Dans la presse...

 paris-treizieme.fr — Notre-Dame de la Gare sous la Commune

Les églises de Paris sous la Commune

Notre-Dame de la Gare

(24 mai)

Extrait de "Les églises de Paris sous la Commune" de Paul Fontoulieu (1873)
Notre-Dame de la Gare, place Jeanne d'Arc, anciennement place de l'Eglise

Avant comme après l’insurrection, le treizième arrondissement fut un des plus tranquilles de Paris. Comment devint-il en un seul jour le théâtre de crimes horribles ? Hommes et choses semblent avoir concouru dans une égale mesure à amener ce résultat.

À la mairie trônait le sieur Passedouet, une des célébrités des réunions publiques. Avant de devenir un révolutionnaire exalté, Passedouet avait été employé au journal la Patrie en qualité de comptable, et plus tard, il fut un des administrateurs de la Nation — journal de M. Léonce Dupont ; là, il créa une petite feuille, — non politique, — tout à fait inconnue aujourd'hui, et qui avait pour titre : le Fumeur, organe des culotteurs de pipes. Le Fumeur a eu, ce nous semble, trois numéros.

Ici, l'auteur du texte est dans l'approximation.
Si Auguste Jules Passedouet a bien été maire du XIIIe arrondissement, il ne l'a été que deux mois entre le 4 septembre, date de sa nomination et le 5 novembre 1870 date des élections des maires et des adjoints d'arrondissement décidées par le gouvernement de la défense nationale afin de constituer régulièrement par l'élection les municipalités. Passedouet ne fut pas confirmé dans ses fonctions, les électeurs du XIIIe qui lui préférèrent sans équivoque M. Pernollet (2950 voix, élu au premier tour) contre 1319 voix pour lui.

On retrouvera Passedouet pendant la Commune dans le XIXe où il occupait les fonctions de délégué à l'administration de l'arrondissement. Il fut très largement battu lors des élections municipales complémentaires du 15 avril 1871.

Passedouet fut tenu pour responsable de l'incendie des entrepôts de la Vilette. Arrêté en septenbre 1871, il fut condamné,en avril 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée par le 3e conseil de guerre et mourut en Nouvelle Calédonie en juin 1876.

Passedouet entra ensuite, toujours comme comptable, au journal la Liberté, fondé par M. Muller. Il y resta jusqu'au jour où le journal passa dans les mains de M. Émile de Girardin. Puis il devint orateur des clubs et se mit à publier des canards rouges : il fonda le journal la Misère le 6 février 1870, et puis le Misérable le 28 du même mois. Ces feuilles, supprimées par arrêts des tribunaux correctionnels, lui valurent quelques mois de prison.

Tels étaient les antécédents de M. le maire du XIIIe arrondissement. Les hommes dont il s'entoura comme conseillers étaient Léo Meillet, qui allait devenir membre de la Commune ; Buffier, failli et banqueroutier ; le ciseleur en fer Duval ; le chaudronnier Chardon et le corroyeur Sérizier, homme perdu de mœurs, trois fois condamné à mort et jamais exécuté.

Cependant — chose fort extraordinaire — malgré un tel maire et de semblables conseillers, l’église ne fut ni perquisitionnée ni pillée, et le clergé put rester à son poste sans jamais être inquiété. « si ce n'est le dernier jour.

Tout ce qui concerne l’église Notre-Dame de la Gare se résume donc dans les arrestations de MM. Méhulin et Lesmayoux, vicaires. On va voir quels traitements indignes on leur fit subir et comment ils échappèrent à la mort.

Le mercredi 24 mai, les fédérés étaient déjà repoussés jusqu'aux extrêmes limites du XIIIe arrondissement, et le corps du général de Cissey avait porté sa gauche jusqu'au Jardin des Plantes. Les bataillons des fédérés qui occupaient Bicêtre, voyant qu'ils pouvaient être tournés, rentrèrent précipitamment par la porte d'Ivry, traînant avec eux les dominicains d'Arcueil qu'ils avaient faits prisonniers l’avant-veille. Ces bataillons étaient les 101e, 120e, 133e, 156e, 176e et 184e considérablement diminués.

Ils rentrèrent à Paris en désespérés, décidés à massacrer tous les réfractaires et tous les prisonniers, et Léo Meillet, pour conserver sa popularité, leur en donna l'autorisation.

En effet, le jeudi 25, des détachements de ces bataillons envahirent simultanément les domiciles de M. le curé et des vicaires.

M. le curé Parguel, qui a fondé la paroisse, homme estimable sous tous les rapports, avait été averti du danger dont il était menacé et avait pu se mettre en sûreté.

Deux vicaires purent s'échapper, grâce à la profonde ivresse des gardes chargés de les empoigner ; mais deux autres vicaires, MM. Méhulin et Lesmayoux, tombèrent entre les mains des insurgés.

M. Méhulin fut entraîné à une barricade, derrière la mairie, où un capitaine proposa de l'attacher à la gueule d'un canon ; mais, sur l'observation que cette mort était trop douce pour un calotin, on l’exposa au point le plus dangereux de la barricade, afin qu’il fût tué par ses amis de Versailles. Un garde se tenait derrière lui, avec ordre de le fusiller s'il faisait le moindre mouvement de recul. Enfin, deux officiers, moins cruels que les autres insurgés, eurent pitié de lui et se concertèrent pour le délivrer. L'un d'eux l’emmena, sous le prétexte de lui donner un fusil pour l'obliger à se battre, et le mit en sûreté.

Placé entre trois fédérés, M. l’abbé Lesmayoux fut conduit à la mairie, au milieu des imprécations et des menaces d'une foule devenue féroce. Des forcenés le couchèrent en joue pour le tuer. Heureusement qu'on était auprès d'un poste dont le chef se trouva, par hasard, être un honnête homme. Il fit défense de tirer. Nous sommes heureux de pouvoir donner le nom de ce brave citoyen. Il s'appelait Adolphe Prud'homme et était lieutenant à la 4e compagnie du 102e bataillon.

À la mairie, M. Lesmayoux fut accueilli avec une brutalité dont on n'avait jamais fait usage envers les plus grands criminels.

— Conduisez-moi ça au n* 38 de l'avenue d'Italie, s’écria l'officier de service. Bon pour être fusillé.

Et se tournant vers le prisonnier :

— D'autres moines vous y attendent. Votre affaire sera réglée avec la leur.

La maison n°38 de l’avenue d'Italie avait été convertie en prison. C'est là que se trouvaient enfermés les dominicains d'Arcueil. Il y avait pour greffier un nommé Boin, ancien corroyeur, et pour directeur un jeune capitaine imberbe qui, avant le 18 mars, exerçait l'état de chiffonnier.

— Asseyez- vous ! s'écria Boin en voyant entrer le prisonnier.

— Je préfère rester debout.

— Mille tonnerres d'enfer ! hurla l’ancien corroyeur en plaçant son revolver sur la figure de l'ecclésiastique, c'est moi qui commande ici, et si vous ne vous asseyez pas illico, je vous fais sauter la frimousse.

À ce moment, entra un sergent-major du 42e bataillon, M. Floury, horloger, boulevard de la Gare, 114. Il n'avait suivi M. l'abbé Lesmayoux que pour essayer de le sauver.

Isidore Boin dit "Bobèche" fut condamné à mort, le 17 février 1872, par le 6e conseil de guerre, et exécuté le 25 mai.

On délibéra sur ce qu'on devait faire. Boin et le chiffonnier-capitaine étaient d'avis de fusiller le prisonnier sur-le-champ. M. Floury, sans demander un sursis, ce qui aurait paru suspect, propose de former un conseil de guerre et de juger l’affaire. Cette idée fut trouvée charmante, et immédiatement le conseil fut organisé. Il va sans dire que le chiffonnier et Boin le corroyeur en firent partie.

La séance s'ouvrit immédiatement, en l'absence de l’accusé, bien entendu, que l’on avait verrouillé dans une chambre. Sur les six membres dont se composait ce singulier tribunal, quatre se prononcèrent pour la mort. M. Floury, voyant la partie perdue, eut recours à un stratagème, sa dernière ressource !

— Citoyens, dit-il, l'affaire est grave, puisqu'il s'agit de la vie d'un homme, et aucun de nous ne voudrait commettre un assassinat. Eh bien ! nous avons encore à élucider quelques points, et ici nous ne sommes pas tranquilles. Allons continuer nos délibérations au café. C'est moi qui régale.

La proposition fut acceptée avec un véritable enthousiasme, et le conseil de guerre suspendit la séance pour aller la reprendre au café. Le fait peut paraître incroyable, mais il nous a été affirmé par M. l’abbé Lesmayoux, qui n'avait aucun motif de nous induire en erreur.

Que se passa-t-il au café ?... Quel est le nombre de bocks et de verres de fine qui furent absorbés par ces magistrats improvisés ? c'est ce que nous ne saurions dire. Toujours est-il qu'après une heure et demie de délibérations et de libations, le conseil de guerre rendit à l'unanimité un verdict d'acquittement, et ce qu'il y a de plus curieux et de plus bizarre, c'est que Boin et le chiffonnier-capitaine, extrêmement émus l'un et l'autre, voulurent être les premiers à annoncer cette nouvelle au prisonnier.

M. l’abbé Lesmayoux était donc acquitté par le conseil de guerre du café, mais il n'était pas encore libre. Il lui restait d'autres épreuves à subir. Les assassins du n° 18 lui avaient fait grâce de la vie, fort bien ; mais les autres !!!

Ayant été reconnu innocent, M. l’abbé Lesmayoux voulut s'en aller, ce qui était assez naturel.

— Ce n'est pas possible, lui dit-on, il y a en ce moment trop de danger pour vous dans les rues ; ce soir, vous serez mis en liberté.

Vers deux heures de l'après-midi, les fédérés étaient écrasés et se repliaient en désordre. Cérisier, sentant la nécessité de fortifier les barricades de l'avenue d'Italie, y envoya quatorze des prisonniers qui se trouvaient dans la même chambre que M. Lesmayoux. Ils étaient à peine sortis, qu’on le fit appeler  ; il s'approcha du guichet.

— C'est bien, lui dit un homme à figure sinistre ; je voulais m'assurer que vous étiez là.

Un moment après, un certain mouvement se produisit dans la chambre à côté, et l'ecclésiastique entendit ces paroles :

— Allons, soutanes, en route ! on va vous conduire aux barricades.

C'était Boin qui venait prendre les dominicains d'Arcueil.

On sait le reste. Ces malheureux furent fusillés vers quatre heures et demie, sur la place d'Italie.

Peu d'instants après, deux des égorgeurs entrèrent dans la chambre où était M. Lesmayoux.

— Le tricorne qui est ici ?

— Voilà.

Et le vicaire se présenta.

— Suis-nous ! lui dirent-ils.

M. l’abbé Lesmayoux ignorait encore l’assassinat des religieux d'Arcueil. Il suivit les deux hommes. Comme il arrivait à la porte de la prison, deux fédérés prirent par les pieds le cadavre sanglant d'un père dominicain pour le lui montrer. Lorsqu'il arriva près d'eux, ils étendirent le corps sur le seuil.

— Passe dessus, coquin, lui dirent-ils, et mets-toi contre ce mur, à côté de la porte ; ton tour est arrivé.

Il y avait là un officier à cheval qui semblait avoir pour mission de présider aux massacres. M. l'abbé Lesmayoux s’adressa à lui.

— Dites donc, vous, est-ce que vous êtes l’autorité, ici ?

— Oui.

— Eh bien ! c'est à vous que je m'adresse. Déclarez qui vous faites fusiller en ma personne. Si c'est le prêtre, je n'ai rien à objecter, puisque vous êtes la force ; si, au contraire, c'est un criminel, prouvez mon crime. Ma cause a été jugée tout à l’heure et j'ai été reconnu innocent.

Pour toute réponse, l’officier tira son revolver et le porta sur la figure de l’abbé.

— Votre arme m'est indifférente en ce moment. Voyez tous les chassepots qui me menacent. Répondez à ma question.

L'officier remit gravement son revolver à sa ceinture, et se disposa à s’éloigner.

M. Lesmayoux sauta vivement à la bride de son cheval.

— Vous ne partirez pas sans me répondre. Je ne veux pas de grâce, mais j'ai droit à la justice et je la demande. Mon dossier est au greffe ; venez le consulter.

Cette proposition pouvait perdre définitivement l'abbé Lesmayoux, car il n'y avait aucun dossier au greffe, le conseil de guerre du café n’ayant rien rédigé du tout.

L'officier descendit de cheval et suivit le prisonnier. Mais les fédérés (ils appartenaient au 101e bataillon) les arrêtèrent en disant :

— A quoi bon tout ce retard ?... Il faut le fusiller tout de suite.

— Camarades, s'écria alors l'officier, vous n’êtes pas des assassins, vous autres ! Vous êtes d'honnêtes patriotes qui combattez pour la liberté. Eh bien ! il n'est pas sûr que cet homme soit coupable. Pour ne pas vous exposer à commettre un crime, donnez-lui un chassepot et f...-le à la barricade !

M. Lesmayoux se trouva aussitôt muni d’un fusil,

— Je suis prêtre, dit-il, et je ne me bats pas.

— Qu'est-ce que ça nous fait ?... En avant, ou une balle dans la tête !

Deux horribles voyous s'approchèrent. L'un lui donna des cartouches, l'autre des capsules, et toute une bande de misérables le poussa vers la barricade de l’avenue d'Italie, en face de la mairie.

Chemin faisant, on se faisait un plaisir de lui montrer les cadavres des martyrs d'Arcueil, qui avaient été éparpillés sur toute l'avenue. Il se passa là des choses horribles, indignes d'un peuple civilisé. On poussait ces cadavres du pied, on les roulait dans la poussière ; à l’un on prenait son chapeau, à l'autre son scapulaire, et on affublait de ces objets les laïques assassinés avec les prêtres.

Des gamins s'amusaient à attacher des scapulaires au cou des chiens. Détail épouvantable : une de ces victimes respirait encore ; des individus l’assirent contre le mur et l'achevèrent à coups de bâton et à coups de talons de souliers.

Mais le séjour à la barricade ne fut pas de longue durée. La troupe régulière s'approchait de plus en plus, et bientôt on vit un nuage de fumée blanche à la porte d'Italie. C'était la brigade Lion qui arrivait au pas de course.

— En route sur Bercy ! s'écria un officier, et dépêchons-nous !

On plaça l’abbé Lesmayoux au centre d'un groupe qui devait le fusiller, s'il tentait de se sauver.

— Marche droit, lui dit un lieutenant, ou je te loge une balle dans la tête.

Chemin faisant, M. l’abbé Lesmayoux chercha à lier conversation avec ses voisins.

— Eh bien ! dit-il en s'adressant à un capitaine qui avait l'air moins cruel que les autres ; il paraît que nous allons à Bercy !

— Oui ; mais vous, qui êtes- vous, et comment êtes-vous ici ?

— Je suis vicaire de l'église que nous voyons en face ; j'ai été pris ce matin chez moi, par les bataillons qui descendaient de Bicêtre.

— Ah ! je vous plains bien sincèrement !

Ces paroles enhardirent l’ecclésiastique.

— Tâchez donc de me sauver, lui dit-il.

— Je ne demande pas mieux, mais c’est bien difficile. Je vais toujours essayer. Et d'abord, je vais commencer par vous insulter, c'est indispensable.

— Ne vous gênez pas.

Le capitaine, alors, accabla d'outrages et de menaces M. l’abbé Lesmayoux, à la grande satisfaction des fédérés. On arriva ainsi à une barricade placée à l'intersection de la rue Baudricourt et de l’avenue d'Ivry.

Là se trouvaient les insurgés du 101e, qui venaient de fusiller les dominicains. Ils se mirent à insulter le prêtre et ils allaient le fusiller, lorsque le capitaine s'interposa vivement entre eux et la victime.

— Malheureux ! s'écria-t-il, y songez-vous ? Vous savez que nous manquons de médecins pour nos ambulances ; j'y mené ce citoyen qui est chirurgien, et vous voulez le tuer !

Puis, se tournant vers le prêtre :

— Suivez-moi, lui dit-il.

Il se dirigea alors vers ce même officier à cheval qui, quelques instants auparavant, avait envoyé l’abbé aux barricades, et qui se trouvait là avec sa bande d'assassins. Il lui dit quelques mots à voix basse, et il introduisit le prêtre dans l’ambulance, située à une centaine de pas de la barricade.

Il est juste de citer le nom de ce capitaine de l’armée insurrectionnelle, qui risquait sa vie pour sauver celle d'un prêtre. Il s'appelait Desfosse, et il était capitaine de la 2e compagnie de guerre au 101e bataillon des fédérés.

Au moment de se séparer de M. l'abbé Lesmayoux, il lui serra la main, à la dérobée, et lui dit d'une voix émue :

— Au revoir, monsieur, s'il y a un revoir pour moi.

On eût dit que cet homme avait un pressentiment de sa fin prochaine. En effet, quelques minutes après, il était atteint au front par une balle, et tombait pour ne plus se relever.

M. l'abbé Lesmayoux fut obligé, pendant près d'une demi-heure, d'exercer sérieusement les fonctions de chirurgien. Heureusement pour lui — et aussi pour les malades — il n'eut à soigner que des blessures légères, et, comme il avait été pendant quatre mois infirmier dans une ambulance, sous les ordres du docteur Thibault, il ne lui fut pas difficile de passer pour un homme du métier.

Mais bientôt les éclaireurs du 82e de ligne arrivèrent au pas de course, et les insurgés prirent la fuite. La barricade de la rue Baudricourt, cependant, tint bon jusqu'au dernier moment, car elle était fortement défendue par des canons et des mitrailleuses. Les insurgés croyaient que les soldats de Versailles arriveraient par l'avenue d'Ivry. Ils arrivèrent subitement par derrière. Les insurgés se sauvèrent au galop, mais pas assez vite, car un feu de peloton en fit tomber une centaine dans la rue Baudricourt.

Telles sont, racontées sommairement, les phases diverses et fort dramatiques par lesquelles passa M. l’abbé Lesmayoux pendant la journée du 25 mai.

 



Le 13e avant et durant la Commune
(18 mars - 28 mai 1871)

Saviez-vous que ...

L'image du jour

Le boulevard de la Gare (Vincent Auriol) vers la rue Jenner

Vu dans la presse...

1939

Jeanne d'Arc et sa lèpre

J'ai souvent parcouru en voisin cette rue que Jeanne d'Arc a baptisée, il y a soixante-quinze ans, à l'époque de l'annexion de l'ancienne banlieue, la commune d'Ivry en faisait partie. (1939)

Lire

1937

Voyage dans le dernier tramway de Paris

Dans quelques jours, le 123-124, dernier spécimen des multiples tramways qui, il y a peu de temps encore, occupaient les rues de Paris, va disparaître. Il fera son dernier voyage, le 15 mars et sera remplacé, le lendemain, par un autobus. (1937)

Lire

1903

Le Métro passe la Seine : Place d’Italie - Nation

La rive gauche réclamait son Métro : on va le lui accorder. Ainsi disparaîtra bientôt toute cause de jalousie entre les deux rives de la Seine. Il était grand temps qu'un peu d'équité intervint dans la répartition des lignes ! (1903)

Lire

1942

99, boulevard Masséna où les zoniers apprennent la vie bourgeoise

Ce sont, à deux pas de la porte de Choisy, trois étages de pierres que le plan de Paris et les gens du quartier appellent le bastion 89. (1942)

Lire

1900

Éclairez S.V.P.

Depuis longtemps les habitants des quartiers Croulebarbe et de la Maison-Blanche réclamaient l’achèvement de la rue Auguste Lançon, pour pouvoir se rendre sans un long détour à la gare du Parc-Montsouris. Enfin, c’est fait ! (1900)

Lire

1864

L'état des projets pour le XIIIe arrondissement

Les travaux commencés l'année dernière pour le raccordement des boulevards d'Italie et des Gobelins sont sur le point d'être terminés. On achève le macadam et les trottoirs de la dernière fraction du parcours. (1864)

Lire

1868

Le boulevard Saint-Marcel

Avant de commencer mon article sur le treizième arrondissement, je crois utile de parler spécialement de sa ligne frontière, du boulevard Saint-Marcel, qui en constitue la limite septentrionale.
Cette grande voie, qui a coupé le marché aux chevaux, écorné l'ancien cimetière de Clamart et absorbé la petite place de la Collégiale, a été enfin tracé onze ans après avoir été décrété d'utilité publique (17 août 1857). Mais a-t-elle été exécutée de manière à donner satisfaction aux intérêts des quartiers qu'elle traverse, aux intérêts des propriétaires et des habitants qui se trouvent dans son voisinage ? (1868)

Lire

1884

L’empoisonnement de Paris

La Bièvre est l'une des causes les plus actives de l'empoisonnement parisien. Ce ruisseau, chanté par les poètes, sur les bords duquel Rabelais aimait à se promener et qui a inspiré des idylles à Benserade, n'est en réalité qu'un égout à ciel ouvert. (1884)

Lire

1867

La catastrophe du boulevard de la Gare

Au sortir du pont de Bercy, sur la rive gauche de la Seine, s'ouvre le boulevard de la Gare qui va de ce pont à l'ancienne barrière d'Italie, au bout de la rue Mouffetard. (1867)

Lire

1885

Fabrique de squelettes

Comme si ce n'était pas assez, pour rendre le treizième arrondissement insalubre, des marécages de la Bièvre et des fabriques de la plaine d'Ivry, on y a laissé s’installer toutes sortes d'industries infectantes. (1885)

Lire

1873

La gare d’Orléans et les quais de la Seine

Le bruit court que la compagnie d'Orléans est en instance pour obtenir du ministère des travaux publics un décret d'utilité publique qui lui permette d'exproprier certains terrains qu'elle désire annexer à la gare des marchandises intra-muros. (1873)

Lire

1865

Les vestiges de l’église Saint-Hippolyte

Malgré les larges et bienfaisantes percées opérées à travers les quartiers du vieux Paris, les monuments d’un autre âge sont loin d’être rares sur le sol de la cité. C’est ainsi qu’on trouve encore dans le 13e arrondissement, au n° 8 de la rue Saint-Hippolyte, des restes curieux d’un édifice qu’on croit généralement disparu depuis longtemps. (1865)

Lire

Ailleurs sur Paris-Treizieme