L’ancien village des Deux-Moulins

L’ancien village des Deux-Moulins et le hameau d'Austerlitz.

Gazette Nationale ou le Moniteur universel — 18 aout 1884

Les grandes victoires du premier Empire ont daté plus d’une opération édilitaire à Paris. La bataille gagnée le 2 décembre 1803 par Napoléon sur les armées austro-russes donne son nom, non seulement au pont qui fut jeté sur la Seine à l'extrémité du boulevard de l'Hôpital, mais encore à une agglomération populeuse qui se constitua au sud de la Salpêtrière, à peu de distance du groupe rural des Deux-Moulins.

Extrait du plan Henriot - 1863

A cette époque, le vaste triangle dont le sommet est à l’ancienne barrière de Fontainebleau et la base au bord de la Seine, avec les boulevards de la Gare et de l’Hôpital pour côtés, était en dehors de l’enceinte des Fermiers-Généraux. Sur ce territoire on traça une rue principale qui prit le nom de Campo-Formio, souvenir du traité conclu en 1797, et plusieurs voies secondaires destinés à réunir les deux groupes.

Celui des Deux-Moulins préexistait ; il devait son nom à deux de ces anciens moulins dits « de beurre » ou de « la galette » qui formaient autrefois une ceinture des plus pittoresques autour de Paris. La galette, qui y avait depuis longtemps élu domicile s'y est maintenue fort tard ; on mangeait encore avant l’annexion de la banlieue suburbaine celle de « la mère Marie » sous les grands arbres bordant le boulevard de la Gare.

La formation du XIIIe arrondissement, en 1860, a réuni de nouveau le village des Deux-Moulins et le hameau d’Austerlitz, que l’extension du mur d’octroi, en 1817, avait séparés. Cette séparation les avait dotés d’un assez triste établissement : un spéculateur du nom de Doré — qui n’avait heureusement rien de commun avec le célèbre artiste — imagina de fonder là une cité à l’usage spécial des chiffonniers. Elle se composait de cinq ou six ruelles le long desquelles s'alignaient des hangars divisés en logements et en magasins à guenilles. Ces divers locaux se louaient à fort bon marché ; mais les conditions de salubrité y étalent déplorables, et plus d’une fois la cité Doré eut maille à partir avec le conseil d'hygiène.

Aujourd'hui toute cette région tend à se transformer : de grandes voies y ont été ouvertes. Les trois rues Pinel, Esquirol et de Campo-Formio sont continuées jusqu’aux fortifications par la rue Nationale ; la rue Jenner a pour prolongement celle qui porte le nom de Dunois, tandis que la rue de Patay, qui part de la porte de Vitry et se continue, sous le nom de Jeanne-d’Arc jusqu’au boulevard de la Gare, a pour aboutissant naturel le boulevard de l’Hôpital, d'où un plan incliné la conduira jusqu'à la rue Geoffroy-Saint-Hilaire et au Jardin-des-Plantes. Le hameau d’Austerlitz et le village des Deux-Moulins n’ont donc plus rien de rural. Ils sont partie intégrante de Paris.


Plan de 1830

A lire également

Le cabaret de la mère Marie par Alfred Delvau (1859/60)

Le village d'Austerlitz (1884)

Le cabaret de la mère Marie par Ch. Virmaître (1887)

L'achèvement de la rue Jeanne d’Arc (1914)

L'inauguration de la rue Jeanne-d'Arc (prolongée) dans le XIIIe arrondissement (1936)


Teaser 6 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme