis un nouvel officier arrive et nous mène à la prison disciplinaire du secteur avenue d'Italie, 38. Dans l'avenue, nous apercevons le 101e  avec son chef, le sieur Cerisier. Nous étions ces prisonniers.

L'homme en chemise rouge fut identifié pour être Isidore Boin dit "Bobèche", condamné à mort le 17 février 1872 par le 6e conseil de guerre, et exécuté le 25 mai.

« Vers deux heures et demie, un homme en chemise rouge ouvre fréquemment la porte de la salle où nous étions enfermés, il nous dit : « Soutanes, levez-vous, on va vous conduire aux barricades. » Nous sortons. À la barricade, les balles pleuvaient avec une telle intensité que les insurgés l’abandonnèrent.

« On nous amène la prison disciplinaire sur l'ordre du colonel Cérisier. Nous nous confessons une dernière fois, et le père prieur nous exhorte tous à bien mourir.

« À quatre heures et demi environ, nouvel ordre du sieur Cérisier. Cette fois nous partons tous — pères professeurs et domestiques — entourés par les gardes du 101e qui chargent devant nous leurs armes. Àà la porte extérieure de la prison, le chef du détachement nous crie  :

— Sortez un à un dans la rue !

« Puis le massacre commence. J’entends le père dire :

— « Allons, mes amis, pour le bon Dieu.

Et c'est tout.

« J'ai survécu avec quelques professeurs et domestiques à cette épouvantable fusillade. Une balle avait traversé mon pardessus sans m'atteindre. Grâce à elle, j'ai pu me jeter dans une maison ouverte sans être vu. Là, une femme fit prendre à la hâte les vêtements de son mari, et je restais chez elle jusqu'au moment où arrivèrent les soldats du 113e de ligne qui me reçurent dans leurs rangs avec le plus grand empressement. Un chef de bataillon dont je regrette de ne pas savoir le nom me donna même un sergent et quelques hommes pour aller reconnaître nos chères victimes.

« Vous savez le reste. Nous n'avons pas retrouvé le corps du père Captier, prieur de l'école Albert-le-Grand et je conservais l'espoir qu'il aurait pu, comme moi, se sauver.

Hélas ! lui aussi, une des plus belles et les plus nobles intelligences de son temps, il était massacré.

«  Je n'en pouvais plus. Hier un des survivants M. Résilliot, accompagné d'un jeune homme, M. Barraly, qui nous avait offert ce service avec le plus louable empressement, se rendit aux Gobelins pour réclamer les corps recueillis la veille par les bons frères des écoles ; là ils trouvèrent M. le maire et M. le curé d'Arcueil déjà prévenu ainsi que l'abbé Delare, aumônier de l'hôpital Cochin

« Les corps (douze en tout) furent transportés dans la soirée à l'école Albert-Le-Grand, par permission express du maréchal Mac Mahon.

« L'abbé Grandcolas,
10 rue Mézières, hôtel Samson.

(*) L'orthographe du texte original a été respectée. Il s'agit bien évidemment de Marie Jean-Baptiste Serizier, fusillé à Satory le 25 mai 1872 pour ces faits parmi d'autres.



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que ...

Les travaux d'aménagement de la Place d'Italie furent terminés en 1879 et celle-ci fut considérée comme l'une des plus belles de Paris.

L'image du jour

L'hôpital de la Salpétrière

Vu dans la presse...

1881

Les obsèques de Blanqui

Dès neuf heures du matin, les employés des Pompes funèbres sont venus tendre la porte extérieure de la maison où est mort Blanqui, 25, boulevard d'Italie. Au milieu de la tenture se détache un écusson avec la lettre B. Il n'y a que très peu de monde encore sur le boulevard. Ce n'est que vers dix heures que l'on commence à arriver. (1881)

Lire

1864

Le point sur les travaux dans le 13e arrondissement

La transformation des anciens boulevards extérieurs, commencée l'année dernière sur la rive gauche, entre le quai de la gare et la place de l'ex-barrière d'Enfer, a été entreprise par les deux extrémités en même temps ; ces travaux sont terminés d'un côté jusqu'à proximité de la place d'Italie, et de l’autre jusqu'au boulevard d'Ivry, qu'on va transformer à son tour. (1864)

Lire

1903

Les anciens abattoirs de Villejuif

Séparé seulement par la largeur du boulevard de l’Hôpital de ce vieux quartier des Gobelins où l'on a fait de toutes parts de larges trouées d'air et de lumière, un mur nu, hideux, noirâtre, immense dans toutes ses proportions, se dresse, entourant un espace de vingt-huit mille mètres carrés. (1903)

Lire

1882

L'anniversaire de la mort de Blanqui

Malgré les récentes instructions du préfet de police défendant la formation des cortèges sur la voie publique, les journaux révolutionnaires avaient convoqué leurs amis à plusieurs reprises, pour une heure de l'après-midi, devant la maison où est mort Blanqui l'an dernier, au n° 25 du boulevard d'Italie, au coin de la rue du Moulin-des-Prés. Un temps superbe : pas un nuage au ciel, un chaud soleil et un air vif. (1882)

Lire

1896

Les murs de la Salpêtrière

Le conseiller municipal Paul Bernard, au cours de la dernière session, a réclamé la suppression des murs de la Salpêtrière.
Toute la gauche du boulevard de l'Hôpital est occupée, comme on sait, par des établissements municipaux ou privés qui couvrent une surface très étendue. Il y a l'hospice de la Salpêtrière, le magasin central de l'Assistance publique, deux ou trois maisons, puis les chantiers du charbon de Paris et les abattoirs de Villejuif. (1896)

Lire

1865

Les travaux de la petite ceinture de l'ancien hameau du Bel-Air au pont Napoléon

Les travaux en cours d'exécution pour l'achèvement du chemin de fer de Ceinture peuvent se diviser en quatre sections dont la quatrième commence au bas de l'ancien hameau du Bel-Air et vient se souder avec la fraction déjà existante au pont Napoléon en amont de Paris.
C'est de cette dernière section que nous allons nous occuper aujourd'hui. (1865)

Lire

1908

Explosion à la raffinerie Say

Les deux mille quatre cents ouvriers de la raffinerie Say, 123, boulevard de la Gare, étaient en plein travail, hier matin, vers huit heures et demie, lorsqu'une explosion formidable se produisit dans l'atelier central, d'une superficie de quatre cents mètres carrés ; il y a là sept étages superposés au-dessus du sol et trois galeries souterraines où des hommes, des femmes, des jeunes filles sont occupés au cassage ou à l'empaquetage du sucre, de six heures du matin à six heures du soir… (1908)

Lire

1912

L’Ecole des Arts-et-Métiers de Paris

Lundi prochain, 14 octobre, l'Ecole des Arts et Métiers ouvrira ses portes. C'est là une victoire due, pour une large part, à la sollicitude agissante de M. Fernand David.
Le ministre du commerce eut la chance de pouvoir triompher des derniers obstacles et de précipiter la réalisation. Visitant lui-même les travaux, boulevard de l'Hôpital, activant les formalités innombrables, il a pu — aidé, d'ailleurs, dans sa tâche ingrate par l'administration départementale et municipale — mettre l'Ecole en état de recevoir, dans quelques jours, la première année des jeunes élèves de la région de Paris. (1912)

Lire

1901

L'œuvre des petits chiffonniers

Si le promeneur, en haut de l'avenue d'Italie, avait l'idée de prendre à droite le passage Raymond, il aurait bientôt une vision étrange ! En plein Paris, à cinquante mètres d'une large voie, sillonnée de tramways, il se trouverait en face d'innombrables cahutes, d'aspect sordide où vivent pêle-mêle près de deux mille chiffonniers. (1901)

Lire

1926

A bas les taudis !

Suivez, comme nous, les rues Nationale, Jeanne-d’Arc, Campo-Formio, Louis-Français, Esquirol, Baudricourt, traversez la Cité Doré, le passage Grouin, l’impasse des Hautes-Formes et de temps en temps, arrêtez-vous devant un immeuble... (1926)

Lire

1911

Des masures à l’impasse Moret

L'impasse Moret est, dans le treizième arrondissement une enclave insalubre et sordide qui ne vaut pas mieux, si toutefois elle n'est pire, que les taudis sinistres de l'impasse du Mont-Viso [...]
Ce petit coin du vieux Paris, où la Bièvre étale encore en plein air ses eaux noires qu'empuantissent les déchets des tanneries dont elle est bordée, présente en ce moment pour les fervents du passé, un vif attrait. (1911)

Lire

1911

Les mensonges des patrons mégissiers

Le citoyen Deslandres, conseiller municipal socialiste de Paris, aura rendu un service signalé au quartier de Croulebarbe, en obtenant de la Ville qu'elle recouvre et transforme en égout les deux bras de la Bièvre qui traverse le passage Moret à ciel ouvert. (1911)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme