entete


UNE ÉVOCATION DU 13E ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Cinq ponts relient le XIIIème et le XIIème arrondissement.


C’est en juillet 1938 que fut posée, par le Ministre Jean Zay, la première pierre du stadium universitaire qui allait prendre place à l’angle du boulevard Kellermann et de la porte de Gentilly et qui, plus tard deviendrait le stade Charletty.


Dans les plans de 1860, c'est sur un viaduc long de 800 mètres, composé d'arches de dix mètres d'ouverture et dont la hauteur maxima aurait été de quinze mètres avec des piles évidées à l'aplomb de l'entrevoie que le chemin de fer de ceinture aurait du traverser la vallée de la Bièvre en offrant une vue magnifique depuis le parc de la Butte-aux-Cailles qui, in fine, céda la place au Parc Montsouris.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Drame de la jalousie - 1923

Drame de la jalousie.

L'Humanité ― 21 décembre 1923

Hier matin, Mme Aubry, 14, rue du Moulin-de-la-Pointe, a tué d'un coup de revolver son mari Léon Aubry, égoutier, qui dilapidait son salaire avec une maîtresse et menaçait de quitter sa femme et ses trois enfants.


 La « Crème des Gobelins » - 1899

La « Crème des Gobelins »

Le Radical — 10 février 1899

Toto, dit « la Crème des Gobelins », avait pour maitresse une fille qu'on appelait « la Belle » sans plus, comme si, malgré son nez camus, elle représentait l'idéal suprême de la beauté. Un jour, à la fête des Gobelins, il vit « la Belle » payer les chevaux de bois à « Bibi-la-Ripette ». Cela le rendit furieux, et il administra à la fille une correction qui la mit en marmelade.

Le fait a valu, hier, « la Crème des Gobelins », de la part de la dixième chambre correctionnelle, une condamnation à treize mois de prison. C'est la cinquième qui le frappe.


 La Belle Moissonneuse - 1875

À travers les bals

Le Figaro — 26 janvier 1875

La nouvelle nous étant venue que la préfecture de police avait l'intention de fermer plusieurs des bals les plus excentriques de Paris, nous avons voulu faire exactement connaître; à nos lecteurs ce que sont ces bals, et nous avons fait dimanche et hier soir lundi une tournée dans quelques-uns des plus inconnus d'entre eux.

Hâtons-nous de constater que cela ne veut, nullement dire que les bals dont nous allons parler soient ceux que menace la préfecture. Ce sont seulement les moins connus, nous le répétons.

Nous avons entrepris à quatre cette expédition pittoresque.

Voici, — sans narration de notre itinéraire, ce qui allongerait inutilement notre récit, la description sommaire des établissements visités.

La Belle Moissonneuse

Barrière de Fontainebleau. Quand nous arrivons, nous entendons une voix perçante qui sort d'un guichet, criant :

— C'est vingt centimes par tête !

Nous donnons seize sous, nous entrons. La voix perçante nous rappelle et nous apprend; avec bienveillance qu'il y a un supplément de dix centimes pour chaque quadrille «que; nous danserons » Il est vrai que les valses et polkas sont gratis.

La salle est très grande, blanchie à la; chaux. L'estrade des musiciens est à la hauteur d'un entresol.

Ce n'est pas drôle, allez, d'être musicien à la Belle Moissonneuse… L'un des divertissements du lieu est de leur lancer des boulettes. On joue des saladiers à qui attrapera le premier violon à la tête.

À la porte sont de planton deux gardes de Paris choisis parmi les plus solides.

On échange parfois des horions là-dedans, et, nous a dit quelqu'un de la maison, ce sont les femmes qui sont le plus batailleuses. Elles se prennent de querelle pour les don Juans de la place d'Italie.

Nous nous sommes intimement liés, à la Belle-Moissonneuse, avec un jeune gentleman vêtu d'une vareuse et d'un pantalon à côtes enfoncé dans des bottes. Il nous a affirmé que nous devrions venir plus souvent; que, si nous voulions, il nous présenterait à des amies de « sa dame. »

Il nous a ensuite raconté avec une admiration évidente et rétrospective les exploits de deux des célébrités de la Belle Moissonneuse, le Loup blanc et le Cosaque, qui avaient une habitude d'enfance, celle de « manger le nez » de tout individu dont la figure leur déplaisait. Il paraît qu'ils vous coupaient le bout du nez avec une suprême habileté.

Tous deux sont à Cayenne aujourd'hui, En nous quittant, notre collaborateur nous a remis sa carte, dont voici le fac-similé :

Le Figaro — 26 janvier 1875
Gaston Vassy

A lire également

La Belle Moissonneuse - Delvau (1864)

Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une tournée apostolique à la Maison-Blanche

L'abbé Garnier a fait cette semaine une tournée apostolique à la Maison Blanche C'est un bon coin de Paris, plein d'honnêtes travailleurs, mais, hélas ! aussi, un pauvre nid à misère. (1891)

Lire

L'aménagement du XIIIè arrondissement

Les grands percements ne font point défaut au XIIIe arrondissement; on peut même dire que l'importance des voies dont il est sillonné est hors de proportion avec les ressources et les mœurs de la population qui l'habite. L'administration municipale n'a donc que peu de chose à faire pour compléter son œuvre au point de vue de la viabilité. (1869)

Lire

Au treizième arrondissement

Rue du Moulin-des-Prés, treizième arrondissement, quartier de la Maison-Blanche, il a été ouvert, il y a un certain temps, une immense décharge, en vue de remblayer la vallée de la Bièvre. Dans cette décharge ont été apportées toutes sortes d'immondices. On y a même apporté des terres provenant de cimetières... (1890)

Lire

A propos de l'inauguration du puits artésien de la Butte-aux-Cailles

Tandis que Paris se trouve condamné à boire de l'eau contaminée, on a accueilli, avec bonheur, la nouvelle de l'inauguration du fameux puits artésien de la Butte aux Cailles.
La chose vaut qu'on s'y arrête, car il ne s'agit pas de moins de dix mille mètres cubes, ou de dix millions de litres d'eau pure qui vont être donnés, chaque jour, aux Parisiens. Par ces temps de fièvre typhoïde, d'eau de Seine filtrée, voire non filtrée, ce n'est pas là quantité négligeable. (1904)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte