entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue du Tibre, dans le quartier Maison-Blanche, a été ouverte sur l'emplacement d'une voirie d'équarrissage, elle a porté le nom de rue de la Fosse-aux-Chevaux, puis du Tibre, à cause de la Bièvre autour de laquelle ont été groupés des noms de fleuves.


La création de la caserne des pompiers de Port-Royal fut décidée en 1883.


L'asile Nicolas-Flamel, 71 rue du Château-des-Rentiers, fut inauguré le 18 mai 1889.

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Suicide - 1897

Suicide

Le Petit-Parisien ― 27 mars 1897

Un ouvrier graveur, M. Jules Kohler, âgé de cinquante-deux ans, domicilié rue du Moulin-des-Prés, s’est donné la mort hier après-midi, à deux heures, en absorbant le contenu d'une fiole de cyanure de potassium. Le malheureux été foudroyé par le toxique. Le désespéré en a fini avec la vie pour se soustraire aux souffrances provoquées par une maladie incurable.


 Un Trésor dans la Bièvre - 1895

Un Trésor dans la Bièvre

Le Petit-Parisien ―  14 septembre 1895

Hier matin, à cinq heures, M. Guillou, teinturier, demeurant 2, passage Moret, apercevait, flottant sur la Bièvre, devant Guillet, une serviette en cuir noir.

Le teinturier repêcha l'épave, et grande fut surprise en constatant qu'elle contenait pour 6.000 francs environ de valeurs diverses.

La précieuse trouvaille a été déposée par M. Guillou au bureau de M. Perruche, commissaire de police, qui a ouvert une enquête.


 Le Marché aux chevaux

Le Marché aux chevaux

Presque en face de la Salpetrière, à l'angle du boulevard Saint-Marcel et du boulevard de l'Hôpital, est un vaste enclos entouré de grilles, planté d'arbres, percé d'allées déclives, hérissé de palissades divisées en stalles de diverses grandeurs c'est le Marché aux chevaux, le temple du maquignonnage, la station dernière des bêtes fourbues. A l'entrée, on vend à la criée des voitures et des chevaux; sur les pentes dont nous avons parlé, on essaie les bêtes mises en vente à l'amiable.

Arrêtez-vous ici un samedi dans l’après-midi, le spectacle mérite d'être vu. Les bêtes sont exposées, à l'abri du soleil; les maquignons, armés de chambrières, errent devant les stalles ou engagent la conversation avec les acheteurs que leur ont amenés des courtiers, industriels malins, qui sauront toucher deux commissions sur une affaire. L'acheteur se laisse-t-il tenter ? Faut-il essayer le cheval ? Cent gamins en rupture d'atelier, un éperon au pied gauche, une vieille cravache à la main, sont prêts à remplir le rôle de jockey. Portant son cavalier improvisé, le cheval prend le trot, puis le galop, descend une allée, en remonte une autre; les maquignons l'excitent par leurs cris. Chacun d'eux, quand la bête passe à sa portée, lui lance, histoire de rire, un vigoureux coup de chambrière dans les jambes. L'animal fournit une course superbe; l'acquéreur l'emmène et s'aperçoit, deux jours après, qu'il a acheté une bête poussive, morveuse ou couronnée.

C'est que nul commerce plus que celui-là n'emploie de ruses ingénieuses pour tromper sur la qualité de la marchandise toutes les tares qui peuvent frapper un cheval sont, pour le jour du marché, habilement dissimulées. Le dupé, pour la plupart du temps, accepte sa déconvenue, certain d'en faire subir une semblable, huit jours après, à l'ami qui l'a … trompé.

Quant aux chevaux hors d'âge, incapables de tout service, sans poils, sans dents, aux genoux cagneux, aux côtes saillantes, vous les verrez vendre, à l'extrémité du marché, à des prix tellement modiques parfois que nous n'osons les écrire. Qu'il suffise à nos lecteurs de savoir qu'après cette vente dernière, les malheureuses bêtes n'ont à parcourir languissamment qu'une distance d'environ 500 mètres pour gagner l'abattoir de Villejuif, en haut du boulevard, tout près de la place d'Italie. Là, ils seront tués, dépiautés, dépecés, et leurs débris, filets ou biftecks, iront s'étaler triomphants sur les étaux des boucheries hippophagiques.

Si, quittant le Marché aux chevaux, le touriste a eu la curiosité de suivre le triste cortège des rossailles —  nous parlons la langue du lieu — partant pour l'abattoir, il aura, sans s'arrêter, probablement aperçu sur sa droite une modeste construction, pastiche pâle de l'architecture du treizième siècle. C'est la petite église Saint-Marcel, bâtie en 1856; elle ne mérite pas une visite.

Alexis Martin
Les étapes d'un touriste en France : Paris,
promenades dans les 20 arrondissements
1890

Marché aux chevaux
Teaser 4 articles

Ailleurs sur Paris-Treizieme

L’épidémie de la Bièvre

Nous sommes retournés hier soir aux abords du charnier de la Bièvre.
Voici les nouveaux renseignements que nous y avons recueillis. (1890)

Lire

Le plan d'assainissement du quartier Maison-Blanche

Il existe dans le XIIIe arrondissement (quartier de la Maison-Blanche), un immense quadrilatère de plus de 60 hectares de superficie, qui laisse presque tout à désirer sous le rapport des communications et de la salubrité. (1881)

Lire

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

Enquête publique sur les projets de voiries intéressant les 13e et 14 arrondissements

Une enquête est ouverte, pendant quinze jours consécutifs, à partir d'aujourd'hui, aux mairies des 13e et 14e arrondissements, sur divers projets de voirie intéressant cette partie annexe de la capitale. A l'appui des plans déposés, l'administration a joint une légende explicative, dont nous reproduisons les termes. (1863)

Lire

Menu lieu
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte